samedi, août 11, 2007

Fais-je consensus ?


Etant abonné électronique du journal, qui n'est plus de référence, Le Monde, je me balade souvent sur la page de commentaires des abonnés associée à chaque article. Inutile d'insister sur le fait que ça ne remonte pas les abonnés du Monde dans mon estime ("Quand j'entends libéralisme, je sors mon revolver" Marx, José -c'est un descendant moustachu du barbu).

Dès qu'il y ait question du climat une expression revient sans cesse : "faire consensus".

La terre se réchauffe ? Mais, bien entendu, ma bonne dame. Ca fait consensus.

L'homme réchauffe-t-il le climat terrestre par ses émissions de CO2 ? A coup sûr, cher monsieur. Ca fait consensus.

Est-il urgent de retourner à l'âge des cavernes pour éviter le réchauffement climatique ? Evidemment, mon prince. Ca fait consensus.

Il est bien évident que si vous contestez le « consensus», c'est que vous êtes un imbécile motorisé, un naïf influencé par la vile propagande des majors pétrolières ou, pire que tout, un affreux révisionniste climatique.

Je la trouve stupide et malsaine, cette injonction à suivre le troupeau intellectuel, à penser en circuit fermé, à taire les doutes et les contradictions, à panurger les idées reçues en masses compactes.

Quand on a pour argument ultime pour imposer son point de vue que la foule pense comme soi, c'est qu'on ne doit pas avoir beaucoup d'arguments.

Même chose sur d'autres questions : le recyclage des déchets, c'est bien ; le multiculturalisme, c'est le pied ...

On invoque d'autant plus le « consensus» qu'il n'existe pas et qu'il faut faire taire les opposants.

Si je sortais les grands mots, je dirais que c'est une démarche totalitaire. Mais c'est sans doute le fruit de mon esprit malade que d'imaginer que les réchauffistes sont d'anciens communistes qui appliquent leurs vieilles méthodes au même objet, combattre la liberté individuelle et faire marcher tout le monde à leur pas, sous un déguisement différent.

Vous ne trouvez pas cette démarche révélatrice d'une grande honnêteté ? Le progrès fait rage.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

La société a besoin d'hérétiques qui ne suivent pas le troupeau. A ce sujet, un intéressant article de Freeman Dyson : HERETICAL THOUGHTS ABOUT SCIENCE AND SOCIETY. Je cite le début:

The prevailing dogmas may be right, but they still need to be challenged. I am proud to be a heretic. The world always needs heretics to challenge the prevailing orthodoxies. Since I am heretic, I am accustomed to being in the minority. If I could persuade everyone to agree with me, I would not be a heretic.

Denis a dit…

La guerre contre le "réchauffisme" outrancier (ou l'ultra réchauffisme...pour vous faire sourire) est semble t'il devenu votre nouvelle passion ? Je partage bon nombre de vos points de vues et consulte ce blog avec plaisir mais pourquoi tant de haine. Ce n'est sans doute pas contre la pollution qu'il faut crier, elle est réelle et scientifiquement prouvée et prouvable... mais contre ceux qui ne voient ce monde polluée qu'en blanc et noir (alea climatique passager vs réchauffement inéluctable)
Le peuple veut un message, on le gave avec celui des pro et celui des contres, alors qu'en tout il faut raison garder. Mais c'est vrai qu'aujourd'hui, être raisonnable c'est être has been

fboizard a dit…

"Ce n'est sans doute pas contre la pollution qu'il faut crier, elle est réelle et scientifiquement prouvée et prouvable" Le CO2 est-il une pollution ?

Le réchauffisme vise un but extrêmement grave : tuer le libéralisme et le libre-change, qui, jusqu'à preuve du contraire, amènent la prospérité.

De plus, il a pour conséquence néfaste de détourner l'attention de priorités beaucoup plus urgentes et moins fantasmatiques : eau potable, paludisme, sida, pollutions locales, etc ...

Deux raisons qui suffisent à alimenter ma saine colère.

Anonyme a dit…

On peut voir aussi dans ce terme novlangue des symptômes de la diminution du vocabulaire.

Anonyme a dit…

Non, il n'y a pas de réchauffement climatique.

Le recul des glaciers? Une illusion d'optique. Les recourds de températures enregistrés au cours de ces dernières décennies? Une coïncidence qui ne prouve rien du tout.
C'est bien connu, tous les scientifiques de la planète se sont ligués pour nous faire croire à ce phénomène, pour obtenir des fonds pour leurs recherches...
Sont d'ailleurs tous de gauche.
Apparemment les répercussions du réchauffement climatique ont également atteint votre cafetière...

Anonyme a dit…

Au sujet de l'économie: le développement sera stopé le jour où les désavantages dûs à l'activités humaine seront plus importants que la plus-value que l'on en retire...
Ce jour pourrait bien arriver plus rapidement que prévu. Apparemment votre petite tête ne parvient pas à comprendre que ce n'est pas que cette problématique dépasse largement les conflits "droite - gauche", mais qu'il s'agit de privilégier un développement durable.

Au fait le CO2 n'est pas une pollution; on en meure pas; c'est qu'une question de dose (n'est ce pas fboizard)!