samedi, juin 12, 2010

Une sortie de l'Euro sans douleur

Les Européistes nous serinent que l'Euro, «t'as signé, c'est pour en baver» et que «c'est marche ou crève». Leur argument est toujours le même : c'est le fait accompli. Certes, l'Euro n'est pas toujours rose, mais en sortir serait un cataclysme qui ferait regretter aux Européens d'être nés.

Pourtant, JP Rosa propose une sortie de l'Euro sans douleur : c'est simple, si l'Euro continue à baisser, il atteindra un niveau tel que le retour aux monnaies nationales sera possible même pour les pays les plus faibles. Pour imager le propos, disons que si l'Euro descend au niveau du drachme, les Grecs n'auront aucune difficulté à retrouver leur monnaie tandis que les Allemands retrouveront avec bonheur le Mark.

D'ailleurs, les Allemands prépareraient une telle sortie qu'ils ne s'y prendraient pas autrement. En effet, on a l'impression qu'ils font tout ce qu'ils peuvent pour saper l'Euro. Loin d'être une idiotie, ce comportement, si ils ont déjà tourné consciemment ou inconsciemment la page de l'Europe bruxelloise, est intelligent.

Alors, la sortie de l'Euro est impossible ? Vous voyez bien que non.

Aucun commentaire: