vendredi, juin 08, 2018

Un peu en retard pour le 6 juin : une autre vue sur la stratégie alliée à l’ouest

Blitzkrieg manqué or a new kind of war? Interpreting the Allied Victory in the Normandy campaign

Aujourd’hui, l’idée communément admise est que la Wehrmacht était nettement meilleure dans tous les domaines (troupes, encadrement, commandement, armement) que les alliés, sauf la quantité de matériels et la troisième dimension (qui faisait dire aux Allemands qu’ils étaient en permanence contournés par le haut).

Mais il y a deux points et une conséquence qui permettent de mieux comprendre cette médiocrité tactique des alliés :

♘ La qualité des troupes au sol était très moyenne. Certes, la méthode de sélection et d’écrémage y ait pour quelque chose (les meilleurs sont pilotes, puis conducteurs de chars, puis commandos, ne restent pour les divisions d’infanterie normales que le fond du panier) mais pas seulement : il est difficile de faire risquer leurs vies à des conscrits qui sont déjà dans le confort moderne et qui savent la victoire proche.

♘ La qualité de l’armement allié à l’ouest (issu d’études de temps de paix) était sensiblement inférieure à celle de l’armement allemand de 1944, qui tirait les leçons des premières années de guerre (par exemple, entre le Sturmgewehr 44 et le Garand M1, il y a un monde, comme entre le Tigre et le Sherman). Une section d’infanterie allemande avait une puissance de feu trois à quatre fois plus élevée que son ennemi.


Dans ces conditions, le recours massif à l’arme aérienne est une conséquence logique. On compense l’infériorité terrestre par un usage intense du bombardement tactique. Anecdote : un régiment canadien coincé sur une colline et à bout de munitions a pu résister parce que la radio fonctionnait. Les bombardements et mitraillages incessants ont eu raison des attaques allemandes, les troupes au sol assurant la désignation d’objectif.



Remarquerons que ces questions ont été aussi posées après guerre : si l’Armée Rouge attaque, les bidasses occidentaux se battront-ils très fort ? Et la réponse a été identique, un ordre de grandeur au-dessus : le bombardement atomique tactique. Je vous rappelle le Davy Crockett :

Davy Crockett (arme nucléaire)



Allez, une petite dernière pour la route, on ne voit ça qu'aux USA :





Aucun commentaire: