vendredi, novembre 06, 2009

Sarkozy l'immobile

Nous avions Sarkozy l'agité. Maintenant, nous avons Sarkozy l'immobile.

Dans un style différent de Jacques, il se chiraquise. J'ai été très surpris d'entendre des commentateurs de BFM, point suspects d'extrémisme gauchiste (mais pas vraiment de droite non plus), louer ses importantes réformes. Lesquelles ?

Sur aucun sujet, absolument aucun, il n'est allé au fond des choses. Je ne parle pas de tout changer en un jour, contre-argument facile des gens de mauvaise foi, mais de points fondamentaux qui changent l'équilibre d'une situation.

Nulle part, il n'a fait ce type de réformes.

11 commentaires:

Anthony Naar a dit…

La force de Sarkozy : faire croire qu'il réforme alors qu'il ne fait rien. Et pendant ce temps là, ce pays va droit dans le mur...

fboizard a dit…

Comme je le dis souvent, dans les comptes d'une nation, on lit sa morale.

Dans ceux de la France, on lit depuis trente ans socialisme, imprévoyance, prodigalité, clientélisme, démagogie, veulerie, lâcheté. Il n'y a aucune rupture en ce domaine depuis l'élection de Nicolas Sarkozy.

Unknown a dit…

Nicolas est un président-ludion ce qui lui permet de toujours en mouvement sans bouger de place.

tiberius a dit…

Vous êtes un peu dur avec Sarkozy, il y a quand même des réformes mais il est vrai que par rapport au discours de la réforme elles sont bien maigres. Pour moi Sarkozy est infiniment meilleur que Chirac mais je le concède ce n’est pas suffisant. Le problème ne tien pas qu’à lui, si l’on compare avec l’Allemagne qui a fait en grande partie les réformes qui lui permettront de s’en sortir, on constate qu’outre Rhin un consensus SPD/CSU pour la réforme a eu lieu. Rien de tout cela en France et les maigres réformes sarkosystes ne sont pas à l’abri du retour au pouvoir d’un démagogue de gauche qui déferait le peu qui a été fait. Et Thatcher n’a été possible que quand l’Angleterre a subi la tutelle du FMI, ce qui n’est pas réjouissant car grâce au système européen nous pouvons nous enfoncer beaucoup plus bas.

hc.minneapolis a dit…

Sarkozy fait des réformes à moitié. Lire "Les réformes ratées du président Sarkozy" de P. Cahuc et A. Zylberberg. Il est aussi assez mal entouré et conseillé, ce qui est quand même un peu de sa faute au final. Je pensais naïvement au début qu'il y avait un plan d'ensemble, une vision cohérente, une réflexion et des plans d'action mûrement réfléchis ... Mais non, à part une stratégie d'obtention du pouvoir et une tactique pour s'y maintenir, en fait qu'il n'y a pas grand chose sur le fond : manque de cultures historique et économique, manque de vraies réflexions, et donc ça finit par des coups plus ou moins réussis, en suivant l'opinion publique. Bon, à gauche c'est pareil. On sait comment ça finira pour nous : mal.

Unknown a dit…

C'est un pur arriviste. Avant on communiquait pour expliquer son action et sa vision. Maintenant, l'action se résume à la communication. La communication devient l'action politique, totalement détachée du réel et axée uniquement sur l'intant présent. On se fout de l'avenir, on verra plus tard. Je crains hélas pour la France que cela continue comme cela encore quelques années ...

daredevil2007 a dit…

"à part une stratégie d'obtention du pouvoir et une tactique pour s'y maintenir, en fait qu'il n'y a pas grand chose sur le fond : manque de cultures historique et économique, manque de vraies réflexions" Mais n'est-ce pas là les caractéristiques principales de tous nos hommes politiques ou presque depuis des lustres?
Allons plus loin: le fond du problème n'est-il pas que la politique soit devenue un métier et que ceux qui l'exercent soient devenus des prébendiers?
Par ailleurs, avec toutes les réunions dues au cumul de mandats où ces personnes pourraient-elles trouver le temps de lire et de se cultiver, donc de prendre du recul pour mieux se préparer aux événements de toutes sortes les plus inattendus soient-ils?
Je pense également comme M. Reichmann que beaucoup de personnes de valeur ne veulent plus entrer dans l'arène parce qu'elles estiment que le jeu n'en vaut pas la chandelle et qu'il y a trop de coups à prendre, surtout si l'on est honnête...

Unknown a dit…

"dans les comptes d'une nation ..."
D'accord.

NS est légitime. Il reflète bien les profondeurs : le désir de statut, de protection, le désir d'être plutôt un consommateur net de taxes qu'un payeur net de taxes, etc.
L'opinion est bien pour la réforme ... la réforme des autres. Moi j'ai besoin de davantage de reconnaissance (traduire ...) et de moyens.

"depuis trente ans ... "

Il faut remonter bien avant, ne serait qu'avec un indicateur très global : la part du PIB prélevée et gérée par l'État et tous ses appendices. Au moins 50 ans avec de fortes accélérations sous de Gaulle et Giscard, quelles qu'en aient été les raisons.
On dit maintenant tout à fait ouvertement et clairement que la droite française est sociale démocrate. Quant aux libéraux ils sont hyper absents, ultra absents, malgré le discours.

daredevil2007 a dit…

"Quant aux libéraux ils sont hyper absents, ultra absents, malgré le discours"
Absolument, mais pourquoi?

Théo2toulouse a dit…

"Je pensais naïvement au début qu'il y avait un plan d'ensemble, une vision cohérente, une réflexion et des plans d'action mûrement réfléchis"

Euh, avez-vous vu ce qu'il a fait quand il était ministre de l'intérieur ? Absolument rien. A Toulouse, il a révoqué le directeur de la sûreté publique pour insuffisance de résultats et pourtant la nuit dernière encore 12 voitures ont cramé en ville. Voilà le bilan du sarkozialisme : du vent, encore du vent et toujours du vent.

En effet, vous avez été naïf de croire qu'il allait faire quelque chose alors que pendant 5 ans il n'a rien fait.

"Pour moi Sarkozy est infiniment meilleur que Chirac"

Tout à fait. Il a réussi en deux ans ce que Chirac a mis un septennat pour le réaliser : un déficit et des dettes abyssales, toujours plus de gabegie, toujours plus de clientélisme. on l'a vu avec les agriculteurs : 140 milliards de déficit et il réussit à trouver 2 milliards pour eux et acheter les voix de la FNSEA. Aujourd'hui, il trouve des dizaines de millions pour acheter les élections dans les DOM-TOM. Mais ça s'arrêtera un jour, quand ce sera la faillite, qui est imminente puisque la Sécu n'est plus financée pour l'an prochain.

Ce serait bien de le virer lui aussi pour insuffisance (plutôt inexistence) de résultats, mais quand on voit le camp d'en face, ce sera encore pire. Faut pas compter non plus sur Bayrou, c'est un tocard qui n'a rien branlé lui non plus pendant les cinq ans où il a été à ministre de l'EN. Même Mitterrand avait eu la lucidité d'arrêter les conneries en 1983 en voyant que le pays fonçait dans le mur.

daredevil2007 a dit…

"Même Mitterrand avait eu la lucidité d'arrêter les conneries en 1983 en voyant que le pays fonçait dans le mur."
Euh? mais au prix de combien de dévaluations déjà?

Pour changer de sujet mais en fait pas tant que cela, je vous conseille d'écouter l'intervention du sieur Ramadan sur le site suivant (datée du 5/11) : édifiant!!

Le triste sire Ramadan