vendredi, juillet 30, 2010

Martin Hirsch : « La vraie intégration, c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed »

Inutile d'épiloguer sur le phrase qui fait le titre. Que Martin Hirsch soit un pauvre connard imbu de sa personne, je le pense depuis la première fois que j'ai entendu parler de lui.

Ce qui m'intrigue, c'est ce qui pousse un type pareil à détester son pays. Bien sûr, si vous lui demandez, il vous dira qu'il aime une certaine France, mais celle qu'il vous décrira aura justement pour caractéristique de ne pas être la France.

Pourquoi un homme qui a bénéficié de toutes les facilités que peut offrir la France mord-il la main qui l'a nourri ? Ingratitude de salaud ? Faiblesse de caractère d'un mégalomane qui veut ne rien devoir à personne ?

Je connais le livre La dénationalisation tranquille de Mathieu Bock Coté, mais ses réponses générales de philosophe ne m'aident guère à comprendre l'attitude d'un individu.

Addendum : j'apprends que les enfants de ce triste sire sont prénommées Mathilde, Raphaëlle et Juliette. Encore un cas typique de salopard de politicien qui promeut des idées qu'il se garde bien d'appliquer à son Auguste Personne. La bougnoulisation, c'est bon pour les crétins du bas peuple, pas pour l'élite.

D'ailleurs, que pouvait-on attendre de bon d'un énarque qui pousse la dégueulasserie jusqu'à se servir de la misère pour lancer sa carrière ?

29 commentaires:

H. a dit…

Bonjour,

J'avoue que les bras m'en sont tombés lorsque j'ai lu cette déclaration de Martin Hirsch. Élisabeth Lévy a également sursauté et s'est fendue d'un beau billet sur Causeur: http://www.causeur.fr/martin-hirsch-une-chance-pour-la-france,6985

Effectivement, vous posez bien la question: qu'est-ce qui peut pousser quelqu'un à tant haïr son pays? Peut-être s'il lisait Jacques Bainville retrouverait-il (j'en doute) une certaine modération?

Criticus a dit…

Je ne saurais trop conseiller de lire Suicide of the West, de James Burnham (1964). Son analyse se base sur les États-Unis, mais elle s'applique à tous les pays occidentaux, notamment à un qui compte une forte proportion de candidats au suicide civilisationnel : la France.

Anonyme a dit…

Je crois que l'auteur de La Dénationalisation Tranquille est Mathieu Bock-Côté, pas Bruno.

ClockworkBlack

fboizard a dit…

Merci. Corrigé.

Anonyme a dit…

Ce que l'on prend pour de la bêtise n'en est pas forcément une :

"Une telle connerie dépasse l'homme. Une hébétude si fantastique démasque un instinct de mort, une pesanteur au charnier, une perversion mutilante que rien ne saurait expliquer, sinon que les temps sont venus, que le diable nous appréhende, que le destin s'accomplit."

L'envie de meurtre, voilà le véritable moteur de ceux qui prétend aimer tout le monde.

Ribellu a dit…

Trouvé sur fdesouche:

Martin Hirsch a trois enfants : Raphaëlle, Mathilde et Juliette.

Tout est dit.

C'est comme la loi SRU, la carte scolaire et la mixité sociale.

C'est bon pour les autres, les cons, les gueux, le peuple. Le gauchiste moralisateur, lui, habite les beaux quartiers et a loué un studio place du Panthéon pour sa fille Eglantine afin d'être sectorisé Henri IV.

Crevures.

Ribellu a dit…

En plus, il ne faut jamais embrasser la culture de l'envahisseur, ça ne fonctionne pas, la preuve aux USA où un jeune imbécile blanc écoutant du rap s'est fait démolir par un noir qui a déclaré lors de son audition que "les blancs ne devraient pas écouter de rap":

PALM BAY, Fla. (AP) — Authorities in coastal Florida say a black teenager is accused of attacking a white man for listening to rap music and could be charged with a hate crime.
Police took the 14-year-old Palm Bay boy into custody late Monday and charged him with battery.

Police spokeswoman Yvonne Martinez says the teen could face a hate-crime enhancement charge because he showed “extreme prejudice against the victim because of his race.”
Martinez says the teen told the 22-year-old victim to stop listening to rap music because “white people shouldn’t listen to rap music.”
The teen then struck him in the face.
The state attorney’s office will review the charges. It wasn’t immediately known if the teen has an attorney.

Anonyme a dit…

Entendu, à l'instant, la fin d'une émission de France-Cul sur "Jeunesse et criminalité" -- dans des pays d'Amérique du Sud mis à feu et à sang par les trafiquants de drogue, mais ça pourrait être aussi bien Paris-Nord :

(Imaginez le ton d'indignation contenue que nous connaissons bien, le ton de supériorité morale, le ton de celui qui parle en détachant les syllabes à l'intention de débiles mentaux légers afin qu'ils comprennent bien ; bref, le ton Degauche.)

"On criminalise la pauvreté, on criminalise le pauvre, celui qui trafique, celui qui tue."

Admirez toute la saloperie de la gauche contenue dans ces quelques mots. Mesurez l'amour irrépressible du mensonge par manipulation verbale propre à cette doctrine de mort.

L'un des deux invités était professeur à... l'EHESS, bien sûr.

Je ne puis vous dire si c'est lui qui a prononcé cette maxime, encore plus crapuleuse que le "Arbeit macht frei" placardé à l'entrée des camps de concentration. Mais je suis certain que l'autre invité n'appartenait pas précisément à la France moisie.

Anonyme a dit…

Le gars a dit "on criminalise celui qui tue" ? Vous êtes sûrs ? C'est pas possible d'être aussi con !

fboizard a dit…

Vous n'avez pas bien mesuré le potentiel de connerie des Degôches !

Anonyme a dit…

Anonyme :

Vous voulez dire : ce n'est pas possible d'être aussi criminel.

Je ne suis pas à 100 % sûr que ce qu'il a dit était bien :

"On criminalise la pauvreté, on criminalise le pauvre, celui qui trafique, celui qui tue."

Et non pas :

"On criminalise la pauvreté, on criminalise celui qui trafique, celui qui tue."

Je n'ai pas noté sur le moment. C'est probablement réécoutable sur le site de Radio Paris. C'est pourquoi j'ai livré la version la plus, heu... indulgente pour ce salopard.

Mais je pinaille. La signification était claire :

1. On ne doit pas considérer comme des criminels ceux qui font le trafic de drogue (même dans des pays où cela conduit à un véritable état de guerre).

2. On ne doit pas considérer comme des criminels ceux qui tuent. Un meurtrier n'est pas un criminel.

3. Ce ne sont pas les criminels qui se mettent, eux-mêmes, dans l'état de criminels. "On" les criminalise. "On" fait cela à leur place, malgré eux. La stigmatisation du criminel est le fruit d'une décision de la société mauvaise. Elle n'a rien à voir avec la décision du criminel de se livrer au crime.

4. Et bien sûr, grand classique qui nous a beaucoup occupés ces derniers temps... c'est la pauvreté qui génère le crime, de même que le bacille de la chtouille génère la chtouille. Donc, céparleurfot.

Ah ! il y avait aussi, dans l'émission :

- Il faudra bien, un jour, légaliser le trafic (et là, le type se reprend), euh... le commerce de la drogue. Que vous le vouliez ou non.

Si des criminels vendent un produit qui tue les gens le flingue à la main, c'est, bien entendu, la faute de ceux qui le leur interdisent. Ca tombe sous le sens.

- C'est la faute à la corruption de l'Etat (que je ne songe pas à mettre en doute). Si l'Etat est corrmpu, eh ben ça vous oblige à vendre du poison aux gens, à en torturer certains et à en tuer d'autres. Cé passke lé gensses y peuvent pas respecter l'Etat ki é pas respectable, alors forcément tu vouâ.

- Ca ne pourra changer que quand la société prendra le pas sur l'Etat pour le contrôler. Ca s'appelle l'altermondialisme, tu vouâ.

La fleur du professorat français, la crème de l'Université Républicaine, sur une radio payée par vos impôts.

fboizard a dit…

Le problème des types comme Hirsch, c'est qu'ils ne comprennent que la force.

Aujourd'hui, les envahisseurs sont la force devant laquelle se couche notre faiblesse bien-pensante. Alors M. Hirsch reste la pointe de l'aplatventrisme devant ces gens (d'autant plus qu'en tant que catho, il combine une mollesse proche de la veulerie et la tentation de l'islamisme - deux caractéristiques détestables des cathos français modernes).

Mais je ne doute pas que si demain les Français résistaient et montraient qu'ils peuvent reprendre le dessus, M. Hirsch trouverait d'excellentes raisons à cette résistance.

Anonyme a dit…

Le connard, c'est toi.

Criticus a dit…

« Le connard, c'est toi. »

Absence d'argument, attaque ad hominem, registre émotionnel...

La gauche en action.

fboizard a dit…

Criticus,

Vous avez oublié l'anonymat : fusion dans la masse, irresponsabilité et lâcheté.

Oui, un vrai commentaire de gauche.

Au début, des commentaires d'une telle stupidité m'énervaient.

Maintenant, ils me font rire et alimentent mon mépris des gauchistes ainsi que mon complexe de supériorité. Bref, c'est tout bénéf pour moi. J'en redemande.

Anonyme a dit…

On ne discute pas avec des chiures de mouches : on passe l'aspirateur.

Ribellu a dit…

J'éspère que tout le monde a lu ce morceau de vivre-ensemble à Perpignan:

http://www.fdesouche.com/128099-perpignan-%c2%abcetait-intenable-nous-sommes-partis%c2%bb

H. a dit…

Oui. Martin Hirsh devrait aller vivre à Perpignan (j'ai trouvé le même texte sut Thatrum Belli: http://www.theatrum-belli.com/archive/2010/07/31/agressions-incivilites-trafics-montee-du-communautarisme-des.html#more)

Criticus a dit…

Paradoxalement, c'est rassurant que les gens réagissent aussi sainement (milices, armes) et que le Figaro publie ces déclarations, en les approuvant. J'espère juste que ce n'est pas un simple effet de la tentative de reconquête de la droite par l'UMP à deux ans des élections...

fboizard a dit…

C'est là qu'on voit que les partis de droite comme de gauche n'en ont rien à foutre du peuple français au nom duquel ils gouvernent.

Ce qui, d'un point de vue étroitement électoral, se comprend : c'est la frange de la population qui vote le moins.

Bien sûr, un homme pourrait envisager de conquérir le pouvoir en ramenant cette population aux urnes, mais c'est un sacerdoce, il est bien plus facile de draguer les centristes qui votent.

Sans oublier que les lois sur le financement des partis politiques verrouillent cette situation.

fboizard a dit…

Criticus,

J'ai bien peur que ton hypothèse finale soit la bonne : n'oublie pas la parabole des lions et des renards. Ces gens-là sont des renards, rien ne les fera se transformer en lions.

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre. Certes. Mais il ne faut pas non plus compter sur eux pour laisser la place à quelqu'un qui pourrait les résoudre.

Criticus a dit…

Oui, et j'ai peur que les Français se fassent avoir dans deux ans... Je n'ai pas d'élément statistique, mais certains de mes contacts Facebook se félicitent du retour d'une droite « décomplexée » pour 2012. Les cons...

Anonyme a dit…

J'ai lu ça, Ribellu, et je trouve ça franchement suspect.

Le Figaro, journal aussi vivre-ensembliste que les autres, pratiquant la censure peut-être la plus impitoyable de tous les sites de médias français à l'encontre des commentateurs anti-immigrationnistes, qui se réveille soudain et publie un article non directement lié à l'actualité, racontant ce qui se passe effectivement mais qu'il est "raciste" de dire : je trouve ça gros.

Comme par hasard, c'est juste au moment où se produisent chez Sarkozy des gesticulations sécuritaires destinées à récupérer l'électorat de droite (réunion sur les roms, bruits de bottes sur la déchéance de nationalité, etc).

Il y a eu des consignes, c'est évident. Une courroie de transmission a transmis. Un téléphone rouge a sonné.

C'est toujours bon à prendre pour mobiliser la population, mais je ne m'y fierais pas.

fboizard a dit…

Je suis d'accord avec Bob. Le Fig est désespérant de politiquement correct (exple : Geert Wilders «leader d'extrême droite»).

En fait, le Figaro ne vaut que par deux blogs celui de Natacha Polony et celui d'Ivan Rioufol.

Et aussi par Obamazoom, mais celui ci concourt dans la catégorie humour bobo.

Anonyme a dit…

Obamazoom, c'est absolument hallucinant. C'est du boboïsme au cube. On dirait des ados à keffieh.

Eh ben le type, il est rédacteur en chef au Figaro. Bon, de Madame Figaro, ce qui relativise, mais enfin, il est journaliste professionnel, et rédacteur en chef dans le plus ancien quotidien de France.

Et il se vante d'avoir vécu dix ans aux Etats-Unis. Son ignorance du pays est abyssale, et son parti-pris sans limites.

C'est un vrai bobo de luxe : ancien directeur général de l'agence de décoration d'Andrée Putman.

Son acolyte féminine est une ancienne pubeuse, ex-responsable de la com de Jack Lang, et "consultante pour des activités corporate auprès de chefs d'entreprise". Elle est pathologiquement Degauche, comme lui. Et superficielle à un point qui défie l'entendement.

Ce qu'il y a de bien, avec les blogs, c'est qu'on voit qui sont vraiment les gens. Si ces deux-là n'avaient pas tenu un blog, il aurait été impossible, sans les connaître, de mesurer la profondeur de leur nullité.

Le plus étonnant, évidemment, étant qu'ils ne s'en rendent absolument pas compte. Sinon, ils ne s'exposeraient pas de cette manière. Normalement, des gens parvenus à des postes de responsabilité et à un niveau social pareils ont conscience de leurs lacunes. S'ils ont gravi les échelons malgré elles, ils s'arrangent au moins pour les cacher.

Eux, non. Ils sont nuls, et ils en sont fiers.

Cela en dit long sur le degré de décadence auquel nous sommes parvenus.

Criticus a dit…

Dans le genre nul à chier, il y a aussi les billets quotidiens d'Anne Fulda. C'est consternant de bêtise, et ça doit être super bien payé.

Pour une part avec nos impôts, grâce aux aides publiques à la presse.

fboizard a dit…

Ce qui est atterrant dans Obamazoom, c'est le faible niveau intellectuel. On dirait de la prose d'adolescent (les fautes d'orthographe en moins).

Anonyme a dit…

un célèbre emetteur d'idées "nauseabondes"

"Sur le plan ethnique, il convient de limiter l'afflux des Méditerranéens et des Orientaux, qui ont depuis un demi-siècle profondément modifié les compositions de la population française. Sans aller jusqu'à utiliser, comme aux Etats-Unis, le système rigide des quotas, il est souhaitable que la priorité soit accordée aux naturalisations nordiques (Belges, Luxembourgeois, Suisses, Hollandais, Danois, Anglais, Allemands, etc.) "Charles de Gaulle le 12 Juin 1945, directive au Garde des Sceaux". (Cité par Plein Droit, n°29-30 Novembre 1995).

- "Si tous les Arabes et Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s'installer en métropole. Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-deux-Églises, mais Colombey-les-deux-Mosquées !" (1959).

- "Nous sommes avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne." "Sinon, la France ne serait plus la France." (1959).

- "J'attire votre attention sur un problème qui pourrait devenir sérieux. Il y a eu 40 000 immigrants d'Algérie en Avril. C'est presque égal au nombre de bébé nés en France pendant le même mois. J'aimerais qu'il naisse plus de bébés en France et qu'il vienne moins d'immigrés. Vraiment, point trop n'en faut ! Il devient urgent d'y mettre bon ordre !" (1962).

Scipion

Anonyme a dit…

Franck : il ya aussi des fautes d'orthographe sur Obamazoom.

(Je vous ai répondu sur le carmel d'Auschwitz ; on verra bien si ça passe. Mon précédent commentaire sur le "racisme" des anti-Obama a été censuré. Comme par hasard, Stehli et Saint-Geours, Degauche, censurent beaucoup plus que Rioufol, qui est un immonde facho.)