dimanche, mars 25, 2007

Toujours plus d'assistanat

Voilà qu'on nous ressort l'allocation étudiante d'autonomie, payée par la collectivité, comme de juste.

A l'âge censé être le plus audacieux, le plus entreprenant de la vie, être autonome, ça serait dépendre de l'Etat, bel oxymore !

Je veux bien admettre qu'il y ait un problème pour financer les études (quoique je n'en sois pas totalement convaincu), mais pourquoi le recours à l'Etat serait-il la seule solution, et la meilleure ?

Et tout ce qui ce fait dans les autres pays : prêts étudiants bonifiés, jobs étudiants, c'est impossible en France ? La France est d'une autre essence ?

Bien sûr que non, mais une banque ne peut raisonnablement accorder un prêt étudiant que si la probabilité d'avoir un emploi à la sortie des études est forte, c'est pourquoi les prêts étudiants ne s'adressent en France qu'aux élèves de grandes écoles.

Evidemment, les prêts étudiants à la place de l'arrosage étatique, ça serait la fin , bienvenue, des caprices estudiantins : je connais une "jeune" qui à 28 ans est toujours aux études car elle en est à sa troisième filière, et, à chaque fois, il faut reprendre à zéro.

C'est une des grandes vertus du prêt étudiant : obliger les étudiants à se poser la question du remboursement et donc leurs futurs emploi et salaire.

A contrario, l'allocation étudiante d'autonomie serait une pompe supplémentaire fort puissante pour alimenter la machine à étudiants prolongés, sans métier et sans avenir. Est-ce vraiment ce que nous voulons ? Est-ce vraiment la meilleure manière de préparer l'avenir ?

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Est-ce vraiment ce que nous voulons ? Est-ce vraiment la meilleure manière de préparer l'avenir ?
Regardons les choses en face, le vieillisement de la population n'est guère favorable à la gauche, tant il est vrai que la sagesse des seniors, soucieux de la réussite de leurs enfants et de ne pas tirer de chèques sur l'avenir, les pousse plus vers une droite pragmatique que vers un socialisme rêveur et utopique. Cela n'est pas une vue de l'esprit ou une libre interprétation, juste un constat. Dés lors que reste-il à nos socialos-écolos-gauchos, si ce n'est de tenter d'attirer les jeunes le plus tôt possible dans le giron de l'assistanat, en les nourrissant au biberon des subventions. Il en va de même pour le chômage et le RMI, qui sont distribués sans contrepartie. Ne soyons pas aveugles, tout cela est calculé, programmé et c'est pour cette raison, que les leaders de gauche portent une lourde responsabilité dans l'état de notre économie. Il est tellement difficile de récupérer ce qui a été "donné" comme une avancée sociale. La gauche toute entière a faussé les cartes, en donnant le goût de l'effort aux plus vieux et un penchant pout l'assistanat systématique aux jeunes. Une preuve ? 75% des 18-25 ans rêvent
(tu parles d'un rêve) de devenir fonctionnaire. L'escroquerie socialiste va plus loin encore en victimisant et rendant intouchable celui qui bénéficie de subsides de la collectivité et en culpabilisant celui qui gagne de l'argent et qui donc ne partage pas son temps de travail (35 heures).