samedi, octobre 26, 2019

Churchill à propos des noms de ville indigènes

Winston Churchill,  Premier Ministre, en réponse à une note du Foreign Office :

1) Le principe m'est très désagréable. Il n'y a aucune raison de changer des noms de ville connus depuis des siècles par les Anglais pour complaire aux étrangers.

Pour des raisons historiques, on ne doit pas changer « Constantinople » en « Istanbul », même si on peut préciser ce nouveau nom entre crochets pour les imbéciles.

Nous continuerons à employer « Angora », que nous connaissons par les doux chats du même nom et non pas le disgracieux « Ankara ».

2) Veuillez noter que la malchance poursuit toujours les peuples qui changent le nom de leurs cités. La fortune est sans pitié pour ceux qui renoncent à leurs traditions. Si nous cédions, nous devrions bientôt transformer Leghorn en Livorno.

De quoi aurions nous l'air si la BBC  prononçait Paris « Paree » ?

Et cette conclusion superbe :

Les noms étrangers sont faits pour les Anglais et non les Anglais  pour les noms étrangers. Je date cette note du jour de la Saint George.

WSC

23.4.1945 (donc en pleine guerre)

Ce n'est certes pas lui qui se donnerait le ridicule de nous bombarder de moches « Mumbai » et de grotesques « Beijing » (par contre, on dit encore « Londres » et « Moscou », bizarre, non ?).

Mais lui n'était pas décadent et lâche. Nous le sommes.






Aucun commentaire: