lundi, juillet 12, 2010

Les homosexuels, le mariage et l'adoption

Une déclaration de Nadine Morano refusant de changer la loi pour complaire aux activistes homosexuels provoque un assaut hystérique, dont je me suis mêlé, des abonnés du Monde.

Bien entendu, c'est toujours le même argument complètement con qui revient : des couples homosexuels élèvent des enfants, donc la loi doit donner un statut légal à cet état de fait. Comme si la loi devait donner un statut légal à toutes les conneries que sont capables de faire les êtres humains.

Je le dis franchement : à mes yeux, les homosexuels qui revendiquent mariage et adoption sont des gens qui ont un problème psychologique, qui n'arrivent pas à assumer les conséquences de leur choix de vie. La loi n'a pas à remplacer le psy.

Et puis, vraiment, soumettre la loi à une mode, c'est très aventureux. La mode change. Que se passera-t-il, avec cette pratique de soumettre la loi à la mode, si dans trente ans, la majorité des Français (la démographie étant ce qu'elle est), considère que l'homosexualité est dégoutante ?

Je suis opposé au mariage homosexuel, je trouve cette idée ridicule. En revanche, je suis plus qu'opposé à l'adoption par des homosexuels : c'est de la prédation d'adultes sur des enfants pour échapper aux problèmes psychologiques qu'ils se sont eux-mêmes créés. Le droit à l'enfant n'existe pas, ce n'est pas parce qu'on veut un enfant que la loi doit se soumettre. En revanche, l'enfant a des droits et celui d'avoir une vraie famille, avec un père et une mère, est un droit élémentaire.

Thomas Sowell contre le mariage homosexuel (en anglais)

Un article de Psychologies sur l'adoption par des couples homosexuels


Addendum du 12/07 : si mon analyse de l'évolution de notre société est juste, les activistes homosexuels ont intérêt à faire vite : la fenêtre d'hédonisme, de laxisme, de narcissisme et de puérilité généralisés qui seule leur donne une chance d'imposer leurs revendications ridicules est en train de se refermer.

Les fantaisies en matière de moeurs ne sont en grande partie soutenables que grâce à l'Etat-providence. Quand celui-ci atteint ses limites, la déconnade se ralentit (par exemple, la pauvreté touche de plus en plus les mères célibataires, et ça ne va pas s'arranger).

Nous ne reviendrons bien évidemment pas à l'ordre antérieur, mais il me semble qu'un durcissement va venir. Il ne suffira plus de se rouler par terre en hurlant «Je veux ! Je veux !» pour voir ses revendications satisfaites.

Il est possible que nous en revenions au point où il sera avantageux d'avoir beaucoup d'enfants comme assurance pour ses vieux jours (seule méthode connue pour avoir une famille nombreuse : le couple normal), auquel cas les revendications des homosexuels seront vues comme des incongruités.

Mais il s'agit de phénomènes de moyen terme. Il se peut aussi que l'Aubry ou la Royal gagnent les élections de 2012 et déploient toute la connerie, fort vaste, dont elles sont capables, sapant un peu plus la civilisation en attaquant sa cellule élémentaire, la famille (détruire la famille et la civilisation, sous prétexte qu'elle les jugeait archaïques, a toujours été dans le projet d'une certaine gauche).

29 commentaires:

Criticus a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Criticus a dit…

Voici le lien pour les non-abonnés :

Morano exclut un projet de loi sur l'adoption pour les couples homosexuels

Curmudgeon a dit…

Point de vue numéro 1. On est un libéral intégral, et, de plus, on ne prend pas au sérieux la notion de loi naturelle. On considère alors qu'on n'a pas à imposer sa vision des choses à des gens qui en ont une autre. Mais dans cette perspective, on arrive inéluctablement à des situations curieuses, et encore bien plus que dans l'affaire déjà assez gratinée qui fait l'objet de l'article. Comme je l'ai dit dans mon commentaire de "C'est pas si simple", Peter Singer va justifier l'infanticide (d'ailleurs pratiqué par un grand nombre de cultures traditionnelles). Qui suis-je pour m'opposer à ce "choix" ? Moi je n'envisage pas de tuer une bébé, mais si mon voisin trouve ça bon, et avec des jolis arguments "scientifiques" ? Et si un autre voisin a envie de se marier avec sa truie préférée ? Si encore un autre souhaite "jouir sans entraves" (slogan post-1968 ressassé dans les médias chics), selon les façons les plus variées ? Et si un autre groupe a envie de pratiquer l'eugénisme actif par tous les moyens possibles (il y a depuis le XIXe siècle de forts courants eugénistes qui ne manqueront pas de ressurgir).

Point de vue numéro 2. On ne modifie pas sans les plus extrêmes précautions des usages anciens. Les principes occidentaux du mariage homme / femme monogame, réprouvant l'avortement et l'infanticide (deux pratiques pourtant très largement pratiquées dans une proportion énorme de cultures traditionnelles, sans parler de la polygamie) sont en train de subir des coups de boutoir comme ils n'en ont jamais subi depuis de nombreux siècles, et cela à toute vitesse (en moins d'une génération). Une société aussi rapidement instable quant à ses bases peut-elle survivre sans une métamorphose radicale qui la rendrait méconnaissble ? Ça semble improbable. Comment faire tenir ensemble des "alternative lifestyles" aussi disparates, et mettant en cause les fondements même de la morale ? Ça n'est tout de même pas comparable entre la préférence pour le couscous et la préférence pour les nems, quoi qu'on en dise. D'ailleurs le courant qui essaie de l'emporter n'envisage pas la coexistence de styles de vie différents, mais l'imposition d'un style officiel destiné à éliminer les options réactionnaires, celles que, naguère, chez les marxistes, on classait comme contraires au "sens de l'histoire".

Bolito a dit…

Bonjour, La Lime.
Vous parlez de "mode" (mais comment peut-on assimiler la volonté de transmettre et de prendre soin à une mode !?) Moi je vous réponds "sens de l'histoire". La plupart des pays européen ont déjà...ou vont autoriser l'adoption par les couples homo.
on voit si un pays va bien à la manière dont il traite ses minorités. J'aime trop la France pour lui permettre une vision d'arrière-garde de la famille. Heureusement les sondages montrent que les Français sont prêts.
(Dites donc, c'est affreux, ces commentaires ou l' homoparentalité est amalgamé avec infanticide, zoophilie !!!)

Epicier vénéneux a dit…

Bolito, je vous propose d'organiser un référendum sur le mariage homosexuel et l'adoption par les couples homosexuels.

Ca promet un moment de franche rigolade lors du dépouillement. Renseignez-vous sur les Etats qui les ont légalisés par un vote parlementaire et qui ont cherché à légitimer cet acte par une consultation populaire.

L'isoloir et le bulletin secret, mon cher, il n'y a que ça de vrai. Toutes les idées que vous entendez exprimées dans les médias ou au café de Flore ne valent rien aux yeux du peuple.

Voyez la votation populaire sur les minarets en Suisse; ne perdez pas de vue non plus, à titre d'exemple, qu'en 2002, personne n'aurait avoué en public vouloir voter pour JMLP.

Criticus a dit…

@ Bolino : donc si je comprends bien, si nos voisins font une connerie, il faut la faire aussi ?

C'est marrant, j'avais cru comprendre, lors du débat sur les tests ADN de filiation, que ce n'était pas parce que nos voisins l'avaient fait qu'il fallait le faire.

Curmudgeon a dit…

Bolito, ce n'est pas moi qui fait un commentaire où j'amalgame, etc. C'est Peter Singer qui pense ce genre de choses, et je le rapporte, parce que ça n'est pas inintéressant de voir comment ça fonctionne dans certains endroits. Regardons : on a bien vu comment, jusqu'ici, on a donné le petit doigt, et le bras entier va y passer.

Au passage, je rappelle qu'une proportion très importante de sociétés a pratiqué l'infanticide. C'est ce que la littérature ethnologique nous dit. Si on croit qu'il est absolument inimaginable que ça revienne chez nous, c'est qu'on manque d'imagination. Et il y aura toujours des bonnes âmes pour nous expliquer que ces façons de faire sont "scientifiques". Ou Gaïa Notre Mère A Tous exige ce sacrifice pour Elle et le Bien Général.

Curmudgeon a dit…

Bolito, vous parlez de "vision d'arrière-garde de la famille". Bon, ça pose la question de savoir ce qu'est une "famille". Est-ce que ça serait par exemple n'importe quel groupe dans lequel il y aurait un ou des enfants à élever ? Alors on peut envisager différents systèmes, qui ont existé ici ou là. Par exemple une commune d'élevage, ou je ne sais quoi d'autre. Encore un coup, où s'arrêtera-t-on ? L'utopie du kibboutz a essayé d'expérimenter un peu dans ce sens, comme il l'a fait avec l'économie. Le bilan n'est pas brillant dans l'ensemble. Et pourtant il n'allait pas jusqu'où on veut nous mener maintenant.

Il y a une définition traditionnelle de ce qu'est une famille en Occident depuis pas mal de siècles. Comme je l'ai dit, on est en train de jouer avec ça à toute vitesse. Mais les sociétés ne sont pas des petits systèmes dont on peut modifier les paramètres de fonctionnement ad libitum pour voir ce que ça donne. Homoparentalité, bon. Mais alors pourquoi pas la polygynie ? C'est contre le "sens de l'histoire" ? Pourquoi ? Oui, je sais, "dignité de la femme". Mais si vous lisez la littérature islamique, vous y trouvez des jolis arguments pour vous montrer la supériorité de ce système quant au statut de la femme. Et la polyandrie ? Vu le relativisme culturel et moral qui est affiché par une partie des élites, on se demande vraiment comment contrer les arguments a) des charia-philes b) des gens comme Peter Singer.

fboizard a dit…

La notion qu'il puisse y avoir une vision d'avant-garde de la famille et une vision d'arrière-garde de la famille me paraît saugrenue, pour ne pas dire totalement crétine.

Cela supposerait qu'il y aurait une évolution de la condition humaine, des progrès humains. Il y a des progrès matériels, des progrès scientifiques, mais des progrès humains ? Certainement pas, les hommes d'aujourdhui ne sont pas différents des hommes d'hier, ni plus généreux, ni plus méchants (peut-être plus bêtes, parce que les progrès de la médecine et de l'assistanat permettent aux imbéciles de se reproduire plus facilement, mais c'est tout).

Les tripatouilleurs de filiation sont des apprentis-sorciers qui nous préparent des catastrophes.

Heureusement, une chose nous sauvera : globalement, les partisans de ces «nouvelletés» sont psychologiquement stériles, trop égoïstes, puérils et narcissiques pour se dévouer à une famille nombreuse. Un ou deux enfants OK. Plus, ça gêne les vacances éco-responsables au Mali.

Ces gens-là recrutent par la propagande mais ne se reproduisent pas assez pour se perpétuer.

Bref, on peut espérer qu'une fois que les effets nocifs de leur propagande seront patents, ils disparaîtront (je me fais peut-être des illusions).

Quant à la famille, il faut être très intelligent pour ne pas comprendre ce que c'est. Pour ma part, étant un peu con, j'ai été clair :

http://fboizard.blogspot.com/search/label/famille

simple citoyen a dit…

"détruire la famille et la civilisation, sous prétexte qu'elle les jugeait archaïques, a toujours été dans le projet d'une certaine gauche"
Moins archaïques que dernier rempart contre l'hégémonie totalitaire socialiste.

Anonyme a dit…

L'article de Psychologies est un bijou de dissonance cognitive.

Il est écrit par une psychanalyste qui est contre l'adoption par des homosexuels, mais qui s'empresse de commencer son article en dénonçant l'homophobie, en expliquant qu'il n'y a pas de normalité en matière sexuelle, etc.

Un peu comme ces gens qui se sentent obligés de préciser qu'ils ne sont pas racistes, pas islamophobes, qu'ils ne veulent pas faire le jeu du Front national, puis qui continuent en reprenant à leur compte les thèses du Front national.

La fin est merveilleuse, aussi :

"Comment peut-on sérieusement mettre sur le même plan les difficultés d’un enfant qui, dans une famille "recomposée", ne sait pas s’il doit appeler "papa" le nouveau compagnon de sa mère, ou "maman" la nouvelle compagne de son père, et les problèmes de celui qui, face à un couple homosexuel, ne sait pas quelle femme il doit appeler " papa " ou quel homme il doit appeler " maman " ? "

Donc voilà : c'est tout à fait normal d'appeler une femme "papa" ou un homme "maman", le seul problème est que l'enfant ne saura pas à qui il devra s'adresser ainsi.

A quelles contorsions intellectuelles ne faut-il pas se livrer pour mériter son label d'anti-homophobe !

Voir aussi ça :

"Le problème essentiel que pose l’adoption n’est pas, comme on voudrait nous le faire croire, de savoir si un homme ou une femme homosexuels sont " capables " d’élever un enfant. Ils le sont à l’évidence ni plus ni moins que n’importe qui."

Bah oui. "A l'évidence". C'est évident. Pourquoi même se donner la peine d'en discuter, d'ailleurs ?

Et c'est un "expert" qui écrit ça. L'expert dit que c'est évident, donc voilà, c'est fini, vous pouvez rentrer chez vous. Toute demande d'explication serait superflue.

Criticus a dit…

Robert, je serai moins pessimiste que vous concernant cet article.

Si elle avait tenu un discours radical, à supposer qu'il eût correspondu à ses idées, elle n'aurait probablement pas été publiée.

Et quand bien même elle est sincère, ce qui est le plus probable, son discours en demi-teinte a le mérite de jeter le trouble parmi les « gay-friendly » : « Quoi, se dit le bobo lisant cet article, une homophile contre le mariage gay ? Voilà qui fait réfléchir ! ».

Un peu comme le font les féministes-laïcards-de-gauche de Riposte laïque contre l'islam.

Théo2toulouse a dit…

"Moi je n'envisage pas de tuer une bébé, mais si mon voisin trouve ça bon, et avec des jolis arguments "scientifiques"

C'est que vous avez affaire à un socialiste. C'est avec des arguments scientifiques que les communistes ont exterminé 100 millions de personnes. Pour un socialiste, la fin justifie toujours TOUS les moyens.

Le socialiste croit que l'homme peut servir de cobaye à des expériences sociales.

"On est un libéral intégral"

Je crois que vous vous trompez. Tolérance n'est pas et ne doit pas être indifférence. De plus, un libéral n'est pas relativiste. Le droit à la vie et à la sécurité sont des piliers intouchables pour un libéral. Un infanticide est une atteinte aux droits d'un être humain.

"Et l'enfant dans tout ça ?"

les homos s'en foutent totalement sauf s'il leur permet de participer à la grande fiction de l'Etat et d'en retirer de substantiels avantages. C'est avec l'Etat providence qu'on a vu émerger leurs pleureuses.

Frank, je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais bien souvent quand on interroge des couples homosexuels, ils ont la fâcheuse habitude de ramener la vie d'un couple aux questions matérielles et en particulier celle de l'héritage.

fboizard a dit…

Bob,

Dans l'océan de conneries que je lis sur ce sujet, l'auteur de Psychologies est un phare d'intelligence.

Avez vous lu les commentaires offusquées des lectrices ?

Pour le coup, on tombe dans le maternalisme le plus bêta.

Le maternalisme existe, je l'ai rencontré.

Ca va être rigolo quand tout ça va rencontrer les «divers».

Les plus couillonnés, ça sera nous, qui refusons de choisir entre la Gay Pride et l'Aïd El Kébir.

Ribellu a dit…

Dans le genre phrases passe-partout vides de sens et typiques de l'argumentaire gauchisant, je note:

"on voit si un pays va bien à la manière dont il traite ses minorités"

Ca ne veut absolument rien dire. On pourrait aussi bien affirmer qu'on reconnait la santé d'un pays au temps qu'il y fait, au nombre de ses places de parking ou à sa capacité à produire des radis.

De plus, il ne me semble pas que les "minorités" soient persécutées en France, à moins d'estimer que ne pas entériner le mariage homosexuel soit un acte de persécution.

Ce qui est enervant avec les bisounours et les gauchistes, c'est qu'il faut rappeler le bon sens, l'évidence et le vrai sens des mots toutes les dix lignes. C'est fastidieux et peu gratifiant mais ces gens là évoluent dans des sphères et des raisonnements tellement éloignés du réel que je sais que c'est un acharnement salutaire.

Anonyme a dit…

"Ce qui est enervant avec les bisounours et les gauchistes, c'est qu'il faut rappeler le bon sens, l'évidence et le vrai sens des mots toutes les dix lignes."

C'est que ça ne suffit pas, Ribellu. Le feriez-vous, qu'ils vous expliqueront que la méthodologie n'est pas la bonne, que ce n'est pas représentatif et que vous n'avez pas lu assez de livres de sociologie.

L'un des pires crimes des gauchistes, c'est d'avoir perverti le sens de la langue. Ils semblent parler français, mais, en réalité, il serait plus simple de dialoguer avec un Chinois.

Ribellu a dit…

Comme je l'ai déjà exprimé en ces lieux, le gauchisme et ses innombrables avatars (psychanalyse, sociologi(sm)e, c'est la gnose.

On ne peut pas apporter d'éléments concrets dans un débat où l'interlocuteur croit dur comme fer que seuls certains (les psychanalysés, les sociologues, etc...) savent, que les autres sont des cons car précisément non analysés, non sociologues, et qu'il est un devoir moral pour les premiers d'éclairer les seconds.

Il y a les élus, ceux qui ont été éclairés, et le reste, les cons, le peuple, les béotiens, les "yakafokon"...

La plus belle réussite du gauchisme c'est d'avoir réduit les adeptes du bon sens et de la simplicité (simplicité n'est pas facilité, rappelons le) à des beaufs avinés.

Par exemple, rappeler que la prison reste la meilleure solution afin de lutter contre le crime vous fera passer pour le dernier des cons, incapable de "penser plus loin que le tout répressif", ou "adepte d'une justice expéditive", refusant l'idée que "l'enfermement reste la dernière des solutions", et j'en passe.

Rappeler une évidence, c'est être un beauf réactionnaire, qui fait régresser la société et la pensée moderne.

C'est très flagrant sur les forums et les blogs où l'on jette immédiatement l'anathème sur qui refuse de concéder que 2+2 ne font pas toujours quatre si le résultat ne vient pas renforcer un axiome gauchisant.

Ceci étant, je reste persuadé que cela reste un travail salutaire, et à ce propos, j'avoue humblement avoir repris à mon compte une bonne partie de vos méthodes qui consistent à ne pas lâcher sur les faits et les évidences, à refuser de vous laisser entrainer dans des hors sujet incessants (tactique bien connue) et à appeler un chat un chat.

Pour le reste, il existe un nombre incalculable de blogs réacs qui poussent l'analyse plus loin, ce dont je me sens incapable.

PS: j'avais déjà demandé par le passé mais j'imagine qu'après votre passage sur ILYS vous ne comptez pas tenir une chronique sur un espace dédié (blog, site)?

Anonyme a dit…

Ribellu :

"J'imagine qu'après votre passage sur ILYS vous ne comptez pas tenir une chronique sur un espace dédié (blog, site)?"

Pourquoi donc imaginez-vous cela ? Je ne suis pas encore mort...

Ribellu a dit…

J'éspère bien que non!

J'aurais grand plaisir à vous lire en tout cas.

Justine a dit…

L'homosexualité existe depuis des siècles, ça n'est en aucun cas une mode.
Prendre un article du magazine "psychologies" comme appui reste modérément convainquant : c'est comme si vous parliez des dauphins en vous appuyant sur wapiti. Qui plus est puisque vous ne prenez en compte qu'un son de cloque (le psychanalyste, en l'occurrence).

Je suis psychologue : l'homosexualité n'est pas un problème psychologique.
En revanche, vous, qui voulez bâillonner les intellectuels, dégager tous les "parasites", avez peur de marcher dans certains lieux, vous gargarisez probablement de l'expulsion des Roms, je pressens un léger trouble paranoïaque.
Soi dit en passant.

Criticus a dit…

Justine, la mode dont parle Franck n'est pas celle de l'homosexualité, mais celle du mariage homosexuel.

Et puisque vous avez l'air de regretter les expulsions de Roms (ne vous en faites pas pour eux, ils reviendront), ou les velléités d'expulsion des parasites (pas de souci pour eux non plus, ils resteront), vous devriez méditer cette phrase au début du billet :

« Que se passera-t-il, avec cette pratique de soumettre la loi à la mode, si dans trente ans, la majorité des Français (la démographie étant ce qu'elle est), considère que l'homosexualité est dégoutante ? »

Vous pouvez trouver les commentateurs sous ce billet « homophobes », mais soyez sûr qu'une société dominée par les musulmans et les Roms serait autrement plus homophobe que les mesures de bon sens qui sont prônées ici : ne pas autoriser le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. C'est quand même plus sympa que de les condamner à mort, comme dans les pays musulmans...

Anonyme a dit…

"Je suis psychologue."

Ah ! ah ! ah ! Justine est psychologue ! Et ça nous assène ça avec la cuisterie tranquille de quelqu'un qui s'imagine qu'il possède l'argument définitif.

Mais elle est tellement "psychologue" qu'elle prétend qu'avoir peur "de marcher dans certains lieux" relève de la paranoïa.

M'est avis que la "psychologue" Justine a trop fréquenté les bancs de la fac et pas assez les hommes.

Quand Justine aura marché dans des quartiers tenus par la racaille musulmane, seule, habillée en femme et non en jogging informe ou en tchador, eh bien elle reviendra nous donner des leçons sur la "paranoïa".

Quand Justine se sera fait cambrioler cinq ou six fois par des gitans, quand elle aura vu son champ saccagé par cinquante caravanes tractées par des Porsche et côtoyant des Ferrari, quand elle y retrouvera des monceaux d'excréments humains un peu partout, elle reviendra nous expliquer ce qu'est la paranoïa.

Mais Justine n'est pas femme de paysan, et elle ne fréquente pas les fêtes foraines de la France profonde : elle est psychologue.

Quand Justine se sera fait mettre dix mains au cul par des gitans postés dans ce but à la fête foraine de Laon, et que son fiancé aura le mauvais goût de ne pas apprécier, déclenchant une bagarre générale qui fera travailler les hôpitaux du coin, elle reviendra nous donner des leçons de psychologie.

Ca veut dire quoi, exactement, "psychologue" ? Etudiant trop peu doué pour faire de vraies études et trop paresseux pour travailler ? Fonctionnaire payé par l'Etat à trouver des excuses aux délinquants ?

Justine a dit…

LEAULE
Une société dominée par le catholicisme devrait être autant homophobe qu'une société musulmane... Vous diabolisez. Quand aux mesures "de bon sens", franchement !

Et bosser avec la "racaille musulmane", et les communautés gitanes par ailleurs : c'est mon boulot. Depuis des années. C'est rigolo, tiens : je ne me suis pas encore fait tripoter. Comme quoi, ça reste dans vos têtes tout ça :)

Criticus a dit…

« Une société dominée par le catholicisme devrait être autant homophobe qu'une société musulmane... »

Que vient faire le catholicisme ici ?

D'ailleurs, c'est faux : dans les sociétés catholiques actuelles, les homosexuels ne sont pas condamnés à mort comme ils le sont dans plusieurs sociétés musulmanes :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Homosexualit%C3%A9_dans_l'islam

« bosser avec la "racaille musulmane", et les communautés gitanes par ailleurs : c'est mon boulot. Depuis des années. C'est rigolo, tiens : je ne me suis pas encore fait tripoter »

Peut-être parce qu'il n'y a rien à tripoter ?

Anonyme a dit…

Justine :

Je vous dis qu'un groupe de gitans s'est livré à des agressions sexuelles délibérées et systématiques, qui ont dégénéré en bagarre générale ; vous me répondez que vous, vous ne vous êtes jamais fait tripoter.

On ne saurait être plus égoïste, davantage méprisant des victimes, en un mot, partisan de la loi du plus fort.

Vous avez l'impudence de prétendre que, puisqu'il ne vous est rien arrivé à vous, il n'est rien arrivé non plus à soixante millions de personnes, et que tout cela est dans ma tête.

Indcidemment, les méfaits dont j'ai parlé ont ét relatés par la presse locale. Pour une fois. Il vous sera donc difficile de prétendre qu'il n'existent pas.

Je constate aussi que vous considérez comme un argument le fait que ce soit "votre boulot" de travailler avec les "racailles musulmanes" et les gitans.

J'en conclus donc que votre "boulot", sans nul doute subventionné, directement ou indirectement, par tous les Français, consiste à défendre le droit de vos protégés à agresser les Français impunément.

Il n'y a pas de quoi se vanter.

Justine a dit…

Criticus : wikipédia, la source, sérieusement ?


J'en déduis simplement que l'on stigmatise un groupe pour les méfaits d'une partie d'entre eux.
Pourquoi ne pouvez-vous pas le reconnaître ?
Et que vous le vouliez ou non, les populations étrangères et immigrées ont des droits...

Criticus a dit…

Oui, Wikipédia, sérieusement. Je crains que vous ne soyez pas allée sur cette page. Vous y trouveriez les sources de l'article, sources à partir desquelles vous pourrez en vérifier la véracité... Mais cela impliquerait de lire, donc de faire un effort, et il est beaucoup plus confortable de se draper dans son indignation vertueuse. Ce n'est pas moi qui stigmatise les musulmans, mais les musulmans qui se stigmatisent tout seuls, entre autres en tuant les homosexuels.

Par ailleurs, je ne vois pas qui dénie de droits aux étrangers et immigrés, ici. Ceux qui sont en France en violation des lois françaises doivent être expulsés.

Par ailleurs, le législateur peut changer la loi de sorte que les étrangers en situation régulière soient amenés à regagner leur pays d'origine. On a des droits lorsque l'on respecte les lois du pays.

Emmanuel M a dit…

Homosexuel et réac je suis plutôt d'accord avec le fond de cet article. Je pense que cette position est également celle de Renaud Camus (voir communiqué du P.I numéro 607).

Pour l'explosion de la famille, voir ceci http://www.fdesouche.com/162908-le-ps-prevoit-de-faire-exploser-la-famille-nucleaire-en-2012

Pourtant, il y a deux abus:

1/ «choix de vie»: non désolé ce n'est pas un choix mais une nature. Mais si on remplace le mot, la phrase est, pour moi, juste.

2/ Qu'est-ce exactement que les «problèmes psychologiques qu'ils se sont eux-mêmes créés»?

Est-ce que ce sont les mêmes problèmes que dans la citation rigolote «vivre en couple, c'est gérer, à deux, des problèmes qu'on aurait pas eu tout seul?»

Si c'est le cas, ils ne sont pas spécifiques à la qualité d'homo.

Il y a dans ce texte comme un sous-entendu qu'un homo est forcément un déséquilibré. Moi j'ai vu pas mal d'amis hétéro divorcer et en général, ils n'en sortent pas indemnes au niveau équilibre spirituel.

Le mariage homo est absurde, certes, mais que penser aussi de cette autre mode massive qui veut que le rôle du père soit celui d'une maman auxiliaire? Est-ce que tous les couples modernes, ne seraient pas, ipso facto, des couples lesbiens?

Si un homme hétéro c'est ça http://www.youtube.com/watch?v=6u6yZHALztk... je vois pas la différence avec ceux qui finissent dans mon lit ;-)

fboizard a dit…

Si vous parcourez ce blog, vous verrez que je suis en accord avec vous.

Oui, bien sûr que l'homosexualité est à mes yeux un signe de déséquilibre, mais il n'est pas le seul.