jeudi, août 29, 2019

Au temps où les hommes savaient se tenir à table.

A propos du « coup d'Etat » de Boris Johnson

Les institutions politiques britanniques sont très complexes car elles sont un empilage de lois et de traditions. Il n'y a pas à proprement parler de constitution. Même s'il arrive aux Anglais d'employer ce mot. Il n'a pas le même sens qu'en France ou aux Etats-Unis.

Cela leur donne une grande souplesse : par exemple, le référendum (consultatif) style Brexit est une innovation.

Cette souplesse, dans mon esprit de Français, je la comprends : pas de constitution écrite égale souplesse, c'est facile à piger.

En revanche, j'ai plus de mal à comprendre la solidité de ces institutions. Pour moi, c'est un fait d'expérience, il me suffit de comparer l'histoire de la France et l'histoire de la Grande-Bretagne, mais je n'en discerne pas vraiment les causes (si vous avez des suggestions ...).

J'ai en tête ce passage du film L'armée des ombres où Paul Meurisse et Lino Ventura, débarquant  à Londres de France occupée comme des extraterrestres.




***********
Parliament has no right to plot a Brexit coup

Robert Tombs

The Victorians created the fairy story that our ancient liberties reside in Westminster, and Remainers are exploiting it.

Speaker Bercow tells the Edinburgh Fringe that “the House of Commons must have its way”. The Remainer MP Stephen Doughty proclaims that parliament has been “the crucible of our democracy . . . for thousands [sic] of years’” Sir John Major and Sir Malcolm Rifkind fulminate about the sovereignty of parliament and allude darkly to the Stuarts and civil war. The ghost of Charles I is resurrected in Boris Johnson, it would seem, with Dominic Cummings his Earl of Strafford.

When I hear such nonsense — inflammatory nonsense, at that — I put much of the blame on another opinionated MP, Thomas Babington Macaulay. His History of England (1848-55) was a bestseller, aimed at a vast public. In his own words, it would “supersede the last fashionable novel on the tables of young ladies”. He established the Victorian myth that parliament was the centre of our history and the fount of our liberties — the myth embodied in that vast and crumbling pile of pseudo-historical stonework on the banks of the Thames.

Macaulay wanted people to believe that his Whig Party and those he identified as its ancestors had shaped the nation by an unremitting struggle against monarchy: “a great party” over the centuries had “steadily asserted the privileges of the people and wrested prerogative after prerogative from the Crown”. He made the parliamentary struggle against the Stuarts from the 1640s to the 1680s the climax and centrepiece of British history. The previous centuries he found uninteresting — the idea of ancient English liberties he thought too populist a notion.

Macaulay’s narrative provided the emotive underpinning of the Victorian invention of parliamentary sovereignty, elaborated by lawyers such as AV Dicey and journalists such as Walter Bagehot. Parliament, they argued, could pass any law that was not physically impossible. This notion of parliamentary sovereignty is an elitist, pre-democratic vision dating back to the time when only a few wealthy men had the vote, and long before the era of inalienable human rights. But it has now been resuscitated in even more extreme form by Messrs Bercow and acolytes. They seem to believe that parliament, or the House of Commons alone, or even an improvised and temporary majority within it, can exercise sovereignty and govern in opposition both to the Crown and to the electorate.

This would indeed be sovereignty, absolute sovereignty. It has little or no legal, political or historical legitimacy. It is important to note that even Dicey, in the Victorian heyday of parliament, considered its power to be that of making laws, “neither more nor less”. It did not have the power to govern. The Crown — the government, the executive — has its own legitimate functions, and direct responsibility to the nation, as in every democratic system. The role of parliament is to hold government to account, not to be the government. To go beyond this is a flagrant usurpation of power.

Only once before has the Commons, in fact a small but determined minority, seized power on its own, abolishing the monarchy and the Lords, proclaiming itself sovereign and its Speaker head of state, and threatening with death any who denied its claims. This was in the 1640s, the period Macaulay and his present-day followers seem to find inspiring. It created perhaps the most unpopular, bigoted and repressive government we have ever suffered.

