mardi, novembre 17, 2009

La gauche peut-elle débattre honnêtement d'éducation ?

A la question qui fait le titre de ce message, comme Natacha Polony, je réponds par la négative, sans aucun doute.

La gauche française a fait du système éducatif étatique son principal outil d'endoctrinement, elle y a injecté ses concepts égalitaristes et socialistes (1).

Faire preuve d'honnêteté, constater l'échec lamentable de l'EN sous direction syndicale, revient à se renier. La gauche ne le fera jamais.

Comme dans l'URSS il s'est développé une économie parallèle pour pallier l'échec de l'économie officielle, il se développe en France, pour les mêmes raisons, une éducation parallèle en marge de l'éducation officielle.

Toujours comme dans l'URSS, plutôt que de remettre en cause le système officiel qui a fait faillite, on préfère pourchasser ceux qui essaient de s'en sortir en contournant le système et rendent ainsi patente la faillite que la propagande nie.

N'allez jamais expliquer à un instituteur du public que vous avez appris à lire à votre enfant avec la méthode Boscher. Il ne vous félicitera pas de votre réussite, il vous condamnera de vous être distingué (2) et en fera, ignoble prise d'otage, peser la peine sur votre enfant (c'est du vécu) : mieux vaut un ignare dans la fidélité à la doctrine, qu'un savant hors de la doctrine.

Il y a de la cohérence dans le malheur de la France : l'EN est un temple du socialisme, elle est aussi le plus gros employeur étatique, elle contribue donc pour une grosse part à la faillite du socialisme par la banqueroute.

Bref, on en revient toujours à Einstein : «Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre.»

***************
(1) : vision utilitariste et matérialiste du monde (les compétences plutôt que les savoirs), l'égalitarisme niveleur (l'élève au centre, pas de sélection, pas de hiérarchie), socialisme (l'égalité des chances : ce n'est pas l'individu qui est responsable, c'est la société).

(2) : la distinction, la singularité, ennemies irréductibles du socialisme.

Aucun commentaire: