mardi, mai 28, 2019

Sur un champ de ruines

Le destructeur de la France (1), Emmanuel Macron est debout au milieu d'un champ de ruines politiques.

Pourquoi ?

Certains imbéciles diplômés accusent le « présidentialisme ». C'est une resucée de la vieille thèse Sciences Po/ENA : « Ah, si les Français étaient protestants au lieu d'être catholiques, tout irait mieux. Et, si les Français pouvaient carrément cesser d'être français pour devenir des Anglais et le régime devenir parlementaire, ça serait encore mieux ».

Sauf que, mon couillon, le parlementarisme à l'anglaise aussi connaît en ce moment quelques ratés.

Et les raisons des ratés anglais sont fort instructifs pour le cas français.

Le Telegraph et Peter Hitchens (et d'autres, bien entendu ! Mais j'ai les ces liens sous la main) convergent pour dire qu'un vrai choix politique est essentiel à la démocratie. Que, lorsque voter ne change plus rien, lorsqu'on vote à droite ou à gauche et qu'on a toujours la même politique, la démocratie est profondément et durablement mise en péril.

Il est très facile de ramener cette analyse au cas français, je ne vous fais pas un dessin. Merci Juppé, merci Chirac.

La gauche a remporté une victoire de plusieurs décennies en gauchisant les sans-couilles, genre Sarkozy, Wauquiez, Pécresse, Raffarin. mais, à la fin, elle est engloutie dans le même discrédit.





Quelques commentaires de professionnels de la profession (de commentateur) :






Un peu hors sujet, mais pas tant que ça :








Je suis persuadé que notre situation actuelle doit beaucoup à l'appareil d'influence soviétique.

Dans ces vieilles videos, Bezmenov (alias Schuman –à moins que cela ne se soit l’inverse) explique les mécanismes de perversion d’une société et que, à un certain stade de pourrissement, il est vain d’attendre d’une société qu’elle se réforme de l’intérieur. Le salut ne peut plus venir que d’une intervention extérieure. La France a atteint ce stade de décomposition.

Les élections de ce week-end, même si elles étaient sans enjeu (surtout parce qu’elles étaient sans enjeu ?), montrent que la France n’a plus l’élan vital pour s’en sortir seule. Si les Français avaient encore de la tripe, du cœur et de la cervelle, la liste Macron devrait être à 5% des suffrages exprimés.


***************
(1) : je pense qu'il est inutile de revenir sur la psychologie et sur la politique du personnage. Si vous n'avez toujours pas compris de quoi il s'agit, je ne peux rien pour vous.


Aucun commentaire: