mardi, mai 29, 2012

La censure est indispensable au gouvernement Hollande

Eric Zemmour va peut-être échapper à la privation d'antenne de RTL, mais il est sous surveillance.

La censure est indispensable à la gauche. En effet, elle n'a accédé au gouvernement et ne peut s'y maintenir qu'en ignorant les réalités. Il est donc de toute première importance que les Français les ignorent aussi. Bien sûr, ils les soupçonnent, ces vérités, ils les sentent, on ne peut tout de même pas les empêcher d'être humains. Mais le point clé est que cela reste des sentiments diffus (les fameux sentiment d'exclusion, sentiment xénophobe, sentiment d'insécurité, vote protestataire) qui ne trouvent aucune expression doctrinale articulée, portée sur la place publique de manière cohérente.

Le sujet de l'immigration est emblématique : quand Zemmour a dit que la plupart des trafiquants étaient noirs ou arabes (ce qui est une vérité factuelle), on n'a pas discuté des causes et des conséquences, on a porté plainte.

Il en est de même sur tous les sujets. Par exemple, l'économie. Le premier ministre néo-zélandais (un ancien banquier, abomination de la désolation) est très populaire : il a baissé les déficits, la croissance repart. Qui en parle en France ? Personne, alors qu'on a imposé le faux débat austérité contre croissance. Le vrai débat est : comment faire de la croissance ?

La Nouvelle-Zélande, c'est loin ? On pourrait parler de la Suisse, du Danemark, de la Pologne. Rien.

Le coup de génie des socialistes de 2012 est d'entourer leur répression de mollesse. Il n'y a plus de goulag, d'assignation à résidence et autres joyeusetés. Il y a juste un doux étouffement, éventuellement quelques amendes. Deux poids deux mesures systématique. Une incitation permanente à l'autocensure, fort bien intériorisée par tout ce petit monde.

Tout cela n'est possible qu'avec le concours actif des journaleux et des maitres en moraline.

Le pire, c'est que cela fonctionne formidablement bien : François Hollande est au pouvoir sans aucune opposition, puisque la prétendue opposition n'a aucune doctrine, aucune politique alternative, à lui opposer.

Aucun commentaire: