dimanche, avril 24, 2011

Le hotu (A. Simonin)

Albert Simonin, contrairement à Audiard qui parle un français imagé, parle véritablement argot.

Par exemple, Simonin a participé au Cave se rebiffe, même si les dialogues sont officiellement d'Audiard :

Jean Gabin Bernard Blier - La réclusion ça... par ChrisGabin

On notera qu'Albert Simonin n'a pas eu sa rue dans le 18ème à cause d'une malheureuse brochure, avec quelques phrases antisémites, écrite en collaboration. Encore un grand moment de terrorisme intellectuel : trois phrases assez banales à l'époque suffisent à discréditer un homme aux yeux de la bien-pensance (qui pense peu, il est vrai).

Simonin a commis une trilogie dans la Série Noire Le Hotu, Hotu soit qui mal y pense, Le Hotu s'affranchit.

Je ne résiste pas à vous en citer les premières lignes, qui décrivent une grivelèrie (délit consistant à partir d'un restaurant sans payer) :

D'un coup de châsses en chanfrein, Petit-Paul frimait le garçon. Incliné à quarante-cinq degrés pour verser le caoua, ce loufiat lui apparaissait, l'heure de la tortore révolue, et celle de l'addition approchant, beaucoup mois débonnaire qu'il n'avait semblé au moment du hors d'oeuvre. Mis en relief par la lampe franfreluchée posée sur la table, l'implantation basse des crins raides posés sur le front, les sourcils broussailleux, et les méplats des maxillaires taillées comme à la hache, évoquaient l'homme des bois.

Petit-Paul pensa que la décarrade allait pas être du mille-feuilles. Sans être positivement balèze, le gonze devait tenir sur ses cannes et malgré ses quarante piges ne pas renâcler à la châtaigne. restait bien sûr la pointe de vitesse au démarrage pour départager le cave des marloupins.


Aucun commentaire: