samedi, juin 19, 2010

Le naufrage de l'équipe de France de football est-il le naufrage du multiculturalisme et du vivrensemble ?

Bien sûr, l'équipe de France de football est un signe de la dangerosité du multiculturalisme : quand on met plein de «divers» ensemble, on n'obtient pas un joyeux melting-pot festif. On obtient la dictature du caïd décébré le plus abruti et l'exclusion du seul blanc qui reste (1).

Néanmoins, je pense que les blogs conservateurs qui se sont réjoui que les idioties multiculturalistes soient enfin dévoilées sont trop optimistes.

**************
(1) : dans le journal Le Monde, bien connu pour son nauséabond extrémisme de droite : «Gourcuff, un homme isolé

Dans le même article, le journal [L'Equipe] décrit un autre fait d'après match étonnant, qui concerne le Bordelais Yoann Gourcuff, relégué sur le banc par le sélectionneur. Alors même qu'il n'a pas joué la rencontre, le jeune Breton prend le temps de répondre aux questions de journalistes en zone mixte. "Pendant que le Girondin s'exprime, ses "deux amis" (Anelka et Ribéry) déboulent sac à dos sur l'épaule. Quand Gourcuff aperçoit le milieu de terrain du Bayern Munich, l'image est saisissante: il évite de croiser son regard frondeur et se colle un peu plus à la barrière pour le laisser passer comme le premier de la classe fait place au caïd du collège par peur de prendre une baffe derrière la tête".»

3 commentaires:

H. a dit…

Pour compléter votre post: http://www.causeur.fr/gourcuff-et-les-tartuffes,6654
Cet article prend encore plus de saveur depuis que l'on connait l'incident qui est arrivé à la mi-temps dans les vestiaires.

Beaucoup plus violent: http://lepelicastrejouisseur.wordpress.com/2010/06/18/cette-fwance-qui-perd/

Je crains (à qui la faute?) qu'une réaction violente ne se fasse jour prochainement. Le "melting-post festif" est de moins en moins joyeux.

Anonyme a dit…

Bonjour Franck,
cette équipe de France est autant le symbole des dangers du multiculturalisme que celle de 98/2000 était celle de ses opportunités. Il s'agit du même phénomène, en positif ou négatif.
Une équipe de n'importe quoi, avec n'importe qui, peut faire de très grandes choses. Peu importe l'origine, la culture, la religion ou les opinions politiques si une cause plus grande transcende ces différences. Toutes choses étant égales par ailleurs, c'est la trame de la Résistance qui a vu se fédérer bien des gens différents unis par une même aspiration.
Pour revenir au foot, la différence réside peut-être dans le fait que les cadres de 98/2000 - Blanc et Deschamps - sont loin d'être idiots, sont animés de valeurs saines (probité, don de soi, exigence, etc.) et sont des fédérateurs. Les cadres à qui Domenech a confié les clés sont des ignares revendiqués, puérils et vains.

Le problème avec les cons, c'est qu'ils sont partout. Et un peu plus dans cette équipe que d'habitude.

daredevil2007 a dit…

Excellent Zemmour!

http://www.rtl.fr/fiche/5943186285/eric-zemmour-chez-ces-bleus-la-la-france-est-un-pays-de-bouffons.html