vendredi, juillet 10, 2020

Pourquoi le pétainisme a-t-il vaincu le gaullisme ?

Régulièrement, dans les commentaires de ce blog ou sur Twitter, je me prends la tête avec des pétainistes. Je m'énerve facilement car, pour moi, ce sont des menteurs, des gens avec qui on ne peut pas discuter de bonne foi. Ils nient l'histoire, ils vivent dans une histoire parallèle où Pétain aurait été un grand homme et non un funeste ambitieux sur le tard.

Aujourd'hui, en 2020, il y a deux pétainismes, intimement liés.

1) Le pétainisme historiographique. Il consiste à penser que l'armistice de 1940 était la meilleure, ou la moins pire, ou la seule, solution. En conséquence, le gouvernement de Vichy était légitime et ses actes engageaient la France comme si ce gouvernement avait été libre et souverain.

C'est la thèse paxtonienne, du nom de l'historien américain Robert Paxton. C'est la thèse d'Eric d'Eric Zemmour et de ses opposants (voir ce billet).

C'est une négation totale du gaullisme (ce que ses tenants se gardent bien de dire franchement). Pour faire bonne mesure, les plus audacieux reprochent à De Gaulle d'avoir ouvert la porte aux communistes, ce qui ne serait pas arrivé si nous avions été soumis aux Américains (l'argument est fallacieux : les communistes auraient vécu leur vie quasiment de la même manière. Le rapport de forces était ce qu'il était).

Comme constatait avec une logique implacable Philippe Seguin : « Si Vichy c'était la France, les Résistants sont des traitres, les Justes des rebelles, le général De Gaulle un félon. Il faut débaptiser immédiatement l’aéroport de Roissy et le rebaptiser Aéroport Philippe Pétain et de même avec la place de l’Etoile et un bon paquet de rues et d’avenues de France ».

En face, il y a les défenseurs du gaullisme historique comme François DelplaJacques Sapir et Bertrand Renouvin. Ils sont fort peu nombreux.

2) Le pétainisme politique, qui considère que la France ne mérite pas sa souveraineté, qu'elle doit se chercher activement un protecteur, allemand ou américain, ou les deux, et qu'aucune compromission ou bassesse contraire l'honneur ne doit faire obstacle à ce but, qui est la sagesse même.

C'est la politique suivie depuis Giscard, dont Macron est l'apothéose.

Des incohérents, comme Eric Zemmour, soutienne le pétainisme historiographique sans soutenir le pétainisme politique. C'est une impasse de leur part.

Il est aisé de voir ce qui lie les deux pétainismes, que nous appellerons pétainisme au sens large.

Comme dit Marcel Gauchet, « Le pétainisme, c'est la pente des politiciens médiocres de répondre au voeu majoritaire des Français de mourir dans leur lit ». On peut remplacer « mourir dans leur lit » par « ne pas faire d'effort ou de sacrifice pour la patrie » et le sens n'en est pas fondamentalement changé.

Pourquoi un tel succès du pétainisme ?

C'est très simple :

1) Les médiocres sont beaucoup plus nombreux que les héros. S'il n'y a pas à la tête du pays un héros qui suscite l'héroïsme des meilleurs, les médiocres prennent le dessus.

De plus, nous vivons une époque dont les valeurs et les principes sont une incitation permanente à la médiocrité. Tout ce qui suscite l'héroïsme (le sens de l'honneur, le patriotisme, la virilité, l'indépendance d'esprit) est mal vu. 

Il y a des gens qui ne veulent, tout simplement, pas être bousculés au nom de l'intérêt supérieur de la patrie.

2) Les descendants de pétainistes tiennent beaucoup de leviers du pouvoir. Les gaullistes historiques furent toujours une infime minorité, alors que les pétainistes furent largement méjoritaires. Il est instructif de compter les descendants de pétainistes dans l'administration, dans la magistrature, dans l'industrie. Les chiens ne font pas des chats.

Mais il y a une troisième composante que j'ai plus de mal à comprendre, moins simple. Une sorte d'allergie au don-quichottisme gaullien. Des gens qui auraient certes résisté aux Anglais mais qui auraient trouvé que Jeanne d'Arc en faisait un peu trop. Comme je suis un peu foufou, j'ai beaucoup de mal à comprendre cette réticence, pour moi, cette exubérance est un argument de séduction.

Je pense que Raoult a tapé juste en faisant de notre gestion de l'épidémie de COVID une nouvelle défaite de 40.

Cette affiche du début du confinement me semble toujours d'actualité :


Aucun commentaire: