samedi, février 01, 2020

Les cathos ont trahi ... et c'est un drame pour la France.

Les cathos ont trahi politiquement. C'est normal qu'ils n'aient plus aucun poids.

La Manif pour Tous : mais où est donc passé le vote catholique ?!

**********
La messe était dite, si l’on ose dire, et le vote catholique, largement rallié au candidat de la France « En marche » (vers le « progressisme »), n’avait plus aucune chance de faire entendre sa voix. Son conformisme social, son souci patrimonial et son esprit de classe l’alignaient, sans contrepartie aucune, dans le camp de la France des centres villes prospères, mondialisés et progressistes, face à la France populaire et périphérique ou celle de l’héritage civilisationnel chrétien.

[...]

Aujourd’hui, chaque force sociale défile et proteste de son côté, dans des combats qui ne franchissent pas le seuil critique qui menacerait le pouvoir en place. Les Gilets jaunes n’ont pas rallié la droite conservatrice qui ne s’est pas identifiée à une révolte populaire patriote, comme la gauche syndicale des grandes entreprises publiques se montre incapable de mobiliser les gros bataillons des salariés du privé, qui seront pourtant les premières victimes de la réforme Macron des retraites. La Manif pour tous, de son côté, est condamnée à voir défiler ses troupes nombreuses dans l’indifférence générale d’un pays fragmenté qui ne trouve pas de dénominateur commun à ses révoltes, ni une force politique capable de les mettre en cohérence.
**********

Le peuple français manque de leaders, c'est son drame.

Dans un pays fonctionnel, la classe dirigeante a vocation à se diviser en factions représentatives du peuple. Ces factions s'opposent, alternent au gouvernement et cela fait la vie démocratique.

Or, cette division verticale est précisément ce qui fait défaut à la politique française.

A la place, nous avons une division horizontale.

En haut, la classe dirigeante forme un parti remarquablement uni contre le peuple, au delà des différences de façade pour amuser la galerie : il y a eu unanimité, de Macron à Mélenchon, en passant par la fausse droite, pour traiter les Gilets jaunes des ronds-points de fascistes. Même le RN y ait allé avec de longues pincettes, ce qui prouve que son opposition est une mascarade.

En dessous, un peuple atomisé et déculturé manque cruellement d'élites.

C'est une trahison pure et simple de leurs devoirs qu'il n'y ait pas de gens d'en haut qui parlent réellement pour ceux d'en bas (à part Eric Zemmour et un peu Michel Onfray. Tous les autres pseudo-représentants des Gilets Jaunes trimballent leurs obsessions gauchistes qui conviennent on ne peut mieux au Système).

Parmi ceux-ci, la bourgeoisie catholique avait quelques prédispositions. La doctrine sociale de l'Eglise et sa tradition fournissaient de bons guides pour analyser et comprendre les Gilets Jaunes. Hé bien non, placée en position de choisir entre catholique et bourgeoise, la classe de nos cathos du 16ème a montré ce que valait ses valeurs et a choisi la bourgeoisie à 100 %, prouvant que ses seules valeurs sont pécuniaires. J'espère qu'elle a une place réservée en Enfer ou, au moins, au Purgatoire.

Aucun commentaire: