jeudi, mai 24, 2012

Il n'y a pas de dilemme austérité / croissance


Les couillons des medias, en extase hollandolâtre, opposent austérité et croissance. Angela serait la méchante qui veut l'austérité et François le gentil qui veut la croissance.

C'est faux. Les deux gouvernements veulent la croissance, seul moyen de rembourser les dettes. Mais le gouvernement français veut la croissance grâce à la dépense publique et le gouvernement allemand répond que la dépense publique, bien loin de provoquer la croissance, l'empêche.

Une fois, la vérité du débat rétablie, on voit bien que Hollande fait de l'esbroufe. En effet, pour des pays surendettés, le seul moyen de "faire de la dépense publique" est de monétiser la dette en espérant un regain d'inflation. C'est totalement illusoire d'attendre d'un pays vieillissant, donc de rentiers, comme l'Allemagne qu'il accepte l'inflation.

D'ailleurs, même pour la France, l'inflation est un remède illusoire : l'inflation d'aujourd'hui est le chômage de demain.

On se berce du souvenir des Trente Glorieuses, mais l'inflation y était de rattrapage, une conséquence de la croissance et non une cause.

Bref, Hollande nous bourre le mou. Etonnant, non ?


Aucun commentaire: