lundi, février 27, 2006

Pétitionnons de principe

Pétition de principe : tenir pour vraies des choses infondées ou qui demandent à être vérifiées, Hayek en recensaient quelques-unes :

> l'Etat dépense plus intelligemment son argent que les particuliers

> l'Etat doit veiller à ce que chacun reçoive ce qui lui est du.

> La dépense est profitabe et l'épargne mauvaise

Bastiat signale que le summum de la pétition de principe consiste à le faire tenir dans le vocabulaire, dans un seul mot, pour qu'on n'en voit pas l'absurdité, il cite deux exemples :

> tributaire. Un pays importateur est tributaire de ses importations. La pétition de principe est que l'importation n'est pas souhaitable, qu'elle traduit une situation d'infériorité, de dépendance.

Mais c'est oublier que l'importation est un échange. Qui est le plus dépendant : l'occident du pétrole saoudien ou l'Arabie saoudite de l'argent occidental ?

> nous sommes envahis de produits étrangers. Quel rapport entre des vaisseaux déversant le fer et le feu et des vaisseaux déversant des biens bon marché qui feront le bonheur des consommateurs qui courront les acheter ?

D'ailleurs, Bastiat récuse avec drôlerie toute les métaphores guerrières.

Je rappelle pour mémoire que Bastiat a démontré dans deux pages des Sophismes Economiques que tous les pays vous entourant élèveraient-ils des barrières douanières à votre commerce, vous auriez quand même intérêt à abaisser vos barrières douanières de façon unilatérale.

Ca se termine par cette phrase à faire tomber en syncope un militant d'ATTAC : Je dis, et le pense très sincèrement [et le prouve], que, si deux pays se trouvent dans des conditions de production inégales, c'est le moins favorisé de la nature qui a le plus à gagner à la liberté des échanges.

Il existe des pétitions de principe modernes :

> Le départ à la retraite des vieux libére des places pour les jeunes. Pourquoi les retraités seraient-ilsautomatiquement remplacés ? Le fait qu'il y aura de plus en plus d'oisifs à subventionner penche au contraire vers l'augmentation de la productivité et donc moins d'emplois.

> L'ultra-libéralisme. Pourquoi le libéralisme serait-il forcément outrancier ?

> La protection sociale. Où est-il prouvé que distribuer à certains de l'argent pris à d'autres protège et en quoi est-ce social ?

> mais le sommet actuel, le chef-d'oeuvre de la pétition de principe, qu'on n'est pas surpris de voir dans la bouche des illusionistes chiraquiens, c'est le merveilleux, l'admirable patriotisme économique. En deux mots, nous avons, tenez vous bien, les pétitions de principe suivantes :

>> le patriotisme peut être délimité.

A quand le patriotisme sociologique ? Le patriotisme médical ? Le patriotisme mathématique ?

>> la nationalité est un critère pertinent dans le champ économique.

Juste pour rigoler : c'est quoi la nationalité d'Arcelor ?

>> L'Etat a vocation à intervenir dans l'économie en fonction d'intérêts nationaux et cette intervention est bénéfique.

Sans commentaires, pour ceux qui ont de la mémoire

>> Avoir des entreprises étrangères en France est mauvais ; avoir des entreprises françaises à l'étranger est bon. (comme disent les Taïwanais de Thomson, comme disent les Français d'Ikea).

Aucun commentaire: