lundi, janvier 31, 2005

Cinéma : Aviator

FFF

Pas mal. Bien filmé. Di Caprio a des allures de Welles dans Citizen Kane. Quelques longueurs (sur 2 h 45, il ya bien un quart d'heure en trop).

Subtil jeu sur les couleurs : terne, presque noir et blanc au début, contrasté avec les progrès du technicolor.

Ce n'est pas un film de génie mais les bons moments se succèdent.

Une réplique d'anthologie quand Hugues lance à Katherine Hepburn avec un mépris absolu : "N'oublie pas que tu n'es qu'une star de cinéma."

Hugues à la famille Hepburn (gauchiste, filmée de manière cinglante) : "Si vous méprisez tant l'argent, c'est que vous en avez déjà." (ça irait assez bien à nos socialistes parisiens)

L'accident d'avion, le record de vitesse, Hollywood des années 30, les obsessions de Hugues.

Et une vision de politique américaine qui fait les passages les plus intéressants du film.

Un film foisonnant et une bonne détente.

Aucun commentaire: