mercredi, juillet 02, 2008

France, le pays qui peine à sortir du XXème siècle : l'exemple de la télévision publique

Ce n'est pas tant le pays qui peine à sortir du XXème siècle que l'Etat. Mais quand les dépenses publiques représentent presque les deux tiers du PIB, la nuance est mince.

La liste des maux de l'Etat est vaste et bien connue : sureffectif, gaspillage, missions à la fois trop nombreuses et mal définies, organisation déficiente, irresponsabilité généralisée, etc ...

Ces maux ont un point commun : ils sont inhérents à toute structure étatique. On peut les réduire mais jamais les supprimer, c'est pourquoi il faut réduire la place de l'Etat lui-même dans la société.

Je suis un peu estomaqué par l'affaire qui occupe l'actualité : le devenir de la télévision publique.

Ma position est simple et, me semble-t-il, de bon sens. En tous les cas, je crois que c'est une opinion adaptée à ce début de XXIème siècle : il faut purement et simplement supprimer les chaines publiques. En effet, les chaines généralistes, publiques ou privées, sont appelées à faner sous la pression des dizaines, des centaines de chaines généralistes, de la télévision sur internet, de la télévision sur portable.

La seule chaine publique qui se justifie à mes yeux car elle entre dans ce contexte actuel de chaines thématiques est la chaine parlementaire (1).

Quant aux chaines régionales, libre aux régions de s'en charger.

Ne voilà-t-il pas que notre gouvernement, si moderne, si en rupture, rompt avec le passé non pas pour aller vers l'avenir, mais pour retourner encore plus loin dans le passé, et se propose de financer entièrement la télévision publique.

Certes, ça nous a donné le grand plaisir d'entendre ceux-là qui hurlaient naguère contre l'horrible esclavage au profit du grand capital que représentait la publicité maintenant pleurer crocodilement que la publicité (la même, celle du grand capitalesclavagiste) est la garantie essentielle de leur indépendance et que sa disparition est fort angoissante.

Nota : sur le blog de JB Brighelli, Bonnet d'âne, j'ai appris par un commentateur que mon blog était nul, que j'étais idiot et que, en gros et en détail, je ne comprenais rien à rien. Quand on voit le niveau des commentateurs du blog en question, qui doit donner des envies de se faire hara-kiri avec leur double décimètre à tous les profs normalement constitués, je me dis comme souvent que c'est un plaisir de gourmet d'être pris pour un con par des imbéciles.
Cependant, si vous partagez ce diagnostic, je vous prie de passer votre chemin : à quoi bon s'attarder sur un blog sans qualités ?

(1) : comme en France, on a plein d'argent public, aucun déficit, peu de dette et que les retraites sont financées, on en a une pour l'Assemblée Nationale et une pour le Sénat.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher Franck,
j'ose croire à une faute de frappe quand vous dites que "les chaines généralistes, publiques ou privées, sont appelées à faner sous la pression des dizaines, des centaines de chaines généralistes, de la télévision sur internet, de la télévision sur portable."
en effet, peut importe la technologie employée (le contenant), nous parlons là du contenu.
Or, à mon humble avis, les chaines généralistes ont encore un bel avenir devant elles. Les chaines US nationales et généralistes ont su s'adapter à l'émergeance de chaines thématiques et régionales toutes en réussissant à rassembler plusieurs dizaines de millions de téléspéctateurs tous les soirs.
Pour les annonceurs cherchant une diffusion maximale de leur message, ce One To Many est le plus adapté.
Vous voulez touché 1/3 des français en 1 fois 30 sec : achetez l'espace lors de la 1/2finale de rugby, ou le match Italie-France du mois dernier.
Pour le moment seule TF1 sait faire ça... et M6 qui a bien compris le sens du vent et tend à faire de même.
Pour le reste, 2 chaines publiques suffiraient très largement. Quand on voit que 5 personnes (hors monteur) sont necessaires à la réalisation d'un reportage pour le JT de France 2 contre 3 chez TF1, on sait dans quel gouffre tombe notre redevance. Il suffit de constater que la pub représente moins d'un tiers du revenu global de France Televisions et que le groupe arrive encore à perdre de l'argent... alors que cette manne publicitaire est le seul revenu des chaines généralistes gratuites, qui arrivent à en gagner... Comment fait TF1 pour gagner de l'argent ? Mais la bonne question est : comment fait France Televisions pour en perdre ?

Anonyme a dit…

Au sujet du dirigisme culurel, on peut se contenter de citer J-F Revel :
“Rien ne me comblerait davantage, en tant que télespectateur, que de nager à longueur de soirée dans le flot roboratif de la filmographie albanaise, tanzanienne ou birmane. A une seule condition: que le choix m’appartienne.”

daredevil2007 a dit…

Un seul mot d'ordre pour ne plus subir l'impôt révolutionnaire et le lavage de cerveaux systématique pratiqués par la télévision d'Etat : ne plus la regarder!
Cela fait des années que je m'en passe, et vous savez quoi? Je ne m'en porte que mieux...
Au XXIè siècle ce système n'a plus sa raison d'être surtout que l'on y est contraint comme dans toute dictature qui se respecte... à moins de frauder.
Je me refuse à soutenir "l'exception culturelle à la française" qui n'est que du vent et de la propagande de bas étage...
Donc, un seul mot d'ordre : à bas la télé publique!

Anonyme a dit…

+1 avec Dare Devil.Je me passe de Tv et j'en suis trés content.
Essayez ! Jetez la boite a cons et lisez des livres !

Anonyme a dit…

daredevil2007 :
"Un seul mot d'ordre pour ne plus subir l'impôt révolutionnaire et le lavage de cerveaux systématique pratiqués par la télévision d'Etat : ne plus la regarder!"

Ca ne règle que la moitié du problème : le simple fait de posséder un appareil avec tuner entraîne l'obligation de payer la redevance.
Par contre, on ne la paye pas lorsqu'on passe par sa connexion haut débit et qu'on ne dispose pas d'appareil équipé de tuner.

Anonyme a dit…

"c'est un plaisir de gourmet d'être pris pour un con par des imbéciles."

Le plaisir laisse vite place à l'inquiétude quand on réalise qu'un imbécile ça peut aussi glisser un bulletin dans l'urne.

fboizard a dit…

Pour ma part, j'ai réglé le problème de la télé : j'ai une Free Box en panne, je ne regarde que des DVDs.

Je n'ai donc une vue de la télévision très partielle. Mais, tout de même, j'ai déjà regardé la télé et il me semble que la redevance, c'est du vol, à deux titres :

> il fait payer pour un service qu'on peut choisir de ne pas utiliser (c'est mon cas).

> je ne vois pas en quoi la télévision remplit une mision de service public. Il existe plusieursdéfinitions du service public, mais les chaines de France Télévisions n'entrent dans aucune de celles-ci.

Si on estime que des missions télévisuelles de service public existent, qu'on fasse un appel d'offres et qu'on les attribue par adjudication.

Comme disait ce bon Bastiat, «l'Etat est une fiction à travers laquelle tous essaient de vivre aux dépens de tous.», et le personnel de France Télévisions ne se débrouillait pas mal à ce petit jeu.

Comme d'habitude quand j'entends des fonctionnaires se plaindre qu'ils rendent un service essentiel et ne sont pas appréciés à leur juste valeur, j'ai envie de leur répondre : «Vous rendez un service essentiel ? Hé bien, prouvez le : vivez de vos clients. Si il y a des gens qui sont prêts à vous payer volontairement pour votre travail, cela prouvera que vous leur rendez service. Sinon, c'est peut-être que votre service n'est pas si intéressant.»

Bien sûr, ce raisonnement ne s'applique pas à tous, mais à beaucoup.

Le détour par les chaines US m'a instruit.

Anonyme a dit…

fboizard :
"Si il y a des gens qui sont prêts à vous payer volontairement pour votre travail, cela prouvera que vous leur rendez service. Sinon, c'est peut-être que votre service n'est pas si intéressant."

Hélas, le jeu de l'offre et de la demande est un système qui ne séduit que peu de français, surtout à gauche, car c'est de libéralisme (débridé?) dont il s'agit.

daredevil2007 a dit…

En plus, est-il seulement juste que l'on paie pour - que l'on doive payer! - pour un système sur lequel on n'a aucun droit de regard? Par ailleurs est-il juste de devoir par ce système de "péage" pour avoir le droit de regarder les autres chaines, sans même parler des chaines à thèmes que l'on peut obtenir via le câble ou le satellite et qui sont pour certaines d'une autre qualité?
Moi, quand je dois payer pour un service, je veux avoir un droit de regard sur celui-ci...