dimanche, mars 29, 2020

Epidémies : vrais dangers et fausses alertes (D. Raoult)

J'ai lu le dernier Raoult, disponible uniquement en kindle.

Ceux ont déjà lu du Raoult ne seront pas surpris, c'est toujours très clair et agréable à lire, on a l'impression d'être savant.

Il est égal à lui-même : il raisonne parfois trop en statisticien. Pour lui, le terrorisme n'est pas important, parce qu'il ne fait pas beaucoup de morts, il ne veut pas comprendre que le danger est le but que les terroristes se proposent.

De ce point de vue statistique, les trois grands tueurs sont toujours le sida, le paludisme et la tuberculose, en diminution. Emerge le clostridium difficile, maladie nosocomiale dont personne ne parle.

Il est très gêné par les peurs collectives qui empêchent les réponses rationnelles voire engendrent des réponses pires que le mal (cas typique du confinement en ce moment).

Mais le pire, ce sont les compromis bureaucratiques idiots : choisir une stratégie, ce n'est pas prendre la moitié de l'une et la moitié de l'autre pour faire plaisir à tout le monde, ou n'en choisir aucune pour ne froisser personne.

Il est très sceptique sur tous les emportements collectifs liés aux variantes de la grippe. Pour lui, ce sont des maladies qui ne peuvent pas tuer en masse (on sait aujourd'hui que les morts de la grippe espagnole ont été victimes à 90 % de surinfection bactérienne que l'on traite sans problèmes). C'est d'ailleurs ce qu'il a dit au début de l'épidémie de COVID-19 et qu'on lui reproche aujourd'hui.

Pour affirmer cela, il néglige le rôle du système de santé : on vient de (ré-)apprendre que la même épidémie dans un pays du tiers-monde comme la France ne fait pas le même nombre de morts que dans un pays avancé comme la Corée.

De plus, il y a une ambiguïté sur « tuer en masse ». Raoult raisonne à l'échelle historique : si le COVID-19 fait 20 000 ou 30 000 morts en France, concentrés chez les plus de 65 ans, ça sera une anomalie statistique pour la mortalité de l'année 2020 mais pas une épidémie notable (il y a dans les 3 millions de morts annuels d'infections respiratoires dans le monde).

Ce sont les réactions proprement extraordinaires qui en font un événement hors du commun.

Raoult est quand même opposé aux élevages intensifs et la cohabitation trop étroite des hommes et des animaux, qui favorisent l'apparition de tout un tas de saloperies.

Extraits :

Sur cette idiote de Fred Vargas (on peut écrire de bons romans policiers sans avoir la lumière à tous les étages) :






Sur la grippe H1N1 (remarquons que l'Etat refait aujourd'hui la même erreur : ne pas détecter et ne pas s'appuyer sur les médecins de ville. Je soupçonne que si on laissait les médecins de ville tester et prescrire chloroquine+antibio, le problème du COVID-19 disparaîtrait. En politique sanitaire, comme dans tout, se donner de mauvais chefs est mortel) :










La conclusion sur l'écologie des maladies est fort intéressant. Les maladies évoluent dans un éco-système, c'est pourquoi Raoult ne croient pas aux maladies universelles, qui toucheraient la planète entière uniformément.

Aucun commentaire: