mercredi, novembre 11, 2009

Le bras, Lévy, Amara, Voynet, Rioufol

Le Bras, Lévy, Amara, Voynet, Rioufol

Ce n'est qu'un extrait.

Durant cette émission, les gauchistes ont passé leur temps à définir la France par le républicanisme le plus étroit.

C'est tout simplement ridicule : la France n'est pas plus née avec la république qu'elle n'est morte avec la monarchie.

Ce qui me terrifie : à force d'être répétées, ces âneries, sordides, sectaires, finissent par passer pour des vérités, ou tout au moins pour des opinions respectables.

Même un hussard noir trouvait à dire du bien de Henri IV ou de Louis XIV.

22 commentaires:

daredevil2007 a dit…

Mais pourquoi vous en étonner, Franck? Peuvent-ils seulement faire autrement?
Quand on a le cerveau lobotomisé par la bien-pensance, il faut disposer d'une sacrée force de caractère pour ne pas sombrer...
Pour ma part, je me félicite de ne plus avoir de poste depuis fort longtemps, cela m'évite de perdre trop de temps à écouter des inepties!

daredevil2007 a dit…

Bon, j'ajoute que cet extrait me semble bien résumer la problématique... d'un côté, les gentils multiculturalistes qui nous promettent le paradis sur terre - à condition de se soumettre à leur diktat!
De l'autre, les méchants nationalistes républicains et francophiles...
Vive le noir et le blanc! Y a que ça de vrai...

daredevil2007 a dit…

J'allais oulbier: Avez-vous lu ceci?
de la dette

Unknown a dit…

« Même un hussard noir trouvait à dire du bien de Henri IV ou de Louis XIV. »

Normal : il connaissait bien ce qu'il rejetait, et, le connaissant, il pouvait en distinguer les nuances...

tiberius a dit…

J’ai regardé l’émission seul D Voynet y relève du gauchisme, H Le Bras me semble juste être un grand optimiste.
Sur le républicanisme et l’identité française je suis d’accord avec vous sauf que l’identité doit être partagée de tous et dire que la France, c’est entre autre la république et l’histoire de France, me semble plus fédérateur.
Dans les arguments de Le Bras je souligne une incohérence quand il fait référence aux pogroms anti-immigrés du 19eme à l’avant guerre, il n’y a pas d’équivalent aujourd’hui puisse que les pogroms modernes sont ainti-français.

Sur Voynet vs Causeur
http://www.causeur.fr/voynet-vomit,3277

tiberius a dit…

J’ai regardé l’émission seul D Voynet y relève du gauchisme, H Le Bras me semble juste être un grand optimiste.
Sur le républicanisme et l’identité française je suis d’accord avec vous sauf que l’identité doit être partagée de tous et dire que la France, c’est entre autre la république et l’histoire de France, me semble plus fédérateur.
Dans les arguments de Le Bras je souligne une incohérence quand il fait référence aux pogroms anti-immigrés du 19eme à l’avant guerre, il n’y a pas d’équivalent aujourd’hui puisse que les pogroms modernes sont ainti-français.

Sur Voynet vs Causeur
http://www.causeur.fr/voynet-vomit,3277

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je fus consterné par une thèse de Le Bras que personne sur le plateau n’eut le courage ou la décence de combattre : notre bonhomme jugeait consubstantielle la naissance de la France et celle de la République, un certain 4 août pour être plus précis. Il y a là une grande confusion entre la Nation et la République, entre la France et son organisation politique. (et que dire de l’égalitarisme latent – ce monsieur n’a manifestement que très partiellement perçu les aspirations de cette période).
Ce républicanisme agité comme un patriotisme permet à Le Bras de délégitimer le débat : l’identité française étant consubstantielle de la République, elle ne peut se faire qu’à travers l’adhésion aux ‘valeurs’ républicaines.
Indépendamment de la vision très particulière que ce monsieur a de l’Histoire en générale, et de celle de son pays en particulier (aucun dignitaire du PC chinois n’envisagerait de dire que la naissance de la Chine s’est produite en 1949), je trouve ces positions extrêmement périlleuses : comment, dès lors, réfléchir à ce qui fonde une identité (voir l’excellent essai d’Amin Maalouf – Les identités meurtrières – particulièrement visionnaire quand on regarde la date de 1ère publication) dans ou hors du cadre national puisque ce cadre est nié ?
Peut-on parler d’identité régionale si l’on ne peut analyser ce qui fait l’identité française ?
Que dire à par exemple aux royalistes (fort peu nombreux soit) ? Qu’ils ne sont pas français tant qu’ils n’adhèrent pas à la République ?
Faut-il interdire la lecture de Tocqueville, parfois très distant avec ces valeurs républicaines ?

Les exemples historiques de confusion entre un système politique et son pays hôte sont rarement positifs… et ceux qui me viennent à l’esprit discréditeraient à coup sur ma réflexion !

J’en reviens au débat : comment Lévy ou Rioufol peuvent-ils laisser passer ça ? Abandonnent-ils ce sujet pour garder du temps pour d’autres ? J’aimerais avoir vos regards sur ce point, même si celui de Franck, toujours en froid avec ce média rustre et réjouissant, sera limité aux différents montages trouvés ça et là sur la toile.

Théo2toulouse a dit…

@tiberius : d'accord sur Voynet. En deux phrases elle dit une chose et son exact contraire. De toutes façons, l'incohérence est l'apanage des gauchistes.

"notre bonhomme jugeait consubstantielle la naissance de la France et celle de la République"

Il faudrait rappeler à ce monsieur que le génocide des vendéens est consubstantielle à la première république et que l'éradication par la force des langues régionales ne relève nullement du fantasme.

D'autre part les nations n'ont pas attendu la république ni la monarchie féodale pour exister.

Pour une fois je suis d'accord avec le PS pour refuser le "débat" sur l'identité nationale. Ce n'est pas au gouvernement de décider ce qui en fait partie ou non. Surtout quand on voit certaines propositions débilissimes faites par les crétins qui nous gouvernent.

Anonyme a dit…

@théo ; vous préférez le débat sur la légitimité du débat ?

Qu'importe qui pose la question, si cette question mérite d'être débattue.
Tirez-vous sur le messager quand la nouvelle est mauvaise ?

Je suis un 'spectateur engagé' de cette course à l'identité.
Spectateur, car elle m'amuse et m'attriste ; chacun se veut breton, basque, marocain, musulman, juif, arménien, etc. C'est à qui sera le ‘plus’ différent, comme si on pouvait mesurer la différence, comme si cette différence pouvait susciter l'envie et la jalousie. Un peu comme les blanc-becs des films US (ou comme certains jazzmen toulousains) qui sont malheureux de ne pas être noir...
Elle m'attriste aussi, car qui cherche son identité s'éloigne des autres à force de se regarder le nombril.
Engagé, car cette quête d'identité, comme s'il s'agissait d'analyser une prédestination des peuples, oublie la quête de sens. Pour paraphraser Monod, on s'intéresse plus à la voie qu'on emprunte qu'à la montagne qu'on escalade, alors même que cette montagne est commune.

Dans ce cadre, je me réjouis que la question soit dans l'air du temps. Elle renvoie chacun de nous à la vision que nous avons de nous-même, de ce qui nous fait, nous rapproche et nous transcende.

Théo2toulouse a dit…

"Qu'importe qui pose la question, si cette question mérite d'être débattue."

Mouais, un débat d'où le peuple sera absent comme d'habitude, où les étatistes décideront une fois de plus ce qui est bon pour le peuple sans lui demander son avis. A-t-on un jour consulté les Français sur l'immigration ? Jamais. Nos amis suisses sont régulièrement appelés à donner leur avis sur ce sujet et curieusement ils n'ont pas les problèmes d'immigration de la France.

Alors confier le débat sur l'identité française à ceux qui ont osé dire que les Français avaient mal voté en 2005 au sujet du traité de Lisbonne, aux pompiers pyromanes qui ont fait venir des millions d'immigrés sans honte ni vergogne sans rien exiger en retour et qui découvrent qu'ils posent le problème de l'identité nationale, désolé mais non merci.

tiberius a dit…

Le débat me paraît légitime même si je pense que c’est largement une opération politique pas mal joué d’ailleurs. Et pas contrairement à ce qu’on veut nous faire croire une opération visant le FN mais plutôt la gauche qui s’enfonce un peu plus. Ainsi la composition du plateau m’a paru bizarre, pas de journaliste de gauche bien pensant pas d’homme/femme politique de gauche capable d’aligner deux idées. Ceci m’invite a pensé qu’il y a comme un malaise à gauche, Sarko à défaut d’être un bon gouvernant est un bon politicien ce qui n’est pas sans rappelé Chirac.

fboizard a dit…

Les Zemmour, Lévy et Rioufol sont toujours minoritaires et ont bien souvent des temps de paroles réduits.

Ma conviction est qu'ils servent de faire-valoirs au système bien-pensant et, au final, aident à à sa survie.

Les vrais opposants sont ceux qui écrivent ou qui parlent à la radio, c'est-à-dire qui utilisent des medias où il est possible de construire un raisonnement, de développer une pensée. C'est peut-être plus confidentiel mais bien plus efficace.

Les causeurs dans le cyclope touchent beaucoup plus de monde, mais seulement en surface et il n'en reste rien, sauf l'impression que le système n'est pas si méchant puisqu'il les laisse causer.

Théo2toulouse a dit…

D'accord avec vous : c'est une opération politicienne visant à détruire encore un peu plus le PS qui voit là un piège visant à aller patauger dans les eaux troubles avec le FN. Or ils oublient au PS que Le Pen a été leur créature et leur allié pendant 20 ans pour pourrir la droite.

Ce n'est pas un débat qu'il faut mais un référendum. Comme l'UMP et le PS ont fait la même politique depuis 35 ans en matière d'immigration sans demander à la population son avis, et sachant que le vote Le Pen a flirté les 20 % en 2002, les crétins qui nous gouvernent se doutent bien que les Français iraient "mal voter", c'est à dire voter contre leur politique. Les Français ne sont pas foncièrement racistes ou xénophobes mais en haut lieu on a tout fait pour qu'ils le soient.

tiberius a dit…

Ma conviction est qu'ils servent de faire-valoirs au système bien-pensant et, au final, aident à sa survie.

Je ne suis pas en total désaccord mais vous utilisez un raisonnement de type communiste sans vouloir vous offenser. En effet ne pas vouloir de compromission avec le système parce qu’on est convaincu qu’il est voué à la ruine à été la doctrine du parti communiste et de satellite (CGT…) vis à vis du capitalisme pendant longtemps, on a vu le résultat. Sur la supériorité de la radio je suis entièrement d’accord mais je vous rappelle ou vous apprends que E Levy a vu son excellente émission le premier pouvoir supprimé de France culture. Aussi en matière de média je suis pour que chacun fasse ce qu’il peut sans trop d’illusions.

dupuy liberagneugneu a dit…

Fadela n'est pas d'accord. elle sent pas la croupe. mea maxima culpa. parler de hussard noir est discriminant vis à vis des autres hussards. cosaque des IUFM, cavalier professeur des écoles... pas simple. le gouvernement cherche une expression équilibrée et doit créer une commission. 3765 fonctionnaires seront recrutés.
au fait , connaissez vous Mémoire des Hommes ? Allez au formulaire de recherche et tapez Peguy, Charles né le 07 1 1873, tué à l'ennemi. La fiche manuscrite des procès de Tours vous viendra et si une larme ne vous vient pas, allez jouer aux billes. Allons, "Dieu ne s'occupe pas des fins de mois". vous salue respectueusement

daredevil2007 a dit…

"Les causeurs dans le cyclope touchent beaucoup plus de monde"
Très belle métaphore, Franck...
Et c'est bien parce que tout débat est faussé par avance que malheureusement, l'éléphant accouchera d'une souris - d'un souriceau même!
D'ailleurs à ce propos, comment concevoir la fameuse loi hadopi ou la prochaine sinon comme des moyens détournés de brider l'internet... Il y a ce qui se voit et surtout ce qui ne se voit pas!
Comme vous le soulignez fort à propos, la télévision empêche tout raisonnement en profondeur (sauf quelques exceptions) et nivelle les démonstrations, ne serait-ce qu'à cause des impératifs d'audimat... Je peux le constater bien souvent avec nombre d'élèves qui n'ont que trop tendance à s'y référer sans aucune distance ni esprit critique... de gentils moutons qu'on nous prépare bien proprement! Et je n'ose même pas évoquer leur capacité d'écoute qui frôle le néant (très souvent)tout occupé que sont leurs esprit à succomber aux lumières et flonflons artificiels de la "ptite boiboite" à lobotomiser...

daredevil2007 a dit…

Tiens, de quoi vous réjouir, Franck! Très en verve, notre ami Rioufol...

Rioufol

Théo2toulouse a dit…

@Daredevil

D'accord avec vous. La télévision, c'est le pouvoir (l'ORTF à l'époque du gros Charles mais c'est tout comme en 2009 puisqu'une chaine ne peut émettre sans autorisation de l'Etat) qui s'invite et que l'on invite dans votre salon à l'heure du repas. La TV, ce sont les jeux du cirque du XXIème siècle. On organise comme à Rome des combats de gladiateurs (touche 1 du téléphone pour le pouce levé, touche 2 pour celui baissé) pendant qu'on occulte sciemment au peuple que des hordes barbares sont parties à l'assaut de nos richesses et de nos terres comme ce fut jadis le cas de l'empire romain. L'empire chercha lui aussi à intégrer ces barbares qui voulaient s'y installer et pourtant ce sont eux qui gagnèrent la conquête.

"Un parti tunisien, l'Union démocratique unioniste, a choisi ce moment d'interrogation collective sur ce qui reste de fierté nationale pour exiger de la France, mercredi, des excuses et des indemnités pour compenser "le pillage de ce pays durant la colonisation"

Si notre président nabolitain en avait, la seule réponse que mériterait cette requête serait un majeur bien tendu.

Unknown a dit…

« L'empire chercha lui aussi à intégrer ces barbares qui voulaient s'y installer et pourtant ce sont eux qui gagnèrent la conquête. »

Oui et non, car les Germains se sont finalement latinisés et christianisés.

C'est donc la tendance inverse qui se produit aujourd'hui, c'est plus grave.

fboizard a dit…

L'Islam est comme Artila : partout où il passe, il conquiert, il détruit, il éradique, il stérilise.

Il suffit d'avoir des yeux pour voir.

Si on est musulman, on peut trouver ça très bien, mais pas nier cette évidence.

daredevil2007 a dit…

"Sarko à défaut d’être un bon gouvernant est un bon politicien ce qui n’est pas sans rappeler Chirac."
Oui, sans nul doute mais est-ce que l'on attendait de lui?
J'estime qu'il y a un temps pour tout: jouer à gagner les élections ; gouverner réellement!
Pour l'instant, nous sommes toujours dans le premier cas alors que cela va faire 3 ans qu'il est au pouvoir... et que la situation de notre pays s'est nettement dégradée à tout point de vue!
Mais la question en suspend, la seule qui mérite d'être posée à mes yeux: qui pourrait prendre sa place à l'heure actuelle?

Théo2toulouse a dit…

"qui pourrait prendre sa place à l'heure actuelle?"

Un vrai libéral, mais pour qu'il puisse gouverner et enfin réformer, il lui faudrait arriver après la faillite de l'Etat et non avant.