lundi, novembre 01, 2010

JM Le Pen au CFJ

JM Le Pen au CFJ

On notera ce compte-rendu particulièrement intelligent et objectif de l'Huma (les commentaires en sont fermés, bien entendu) :

Le Pen vante le nazisme devant de futurs journalistes

> j'ai écouté tout l'entretien (par moment barbant). Je n'ai à aucun moment entendu vanter le nazisme. Il est vrai que l'Huma a toujours eu des difficultés auditives : on disait «goulag», elle entendait «lendemains qui chantent». Le Sonotone ne passera pas par l'Huma.

> censurer des commentaires. On est dans la droite ligne du Parti : vous avez le droit de tout dire à condition que ça soit la même chose que nous.

Et il y en a peut-être qui se demandent encore pourquoi l'Huma ne survit que grâce à des perfusions d'argent public ...

Sinon, dans cet entretien, il n'y a pas de nouveautés :

> Jean-Marie Le Pen parle toujours un excellent français (comme François Bayrou). Ca change de l'écorcheur hongrois (il écorche le français, bien entendu).

> certains petits cons d'apprentis journalistes sont des Edwy Plenel ou des Laurent Mauduit en herbe, toujours prêts à tordre les propos de Le Pen dans le sens polémique qui les arrange.

> Jean-Marie Le Pen présente toujours beaucoup d'incohérences que des questions ont tenté de mettre en lumière.

> le niveau global des questions ne m'a pas paru fantastique. Peut-être est-ce à mettre sur le compte de la jeunesse.

9 commentaires:

daredevil2007 a dit…

Je dirais même que les questions posées par ces apprentis journalistes n'étaient pas du tout à la hauteur de ce personnage politique... cela nous promet de bonnes tranches de rigolade (jaune peut-être).

fboizard a dit…

Effectivement, nous retombons toujours sur le même problème : pourquoi le niveau des journalistes est-il si bas ?

daredevil2007 a dit…

Si, j'osais, je dirais : parce que la pensée au sens noble du terme et avec tous ses aspects contradictoires a été complètement phagocytée par la non-pensée si bienfaisante et apaisante...
N'est-ce pas rassurant d'avoir toujours raison puisqu'on est dans le camp du Bien?

fboizard a dit…

Une question intéressante à poser à JMLP :

«Vous parlez souvent d'UMPS, sous-entendant que les deux partis de gouvernement mènent des politiques similaires, étatistes, socialistes et progressistes. Il y a donc un espace pour le conservatisme à la française. Or, par vos provocations répétées, vous avez refusé l'honorabilité qui vous aurait peut-être permis d'atteindre le pouvoir en incarnant ce conservatisme. N'est-ce pas là une trahison de vos devoirs envers le peuple français ?»

Cette question est intéressante parce qu'elle place Le Pen face à ses contradictions et il ne peut pas se présenter en victime.

Mais, pour la poser correctement, il ne faut pas être un Degôche voulant montrer son appartenance au camp du Bien, il faut admettre un point de vue droitier. C'est pourquoi les apprentis journaleux ont tourné autour, sentant là une faiblesse, mais sans la poser directement.

daredevil2007 a dit…

Pour tout vous dire, je me suis aussi posé cette question ; je tendrais à penser - même si je n'ai aucune preuve pour asseoir mes dires - qu'il a agi ainsi parce qu'après sa période poujadiste, il a dû penser qu'il lui serait impossible de revenir aux affaires par la voie légale. Il a donc choisi la voie de la provocation pour pouvoir exister, ceci étant lié à son esprit cabochard sans nul doute...

Anonyme a dit…

Notons le fascinant cheminement "intellectuel" par lequel l'Huma en arrive à prétendre que Le Pen fait l'éloge du nazisme : le seul passage de l'article faisant allusion à Hitler est celui où Le Pen a rappelé la dimension socialiste du nazisme.

Comment passe-t-on de là à "Le Pen fait l'éloge du nazisme" ? Simple : pour l'Huma, le socialisme, cébien, par définition. Ca ne se discute même pas. Ca relève de l'évidence.

Donc, si Le Pen dit : les nazis étaient socialistes, cela veut dire qu'il fait l'éloge du nazisme.

Le vide intellectuel des communistes est quand même sidérant.

daredevil2007 a dit…

Robert, est-ce vraiment du vide? Je n'en suis pas si certain... leur but est avant tout de décrédibiliser, de détruire l'adversaire : pour ce faire, tout est bon, y compris les mensonges et contre-vérités...
J'ai lu divers passages du trop fameux Gramsci à ce propos et c'est tout simplement édifiant et permet de comprendre beaucoup de choses concernant leurs façon de procéder...

Anonyme a dit…

Une question intéressante à poser à JMLP :

«Vous parlez souvent d'UMPS, sous-entendant que les deux partis de gouvernement mènent des politiques similaires, étatistes, socialistes et progressistes. Il y a donc un espace pour le conservatisme à la française. Or, par vos provocations répétées, vous avez refusé l'honorabilité qui vous aurait peut-être permis d'atteindre le pouvoir en incarnant ce conservatisme. N'est-ce pas là une trahison de vos devoirs envers le peuple français ?»


Il me semble que cette question à déjà été posée.

La réponse fût : je n'ai pas fait d'excès mais c'est la diabolisation de UMPS et des médias qui me les a attribués en déformant mes propos et pensées.

fboizard a dit…

La question n'a pas été posée si directement que je l'ai fait et je pense que ça a permis à JMLP de biaiser.

Je coupe peut-être les cheveux en quatre.