lundi, août 13, 2007

Pour certains « artistes » le rôle le plus naturel est celui de parasite

L'exclusion en marche

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Et apres cela, les intermittants du courage se plaignent d'etre vises par ceux qui payent leur loyer et leurs charges normalement. Pardon, mais quelle bande de nuisibles bons a rien.

Anonyme a dit…

Autre anonyme dit :

les lieux devait paraitre désert ...les artistes sont sur les festivals du sud de la france pour rester en contact avec la création ...
qui finance est le mystère
ou plutôt un non mystère n'est ce pas chers contribuables !!!
Comment arrive t on aprés des années de lutte (parfois violente) à réformer le statut des dockers mais comment recule t on devant les intermittents ?
de là à penser que nos chers élus (oui ils nous coutent cher !) puissent louper le spectacle réservé sur le festival de Trifouillis les 3 arpions largement subventionné par les fonds publics.

Comment se fait il que la création artistique vive quasi exclusivement de financement public ? Comment se fait il que les associations basent leurt budget sur des subventions ? (la question vaut aussi pour les club de foot ). On va opposer l'activité (attractives forcement attractives) proposé à la population mais c'est parfois un peu tiré par les cheveux non ?