samedi, avril 25, 2020

Chloroquine : le doute organisé.

Excellent article :

Chloroquine : le doute organisé

***********
Les tenants du pour [le protocole Raoult], on connaît leurs arguments, on y croit, on n’y croit pas. Quels sont les arguments en face ? La paperasse n’est pas aux normes, il faut tester. Est-ce qu’ils testent ? Non, ils font semblant. Ils refusent de reproduire les bonnes indications, ce qui entretient volontairement le doute. Depuis 2 mois on dit : reproduisez ce que fait le Pr Raoult, et on saura. Les médecins libéraux ont proposé de le faire sur des milliers de soignants, réponse non, comme si on ne voulait pas que l’on sache. Toutes les études qui sont faites, le sont dans de mauvaises indications, quand il devient trop tard, pas après les premiers symptômes. On refuse délibérément de prouver ou non sérieusement l’efficacité, alors des médecins, faute d’autre traitement pouvant être efficace, le font dans leur cabinet, on les en empêche par la loi, et voilà maintenant que l’Ordre des médecins veut les poursuivre.

[…]

Les médecins ne sont pas des politiques qui pratiquent le « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Refuser de donner à ses patients, ce que l’on prend ou prendrait dans le même cas, n’est pas éthique, ou alors nous n’avons pas la même conception de l’éthique. Ne reprochez pas à ceux qui essayent de traiter leurs patients face à une maladie qui peut être mortelle, et de faire ce qu’ils peuvent dans des conditions difficiles dont ils devraient être remerciés. Battez vous vous qu’ils retrouvent leur liberté de conscience qu’ont la quasi totalité des médecins du monde entier, sauf dans notre pays, en raison de textes élaborés par des autorités qui changent d’avis tous les 15 jours, rendant obligatoire ce qui était inutile hier, interdisant ce qui était autorisé et inversement.
***********

Nous sommes sur la même longueur d'onde (développez tout le fil en cliquant sur le touit) :




Et la même explication :


Aucun commentaire: