lundi, septembre 15, 2008

De la vie des blogs en général, et de celui en particulier

Les blogs naissent, vivent et meurent.

La naissance se fait généralement dans l'enthousiasme.

L'enfance, la période de croissance, est la plus enrichissante : les commentateurs du blog se sélectionnent eux-mêmes, suivant qu'ils accrochent ou non.

Une certaine connivence se crée avec l'hôte qui en profite pour affiner sa réflexion.

Arrive une période de maturité, où l'hôte maitrise ses sujets, ses commentateurs savent en gros à quoi s'attendre et peuvent travailler les détails, aller chercher les erreurs dans les coins.

Vient ensuite le vieillissement : l'hôte radote, a du mal à innover, les commentateurs fidèles sont un peu moins fidèles.

Comme la nature a horreur du vide, les commentaires commencent à être monopolisés par des polémiques qui ne volent pas bien haut, provoqués par ceux que, à défaut d'un mot plus grossier, j'appellerai les importuns,qui souvent ne se donnent même pas la peine de comprendre la démarche de l'auteur.

Le boulot des importuns est très simple : zéro réflexion, il suffit de coller des slogans et de tout critiquer, si possible en tutoyant et avec un maximum d'impolitesse.

Cette facilité donne un grand avantage aux importuns : ne se fatiguant pas et ne doutant pas, ils tiennent plus longtemps. De plus, ils ont l'avantage du nombre (Une fois passeés les enthousiasmes humanistes de l'adolescence, il faut bien se résigner : nous sommes cernés par les cons).

On tient là me semble-t-il une règle intangible des blogs : un blog finit toujours par être envahi par les cons.

Murit alors chez l'hôte du blog la tentation de la censure suivant la ligne plus ou moins avouée «C'est mon blog, pas un forum pour permettre aux cons de exprimer leur connerie.» C'est ainsi que JD Merchet a carrément fermé son espace de commentaires, que JM Aphatie modère assez violemment et ainsi des autres.

A partir de là, deux routes s'ouvrent :

> la mort du blog. L'hôte, peiné, fatigué, par la bêtise humaine, se retire et passe à autre chose.

> la survie. L'hôte, ayant ajusté son niveau de censure, continue, tout de même désabusé. Les cons aussi finissent par se lasser.

28 commentaires:

Captain Mousse a dit…

T'aimes pas être tutoyé ? c'est ballot parce que je tutoie tout le monde, enfin presque, je ne vouvoie que quand je méprise, le vouvoiement étant une forme de prise de distance, distance que je ne peux me permettre de prendre avec un type à qui je laisse autant de commentaires, déjà que je ne suis pas tendre... Ensuite, bien que le blog soit un espace géré de façon privée, il n'en reste pas moins public dans son accès, j'ai donc la conviction qu'il faut assumer les commentaires que l'on reçoit, par contre un blog n'est pas toujours un bon choix, JM Aphatie par exemple n'aurait pas du choisir la forme blog pour son espace web, au vu de son contenu il serait plus cohérent de ne laisser aux gens que la possibilité de lire ses articles, surtout au vu de leur potentiel de foutage de merde, ce qui ne retire rien à leurs qualités.
N'aurais-tu pas déjà eu une réflexion équivalente dans un article antérieur ? celui à partir duquel seuls les commentaires venant d'un compte Google étaient acceptés ? Un type surnommé Kreyket t'avais dit que ça ne gênerait pas les commentateurs virulents, que c'était une forme de censure vouée à l'échec. Etant Kreyket, j'affirme maintenant que je suis heureux de te voir me donner raison grâce à ton article ! Merci !

Stan Selene a dit…

Pour avoir la paix faites comme moi:
un blog pas terrible et bourre de fautes.

(bon je sais c'est pas vraiment le but de la manœuvre. :( )

Bon courage en tout cas, car tes billets sont excellents!

Tonton Jack a dit…

Heu, j'espère que ce post ne signifie pas le chant du cygne. Après JLC, ça commencerait à faire beaucoup.

Longue vie à la lime.

Cordialement

fboizard a dit…

Sur le sujet (comme sur d'autres) je radote : certains propos, certains tons, sont difficiles à supporter.

Sur tous les blmogs que je fréquente, l'hôte s'est posé à un moment ou à un autre la question d'arrêter ou de diminuer cette activité.

Pour l'instant, je ne pense pas arrêter, même si la tentation est récurrente.

Théo2toulouse a dit…

@matthieu : un blog est un espace privé ouvert au "public" certes, un centre commercial aussi. Est-ce que ça donne le droit de se comporter comme un "sauvage" ? De tutoyer les caissières ou les vendeuses ? Non. La vie en collectivité suppose le respect de certaines règles, auxquelles les blogs n'échappent pas.

Le problème avec internet c'est que des gens croient que la liberté d'expression est totale et que ça donne le droit d'étaler toute sa connerie quand on veut et comme l'on veut, avec qui l'on veut. Or la liberté d'expression s'arrête là où commence le droit de propriété de ceux qui tiennent un blog ou un forum. Evidemment, ils râlent qu'on les censure ou qu'on les bannissent, parce qu'ils n'ont pas compris ce qu'était la liberté d'expression. Le net donne finalement la pleine mesure à la fameuse réplique de Michel Audiard.

@mister Boizard : continuez votre blog, il est très bien, surtout les sujets économiques (j'avoue, les sujets sur l'armée, c'est pas mon truc).

Anonyme a dit…

"T'aimes pas être tutoyé ? c'est ballot parce que je tutoie tout le monde, enfin presque, je ne vouvoie que quand je méprise", etc.

Réaction adolescente typique.

Il ne vous vient pas à l'esprit que tout le monde se moque de ce que vous faites, de vos habitudes, de vos sentiments, de vos motivations (qui ne vous mèneront pas bien loin tels quels dans la vie, mais après tout c'est votre problème).

La question soulevée est celle de la politesse, qui consiste à tenir compte des sentiments d'autrui en les faisant passer avant les siens.

Non seulement vous ne répondez pas à la question, mais vous ne comprenez même pas de quoi l'on parle.

Ce qui ne vous empêche pas d'insister pour mettre votre grain de sel.

"Children should be seen, and not heard". En principe, sur les blogs, on ne devrait même pas les voir.

fboizard a dit…

Théo,

Militaire, diplomatique, économique et politique ont toujours été étroitement liés.

Je crois que c'est Montesquieu qui disait quelque chose comme : on peut attribuer une défaite militaire au hasard, mais si la guerre a été perdue, c'est qu'au plus profond de la société, il y avait une faille qui portait en elle cette défaite.

Captain Mousse a dit…

@ robert marchenoir : j'adore ce genre de réaction ! Si tant est que l'on soit tenté de remettre en cause VOTRE système de valeurs, ici la politesse, on est pas aussi valable que vous, ici vous me qualifiez d'adolescent sans même savoir si j'en suis effectivement un ou si au contraire j'ai eu le temps de me faire ma propre idée plutôt que d'appliquer bêtement ce que la société me demande. J'ai 21 ans, je ne suis donc plus vraiment un adolescent ni vraiment encore un adulte, je tutoie réellement tout le monde et obtient à mon grand plaisir plus de sourires et engage plus facilement de discussion que tout ces gens coincés qui se sentent obligés de prendre de la distance avec les gens qu'ils ne connaissent pas, de les vouvoyer. Partant de là, de ce que vous m'avez dit, je me vois dans l'obligation de vous mépriser, de vous vouvoyer donc, pour votre plus grand bonheur, et pour revenir à un langage plus commun et donc moins hypocrite : je vous pisse à la raie. Le jour où votre bonheur dépendra de celui des autres, que vous outrepasserez les notions vieillottes de "respect de l'ainé" et les règles de politesse sans fondement, que vous baserez votre éthique sur le bon sens logique et la recherche de la joie de vivre plutôt que sur ce qu'on vous a appris, vous aurez alors beaucoup appris. Au fait, pour mon avenir, le fait de tutoyer tout le monde ne me permet que d'avoir obtenu un rôle dans un film, une place dans un journal et des contacts professionnel un peu partout en ville, des gens qui me tutoient et qui me rendent service quand j'en ai besoin. Mais c'est vrai qu'un passionné de cinéma qui est critique dans un journal à 21 ans et qui va jouer un petit rôle dans le film d'une de ses idoles, il est mal barré, vous avez parfaitement raison.

francois155 a dit…

Mon cher Franck,
Tenez-bon ! Vos analyses économiques, politiques, sociétales, artistiques, militaires et autres me ravissent d’autant plus qu’elles bousculent souvent mes propres opinions. Comme je ne suis pas du genre à ramener ma fraise à tout bout de champ, même lorsque l’auteur d’un blog va contre mon courant, préférant m’accorder le temps de la réflexion et octroyer le bénéfice de l’intelligence au maître des lieux, je n’interviens pas trop dans ces colonnes.
Mais concernant votre questionnement, souvenez-vous que blogueur est maître chez lui : un blog n’est ni une agora, ni un exercice de démocratie participative (à moins qu’il ne se présente comme tel d’emblée). Ce qui compte, a priori, ce sont les billets, non les commentaires. Si ceux-ci ajoutent une plus-value, critique ou affirmative, aux propos énoncés dans le billet, tant mieux, c’est du bonus. S’ils polluent inutilement la réflexion de l’auteur, perturbent la vie du site, plombent l’ambiance au point de mettre l’existence du blog en danger : une seule solution, la modération…
En espérant avoir le plaisir de vous lire encore longtemps.

Théo2toulouse a dit…

@matthieu : l'âge ne fait pas le bonhomme. On peut être un adulte à 18 ans (ce qui est rare) et un adolescent attardé à 50 (ce qui est plus fréquent. Ceux-là, on a de grandes chances de les croiser dans des métiers folkloriques, un peu comme vous, ça leur évite certaines conventions sociales qui règles la vie en collectivité, qui consiste pour un employé à ne pas tutoyer son patron ou ses clients, surtout quand ils ne se connaissent pas. Je ne sais pas si vous avez déjà passé des entretiens d'embauche, vous pouvez toujours essayer de tutoyer un recruteur, je doute qu'il apprécie la chose.

Captain Mousse a dit…

des métiers folkloriques ? c'est quoi cette histoire ? et c'est quoi un métier pas folklorique ? banquier ? comptable ? DRH ? J'aimerais qu'on m'explique l'origine de cette sorte de ségrégation socio-professionnelle !

francois155 a dit…

Par exemple, les interventions du sieur Matthieu concentrent à elles seules tout ce qui vient polluer un excellent blog :

- Grossièreté : tutoiement puis le glorieux « je vous pisse à la raie », histoire qu’on soit sur d’avoir bien cerné le bonhomme.

- Egotisme : le sujet se moque du thème du billet et se contente de nous raconter sa vie, ses humeurs, sa conception de l’existence, ses problématiques individuelles, le tout étant probablement passionnant mais sans rapport avec l’objet du débat proposé par le maître de céans. Il s’en fout : ce blog n’est pas pour lui un espace d’échanges mais juste une tribune gratuite pour ses états d’âmes.

- Interpellation des autres intervenants, toujours sans aucun rapport avec le sujet du billet : non mais dites donc ? Mais qu’est ce que ça veut dire ? Et blablabla…

Bref, ledit Matthieu est, comment dit-on déjà, un troll qui mériterait une bonne modération.

fboizard a dit…

Je suppose que «folklorique» signifie dans ce contexte «qui n'a pas de valeur marchande suffisante pour se passer des subventions étatiques» (je rappelle que la moitié des revenus du cinéma français est constituée de subventions plus ou moins déguisées).

Ce n'est qu'une supposition de ma part.

Théo2toulouse a dit…

Pas du tout Mr Boizard. Par folklore, je pense à des métiers dont le but est d'amuser la galerie, de faire du spectacle. Ce sont quand même des métiers sérieux, qui demandent des grandes qualités. Ils sont acteurs, comédiens, musiciens. Au Moyen Age ils portaient un autre nom que je m'abstiendrai d'écrire pour ne pas m'attirer les foudres de la modération. j'arrête là ma contribution sarcastique.

(je suis visiblement en très grande forme ce soir)

Captain Mousse a dit…

J'aimerais que des puits de science tels que vos m'expliquent quand même ce que ça a de choquant de tutoyer à tout va, ce blog est le premier endroit où l'on m'en fait la remarque.
Je vais par contre oublier toute la partie sur les métiers avant que ça ne se termine en gueguerre d'insultes.
Je remarque par contre que vous avez noté le "je vous pisse à la raie" qui a donc atteint son but. Si j'avais raison sur les clichés que je pense que vous représentez, vous etiez obligés de faire un commentaire là dessus. Bien que ça ne soit pas une preuve irréfutable, que ça ne me donne pas raison à 100%, ça me fait doucement rire quand même.
De plus je tiens à rappeler que j'ai posté le premier commentaire, tout à fait dans le sujet de l'article, ce sont theo2toulouse et robert marchenoir qui se sont attaqués à moi directement en oubliant l'article, je ne fais que leur répondre car comme je l'ai déjà dit, j'ai le contact facile, même quand les gens sont difficiles.

Captain Mousse a dit…

Argh ! j'peux pas laisser passer ça en fait ! Je vais jouer au troll comme vous le dites si bien (z'avez vu ? je vouvoie !) et vous dire ce que je pense : les métiers artistiques vous semblent "folkloriques" parce qu'ils ne peuvent être intégrés totalement à l'économie de marché, qu'on en aura toujours besoin mais que seuls les pratiquants peuvent les contrôler et ça, ça passe pas dans votre vision étroite du monde où tout le monde doit penser et faire comme vous et même pratiquer le même métier que vous.
Je constate aussi que vous n'avez fait aucune remarque sur mes raisons pour tutoyer, vous vous contentez de "han c'est pas bien de tutoyer et il dit des gros mots".
Voilà. Je pense avoir été assez clair, le prochain qui se permet de critiquer (c'est dans votre droit), j'apprécierai qu'il le fasse correctement, avec des arguments et sans omettre les 3 quarts de mon texte, sans se focaliser sur 3 mots en plein milieu d'une phrase, si vous en êtes seulement capables.

Epicier vénéneux a dit…

J'ai 21 ans

Le jour où votre bonheur dépendra de celui des autres, que vous outrepasserez les notions vieillottes de "respect de l'ainé" et les règles de politesse sans fondement, que vous baserez votre éthique sur le bon sens logique et la recherche de la joie de vivre plutôt que sur ce qu'on vous a appris, vous aurez alors beaucoup appris.


Baser une éthique sur la recherche du bien-être personnel à tout prix, voilà qui est singulier et révélateur. Vous chercherez le mot onanisme dans le dictionnaire.

Ce qui est rassurant, c'est que vous ne vous reconnaissez pas dans le libéralisme : vous ne le confondez donc pas avec l'arrivisme.

Vous devriez consulter l'un ou l'autre livre à ce sujet.

Epicier vénéneux a dit…

les métiers artistiques vous semblent "folkloriques" parce qu'ils ne peuvent être intégrés totalement à l'économie de marché, qu'on en aura toujours besoin mais que seuls les pratiquants peuvent les contrôler et ça, ça passe pas dans votre vision étroite du monde où tout le monde doit penser et faire comme vous et même pratiquer le même métier que vous.

Attention, la rage vous aveugle. Ce que vous décrivez là ne s'applique qu'à de très rares pays, dont la France, et encore, pas complètement.

Le métier de producteur n'est pas un métier artistique, que je sache.

Vous tenez le même discours qu'un visiteur médical vantant les progrès et les espoirs permis par un nouvel anti-cancéreux, comme si le laboratoire qui l'employait avait créé la molécule en question pour sauver des vies et non pour gagner de l'argent.

Captain Mousse a dit…

"Vous tenez le même discours qu'un visiteur médical vantant les progrès et les espoirs permis par un nouvel anti-cancéreux, comme si le laboratoire qui l'employait avait créé la molécule en question pour sauver des vies et non pour gagner de l'argent."
Et pourquoi pas ? Quelle que soit la raison du labo de créer la molécule, le résultat est le même, elle est là et ça sauve des vies, et quand on voit la difficulté de ce genre d'entreprise il faut forcément y trouver son compte autrement que par l'argent, nous ne sommes pas tous des monstres.

Je tiens à préciser que la recherche de la joie de vivre n'est pas dédiée qu'à moi comme j'avais l'impression de bien le faire comprendre en disant que mon bonheur dépend de celui des gens qui m'entourent. Relisez mieux avant de critiquer.

francois155 a dit…

Matthieu,

Je n’ai pas d’avis à formuler sur vos ambitions artistiques. Je vous souhaite simplement, sans aucune arrière-pensée, de réussir dans tout ce que vous entreprendrez.

Pour le tutoiement, c’est très simple : vous êtes ici accueilli sur un blog dont l’animateur ne partage pas vos convictions sur le sujet. Peu importe, du reste, votre opinion sur le fait de savoir si c’est bien, pas bien, etc. Vous êtes un invité et, en tant que tel, vous vous devez de respecter celui chez qui vous avez librement choisi de vous exprimer. Ceci passe, entre autre, par le vouvoiement entre les intervenants.

C’est de la politesse élémentaire, sans plus. Si vous n’êtes pas d’accord avec ça, quittez les lieux, montez un blog ou vous décréterez le tutoiement obligatoire mais ne venez pas dire aux autres ce qu’ils doivent faire lorsqu’ils sont chez eux, sur leur blog….

Epicier vénéneux a dit…

Et pourquoi pas ? Quelle que soit la raison du labo de créer la molécule, le résultat est le même, elle est là et ça sauve des vies, et quand on voit la difficulté de ce genre d'entreprise il faut forcément y trouver son compte autrement que par l'argent, nous ne sommes pas tous des monstres.


Vous venez de saisir l'esprit même du libéralisme.

Hallelujah.

Théo2toulouse a dit…

"ça passe pas dans votre vision étroite du monde où tout le monde doit penser et faire comme vous et même pratiquer le même métier que vous."

Tu (tu notes) n'as rien compris. Tu as le droit le plus absolu de faire du cinéma, de la musique, d'en vivre même grassement, tant que ce n'est pas aux dépens des autres. Or le problème du show biz en France, c'est qu'il vit largement de subventions au nom de la soit disant exception culturelle, une grande blague étatiste utilisée pour assurer des débouchés à une pléthore d'artistes ratés. Un libéral de principe ne dira jamais à autrui comment il doit mener sa vie, ce qu'il doit penser. En revanche il sera scrupuleux sur le respect de ses droits de propriété.

Pour ce qui est de tutoyer, il est évident qu'il y a des personnes avec lesquelles il ne faut pas se le permettre, il y a des hiérarchies dans la société comme dans les entreprises et il convient de les respecter, à moins que vous considériez un patron et ses employés sur le même pied. je vous vouvoie mon supérieur pour deux raisons : et d'un, c'est mon supérieur et de deux, c'est pas mon copain.

Enfin pour ce qui est du folklore (j'avoue qu'il y avait de la provocation de ma part, et elle a bien fonctionné néanmoins), un gars qui joue dans un groupe de rock devant son public, c'est quand même plus folklorique qu'un banquier chargé de gérer des dossiers de surendettement. Ils sont tous les deux honorables, mais dans le premier cas, le gars ne prend pas beaucoup de risques hormis celui de faire un bide. Dans le second, il est souvent amené à faire des choix douloureux avec une partie de sa clientèle.

PS : quand le propriétaire d'un blog demande le vouvoiement, il ne devrait même pas à avoir à en justifier l'usage, ce qui revient à lui contester son droit de propriété.

Théo2toulouse a dit…

Corriger "je ne vouvoie pas mon supérieur à la fin de mon paragraphe".

Captain Mousse a dit…

Bon, vous avez vos arguments qui prennent comme base votre vision des choses avec ce que l'on vous a appris et tout, pourquoi pas, chez vous ça tient debout. Personnellement je préfère m'en remettre au bon sens, celui-là même qui me dicte de tutoyer les gens pour pouvoir s'en approcher plus facilement, même le boss, si celui-ci pouvait se sentir plus proche de moi, ça ne pourrait m'être que bénéfique, comme à tout un chacun.
Pour revenir au "folklorique", vous ne prenez pas en compte bon nombre d'éléments : pour reprendre votre exemple, le banquier s'appuie en général sur des faits établis et des chiffres, à part un peu de spéculation, les erreurs qui se déclareraient ne seraient que de sa faute, erreur de calcul souvent, donc peu de risque de voir sa carrière ébranlée; le chanteur par contre fonctionne grâce à ce que les gens pensent de lui, si il fait un bide il doit tout revoir depuis le début, de ses chansons jusqu'à ses réactions face au public ou les gens qui l'entourent, car sans public, pas de revenu.
Vous l'aurez deviné, je met effectivement tout le monde à égalité, patrons et employés, artistes et comptables, jeunes et vieux, bourgeois et rmistes.

Je ne suis pas libéral, je ne suis d'aucune appartenance philosophique, j'ai déjà dit que je ne me fiait qu'au bon sens, j'ai donc un peu de libéral, mais aussi un peu de droite, gauche, capitaliste, communiste... Tout ! du moment qu'il y a du bon dedans, et j'essaye tant bien que mal de faire le tri dans tout ça.

Anonyme a dit…

"Je vous pisse à la raie": il ne faut pas bien longtemps pour faire tomber le masque à des individus comme Matthieu.

Une seule étape suffit pour démontrer que le tutoyeur soi-disant sympa, convivial et cool est en réalité une petite frappe égoïste qui n'a rien fait dans sa vie mais s'imagine faire partie d'une race supérieure.

Ah! au fait, que vous soyez "passionné de cinéma", que vous soyez "critique dans un journal" (La Semaine de Suzette,je suppose), que vous ayez (bientôt) "un petit rôle dans un film", tout le monde s'en fout, figurez-vous.

Vous apporteriez ici quelques informations intéressantes relatives aux sujets traités par le blog, quelques analyses intelligentes et novatrices -- bref vous donneriez quelque chose aux autres, au lieu de bramer "moi-je", "moi-je" à longueur de colonnes -- que vous pourriez songer à impressionner quelqu'un ici.

Mais penser une demi-seconde recueillir quelque estime simplement parce qu'on se déclare sous-gratte-papier stagiaire dans un torchecul quelconque -- sur le cinéma, en plus! --, tout en théorisant l'impolitesse, c'est véritablement poser sa candidature au record du monde de la cuistrerie.

Sans parler de la naïveté.

Canut a dit…

"On tient là me semble-t-il une règle intangible des blogs : un blog finit toujours par être envahi par les cons.
Murit alors chez l'hôte du blog la tentation de la censure suivant la ligne plus ou moins avouée «C'est mon blog, pas un forum pour permettre aux cons de exprimer leur connerie.» C'est ainsi que JD Merchet a carrément fermé son espace de commentaires, que JM Aphatie modère assez violemment et ainsi des autres"
On est toujours le con de quelqu'un, non ? Il me semblait naîvement que le principe du blog était de supporter la contradiction, s'exposer à des critiques, etc.
Le problème du libéral, du catho, du musulman, du communiste, c'est qu'il a épousé un dogme, une foi, acquis des certitudes. Par là,il est forcément très vulnérable face à des réalités qui n'entrent pas dans son champ de vision ("les cons" boizardiens ou apathiques en font partie). Il ne peut les supporter, il lui faut les faire taire ou les détruire. R. Barthes disait que nous étions encore pour longtemps dans un monde pré-voltairien. Cela se confirme.

Théo2toulouse a dit…

@canut : tolérance n'est pas indifférence.

@Matthieu : la différence entre votre chanteur et le banquier, c'est qu'il y en a un des deux qui est subventionné par l'Etat quels que soient ses résultats.

Anonyme a dit…

En parlant de vie de blogs, celui de Jean-Louis CACCOMO est de nouveau actif après une période de transition incertaine.
Ca c'est une bonne nouvelle !