Parliament has certainly been an important and distinctive part of our history. It is one of the pillars of the state. When it functions properly, it is a vehicle for popular representation and a defender of rights. But the idea that parliament is and has always been the centre of our national life and the source of our freedom and democracy is a caricature of history. Our most basic and cherished freedoms have nothing to do with parliament, which they pre-date. The right to justice is defined in Magna Carta (1215). So is judgment by our peers.

The end of torture is due to the common law refusal to accept statements made under duress. Trial by jury came about because the church put a stop to trials by ordeal. Defence against arbitrary arrest goes back to the ancient common law writ of habeas corpus. These liberties were elaborated by Crown judges. It is simply untrue that the Crown has been in our history the source of oppression or that the people, through parliament, have been in continual struggle with it.

Parliament’s role, once it came into regular existence in the 13th century, and more crucially after 1688, was chequered. Even the publication of its debates had to be forced from it, and its response to democracy — gradually widening the franchise to tenants, to householders, to workers, to women — was a whole century of foot-dragging from the 1820s to the 1920s. On several occasions it was the use of the royal prerogative that forced parliament’s hand.

Those plotting some sort of parliamentary coup against a government trying to carry out a policy approved by the electorate (and previously voted for by parliament) should not get away with justifying their actions by invoking historical fairy tales. Parliament, far from being the “crucible of democracy”, was for most of its history the preserve of the powerful and the privileged. We must not allow today’s MPs to put the clock back and do untold damage to the institution they claim to defend.

Robert Tombs is author of The English and Their History.
***********

mercredi, août 28, 2019

Haynes Publishing

J'aime beaucoup cet éditeur anglais (très anglais). Il fait des manuels d'entretien pour propriétaires qui font la mécanique eux-mêmes.

On commence par facile, si vous avez une Peugeot 205 :

Peugeot 205 Petrol (83 - 97) Haynes Repair Manual

Il y a aussi BMW, Alfa Romeo, Ford etc.

Vous pouvez aussi vous intéresser aux voitures de course :




On continue par plus compliqué, si vous avez un Spitfire à restaurer :



On un u-boot (on ne sait jamais) :



Vous pouvez aussi avoir un un Faucon Millenium poussiéreux qui traine dans un coin du garage :




Mais le plus difficile, c'est ça :






Etre de son temps, quand le temps est mauvais, une ambition idiote.

Ce que nous dit Hannah Arendt de notre temps

*************
C’est à Hannah Arendt que l’on doit l’expression : la « dégradante obligation d’être de son temps ». Beaucoup d’hommes politiques, d’acteurs du débat public, ou prétendus tels, devraient méditer cette citation.

En effet, dans notre société, rien n’est plus présent face à celui qui s’interroge, qui réfléchit, qui tente de comprendre que cette injonction à « être de son temps ». Face aux débats éthiques, aux enjeux législatifs, face à la question de la place de l’Homme dans la société et dans l’Histoire, chacun est désormais invité à « être de son temps ».

Or, rien n’est plus dégradant, au sens littéral du terme, que cette démarche d’esprit. Voici l’Homme de raison remplacé par l’Homme de mode. L’air du temps, c’est ce qui place le discours de comptoir, le dernier « buzz » médiatique ou la passion émotionnelle du moment au-dessus de la réflexion pérenne, des données établies, de la quête d’une réponse vraie et durable.
*************


La pensée classique doit souffler en Europe

Tout ce court texte est à lire, voici quand même des extraits :

*************
Le paradigme relativiste domine notre culture commune depuis trois siècles, mais n’a fait sentir que progressivement ses effets.

C’est l’idée qu’il n’y a pas de vérité objective en matière morale, politique et sociale, et que chacun se détermine donc comme il l’entend. Dès lors la seule notion du bien que doit reconnaître la société est le droit de chacun à définir comme il l’entend ses valeurs et références sous réserve du droit équivalent du voisin – ce qu’on trouve pour la première fois clairement exprimée dans la Déclaration des Droits de l’homme de 1789.

Il en résulte une lente dérive, qui ronge ces biens communs essentiels qu’à des degrés divers l’humanité avait repérés ou construits au cours de son histoire. Au stade actuel, cela se traduit par une radicalité et une emprise considérables, dont témoigne ce qu’on appelle le politiquement correct, une police de la pensée qui eût été impensable sous cette forme il y a cinquante ans.

Mais échapper à l’emprise d’un paradigme dominant n’est pas simple. Un paradigme est un cadre qui structure et oriente toute la pensée collective d’une époque. Comme l’a montré Kuhn en matière scientifique, un paradigme n’est dépassé que lorsqu’un autre émerge du fait que le premier rencontre des diffiultés insurmontables. Tant qu’on n’en est pas là, la pensée reste conditionnée par le paradigme précédent.

La pensée classique présente un cadre de pensée tout à fait différent et donc véritablement alternatif. Elle se fonde sur l’expérience des siècles, qui permet de dégager par la réflexion et l’usage une référence sûre pour la vie et l’action communes. Elle a été formalisée en politique notamment par Aristote, Cicéron puis [Saint] Thomas d’Aquin [raide à lire mais captivant]et est toujours vivante depuis, inspirant à des degrés divers des penseurs comme Burke [très anglais - c'est un compliment], MacIntyre ou Scruton [un Finkielkraut intelligent], voire Tocqueville.

Dans cette conception on trouve d’abord le sens de l’objectivité du bien et du vrai ; l’importance centrale de la personne, qui ne peut exister et se développer qu’au sein de communautés solidaires, grâce à une éducation humaniste, tournée vers le vrai et le bien. Un autre aspect important est la conscience que les sociétés sont des édifices complexes, construits au cours du temps et non à partir de théories édifiées a priori, impliquant l’interaction de très nombreuses personnes et qui se régit par des règles de vie dégagées au cours du temps et intériorisées. L’une des forces de la pensée classique, même dans un contexte hostile comme le nôtre, c’est qu’elle donne du recul. Ce qui aide à ne pas se perdre dans les méandres du débat politique au jour le jour, sans pour autant cesser d’espérer et d’agir.

[…]

Un débat qui ne pose pas la vérité, y compris la vérité morale, comme objectif commun n’est plus un débat, car il n’y a plus de critère commun ; c’est au mieux une négociation. […] Et si tout est négocié, alors les rapports de forces les plus brutaux finiront pas l’emporter, et finalement l’état de nature au sens violent de Hobbes. Au minimum une délinquance latente.
*************

Combien de fois ai-je entendu (en général, par des personnes pas très intelligentes, mais la bêtise grimpe à une vitesse foudroyante dans l'échelle sociale et même les classes prétendues supérieures sont décevantes) au cours d'un débat qui tourne court faute d'arguments : « C'est mon opinion (sous-entendu : et je la garde quoi que tu dises) » ?

Le sous-texte est « Puisqu'il n'y a pas de critère de vérité pour nous départager et que nous sommes égaux en dignité, nos opinions se valent, même si tu as dix arguments et moi aucun ».

Ce qui est évidemment la porte ouverte à la barbarie : si tout se vaut, le cannibalisme n'est qu'une simple question de goût.



Politique et étrangère et souveraineté : le problème de Macron.

Macron peut faire toutes les gesticulations diplomatiques qu'il veut, organiser tous les pièges pour enfants de cinq ans qui lui viennent à l'idée sous les couinements d'extase des fayots de service, il ne peut qu'échouer et se ridiculiser, pour une raison fondamentale, qui ne tient pas qu'à lui.

Souveraineté et politique étrangère sont indissociables. La politique étrangère d'un pays n'est efficace que si tout le monde sait qu'il dispose souverainement de ses moyens, pacifiques et moins pacifiques.

Les domaines dans lesquels la France a renoncé, explicitement ou implicitement, à sa souveraineté, c'est-à-dire à peu près tous, ont réduit sa politique étrangère à un pantomime de crétins sentencieux.

La première chose à faire pour une politique étrangère efficace, qui soit autre chose que du bruit avec la bouche, serait de reprendre notre souveraineté partout où nous l'avons abandonnée. Mais, justement, Macron ne croit pas à la souveraineté française, il l'a dit et répété.

Il pourrait au moins avoir l'intelligence d'en tirer les conséquences et de se taire. Mais c'est plus fort que lui, il faut qu'il pérore et qu'il parade. Et se rende ridicule (quoi qu'en disent les cireurs de pompes de Paris).



mardi, août 27, 2019

7 mars 1936, remilitarisation de la Rhénanie

Le 7 mars 1936 (un samedi, on dit qu’Hitler a choisi ce jour parce que le week-end rend plus difficile une riposte coordonnée franco-anglaise), des troupes légères allemandes entrent dans le territoire démilitarisé des deux rives du Rhin, en violation du traité de Versailles.

Le gouvernement français décide de se contenter de protestations symboliques. C’est une défaite catastrophique pour la France, qui prépare et annonce celle de 1940.

Pour bien comprendre l’enjeu, il faut avoir en tête la politique de sécurité française.

En 1919, la France craint (à raison) la renaissance du militarisme allemand (quand Churchill dit en 1945 qu’il bombarde les villes allemandes parce qu’il veut « faire passer à jamais aux Allemands le goût de la guerre », il a probablement ce précédent en tête) . La solution idéale est le démantèlement de l’Allemagne, rejeté par les Américains et par les Anglais (ils seront plus avisés en 1945). Une solution de repli est la création d’un Etat rhénan indépendant, faisant tampon. Rejetée aussi. Il reste donc la démilitarisation des rives allemandes du Rhin.


(les temps d'occupation mentionnés sur cette carte n'ont pas été respectés)

La logique est la suivante : la France s’allie avec les pays de l’est (Pologne, Tchécoslovaquie) afin d'encercler l’Allemagne. Mais, pour éviter que l’Allemagne ne les annexe un par un, il faut que la France puisse les secourir en attaquant à l’ouest sans difficultés. Avec la démilitarisation de la Rhénanie, le Rhin n’est plus un obstacle. La France peut saisir en deux jours la Ruhr, principale région industrielle d’Allemagne. C’est d’ailleurs ce qu’elle a fait entre 1923 et 1925 pour obliger les Allemands à payer les réparations.

Inversement, la remilitarisation de la Rhénanie rend possible le détricotage de toute la politique de sécurité française .

Les responsables de l’époque ont cette logique en tête. Tout le monde sait aussi que la remilitarisation de la Rhénanie est un objectif de Hitler.

En 1936, les signaux inquiétants se multiplient. Le consul de France à Cologne ne cesse d’alerter, notamment sur la construction peu discrète de casernes. Le gouvernement français ne peut prétendre être surpris. D’ailleurs, il fait des sondages en prévision de cet événement :

1) la Grande-Bretagne, remarquablement manipulée par Hitler avec le traité naval négocié en 1935 dans le dos de la France, n’offre aucun soutien à une riposte armée au mouvement allemand.

2) le gouvernement français découvre avec stupéfaction que l’armée commandée par Gamelin n’a aucun plan en prévision de cette action attendue de tous, qui s‘attaque au pivot de la politique de défense nationale ! La posture défensive a été prise au mot jusqu’au ridicule, pas question de traverser le Rhin. Pour se dédouaner, les militaires prétendent qu’ils ne peuvent rien faire à moins d’une mobilisation générale, ce qui est une manière de chantage vis-à-vis des politiques. Ceux-ci auraient dû renvoyer les militaires dans leur 22 avec un grand coup de pied au cul en exigeant une opération limitée (une révérence excessive pour l’expertise des militaires les en a empêchés. Clememenceau n’avait pas ces pudeurs de jeune fille envers les galonnés).

Le gouvernement français, à six semaines des élections, décide donc de ne rien faire, au grand soulagement d’à peu près tout le monde (sauf des lucides et des courageux, qui n’ont jamais fait une majorité).

Les attachés militaires américains félicitent les Allemands ! Autant pour la légende des Américains, vaillants opposants au nazisme. On notera que, au contraire, l’attaché militaire français à Berlin, bien seul de cet avis, pense que la remilitarisation est un motif suffisant de déclaration de guerre.

Hitler dira (mais peut-on se fier à sa parole ?) que c’était la décision la plus importante de sa vie et que, s’il avait échoué, il se serait tiré une balle dans la tête.

Les conséquences pour la France sont nombreuses et toutes néfastes :

1) L'Allemagne et Hitler sont considérablement renforcés. Les généraux allemands commencent à se fier à lui. Hitler est conforté dans son pari sur la veulerie des alliés et dans sa façon de les manipuler.

2) Toute la politique de sécurité de la France est par terre.

3) Il est acté que la France ne prendra plus aucune décision se rapportant à l’Allemagne sans en référer à la Grande-Bretagne. Cette position subordonnée, quand il est question de vie et de mort de la nation, est grosse de catastrophes. C’est pour ne pas voir se répéter cette malheureuse sujétion que la France d’après 1945 fera de grands efforts pour se doter de l’arme atomique.

4) La nullité et la pusillanimité des généraux français éclatent aux yeux du monde entier, spécialement aux yeux des Français eux-mêmes. La perte de confiance du gouvernement dans l’armée est totale. Le médiocre premier ministre Albert Sarraut se dira « étonné du manque de virilité des généraux ». Bref, ils n’ont pas de couilles. C’est une grande faute des politiciens de ne pas avoir tiré les conséquences de ce triste constat en limogeant séance tenante un état-major si peu équipé, au moins cela aurait été un heureux effet de ce désastre. Même pas. Le comportement de Gamelin en 1940 ne pourra donc étonner personne.

5) Le roi des Belges prend, devant l’impéritie française, la décision très stupide (il n’est pas le seul à être très stupide dans cette affaire) de maintenir une stricte neutralité entre la France et l’Allemagne, comme si les deux pays présentaient une menace identique.

6) L’Italie bascule du côté hitlérien.

7) Nos alliés, de l’ouest et de l’est, commencent à se défier de la France, à considérer qu’elle est trop fragile pour pouvoir compter dessus. Un allié potentiel important, la Russie, est aussi pris par le doute.

8) Enfin, dans l’excitation de la campagne électorale en cours, les Français ont été peu nombreux à s’élever à la hauteur de cette affaire. On peut critiquer les politiciens et les militaires mais le peuple n’a pas été fantastique. Il ne s’est pas montré sous son jour le plus flatteur et ça n’a pu que renforcer les préventions des étrangers et les doutes des Français sur eux-mêmes .

Bref, comme on dirait en bowling, c’est un strike. Pour la France, difficile de faire pire. Pour Hitler, difficile de faire mieux.

Les accords de Munich sont devenus emblématiques, mais il était déjà trop tard.

Pire, aucune action fondamentale n'est tirée de ce désastre : ni le régime, ni l'armée ne sont réformés comme ils devraient l'être.

On peut méditer Michel Goya sur les difficultés des organisations à regarder la réalité en face et à se transformer :

« Bien souvent, en fait, il est beaucoup plus simple d’attendre de prendre une claque et d’espérer que l’on soit encore debout après. Le courage physique est plus courant que le courage intellectuel. »

Seulement, une claque à 50 millions de morts pour payer la lâcheté intellectuelle, c'est quand même un peu cher.



dimanche, août 25, 2019

Peter Hitchens prend le train

Making my way to the buffet car on an Edinburgh-London express, I passed a sprawled [étalée] young woman. Her feet (encased in enormous, thick-soled bovver boots [bottes de hooligan, le genre d'Orange Mécanique]) were firmly planted on the seat opposite. She had an expression of unutterable smugness [ineffable suffisance] on her face. On the table in front of her, displayed like a holy relic, was the warmist heroine Greta Thunberg’s book No One Is Too Small To Make A Difference. I think this pretty much sums up modern morality. What you think makes you good, not what you do.


Je pense que tout le monde visualise fort bien la scène.

La religion de son corps

Le dimanche matin, je vois plus de gens qui font du jogging que de gens qui vont à la messe.

Je surprendrais sans doute les premiers si je leur disais que j’y vois une relation, beaucoup moins les seconds.

samedi, août 24, 2019

G7 : Bayonne, ville morte.

On parle de plus de 10 000 policiers mobilisés pour le sommet du G7 à Bayonne. Les habitants éprouvant des difficultés à simplement rentrer chez eux. Ce dispositif de « sécurité » ( à ce stade de folie, il me semble plus adéquat de parler de « dispositif de paranoïa ») ne peut que mettre mal à l'aise les bons citoyens.

Après tout, des assassinats de présidents américains ou français (je connais moins les autres pays), il y en a déjà eu et les présidents ne sortaient pas pour autant isolés par une armée. Qu'est-ce qui a changé ?

Je pense que c'est tout simplement le sens du devoir : nos dirigeants, qui passent leur temps avec le mot « assumer » à la bouche (plus la chose manque, plus on en parle), n'assument plus le risque d'être tués dans leurs hautes fonctions. Ils sont à rebours des rois de France qui préféraient risquer un coup de couteau plutôt que de repousser un sujet.

Leur souci de sécurité (que je comprends) n'est plus équilibré par le sentiment qu'ils devraient avoir de leur devoir de disponibilité (et non de proximité). Alors, on simule, d'où les mascarades de bains de foule hyper-organisés pour mimer une disponibilité disparue.

Par là dessus, se greffe le mensonge démocratique : ça fait bien longtemps qu'ils ne gouvernent plus par et pour le peuple. Dans l'idéal, la meilleure protection d'un dirigeant est l'amour de son peuple. De ce point de vue, ce n'est pas un hasard si ceux qui peuvent encore prendre un authentique bain de foule sont Salvini et Poutine.

Enfin, il y a tout simplement le narcissisme, le complexe de supériorité et le mépris de classe.

Au fond, il suffit de citer Philippe Muray :

Le problème de notre temps est peut-être la disparition des élites, c’est-à-dire d’une classe qui déduisait de ses privilèges une forme de responsabilité. Aujourd’hui, les élites –celles que Chevènement appelle élites mondialisées- n’ont de cesse de s’affranchir de toute responsabilité.

Alors, les 10 000 policiers et les contraintes des Bayonnais ? C'est le prix de l'irresponsabilité.

Shirer : ces cons de Polonais.

Je continue à lire The collapse of the third republic.

Shirer écrit que les Polonais sont des gens attachants mais parfaitement idiots en politique (1) !

Tout le monde connaît (ou devrait connaître) la responsabilité écrasante des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne dans le déclenchement de la seconde guerre mondiale : en soutenant, tout au long des années 20 et même 30, l'Allemagne contre, de fait, la France, ils ont rendu possible le redressement du bellicisme allemand et préparé le désastre de 1940 (c'est une des raisons pour lesquelles j'ai vraiment beaucoup de mal quand Hollywood, et d'autres, nous présentent les Américains comme des sauveurs).

Moins connue, la collaboration des Polonais à leur propre anéantissement.

Le ministre des affaires étrangères, Jozef Beck, était violemment anti-français, espérait que les turbulences orientales permettraient à la Pologne de s'agrandir et que l'Allemagne protégerait son pays de la Russie. Il refusa par conséquent toute conférence ayant pour but de diminuer les tensions dans la région.

On ne saurait se tromper plus radicalement.

Le 26 janvier 1934, il signe un pacte de non-agression de dix ans avec l'Allemagne hitlérienne.

Dès 1922, c'est-à-dire bien avant Hitler, le général von Seeckt, chef de l'armée allemande, écrivait dans un memorandum secret : « L'existence de la Pologne est intolérable, incompatible avec les conditions essentielles de la vie de l'Allemagne.  L'anéantissement de la Pologne doit être un des buts fondamentaux de la politique allemande ».

Portrait d'un imbécile :


**********
(1) : Jean-Paul II est donc une exception.

A immigration de merde, politique de merde.

« Le changement démographique des États-Unis renforce sa polarisation politique. »

Comme disait Jacques Bainville, nous avons les conséquences.

A force d'importer massivement des populations venues de pays de merde (shit holes, d'après Donald) et de les les laisser faire comme chez elles, elles transforment petit à petit nos pays en pays de merde.

Quand on encourage l'entrée de millions d'Africains, il est naturel que nos pays s'africanisent. Et tout le monde sait quel merveilleux continent est l'Afrique où il fait si bon vivre. C'est humain, simplement humain. Mais, c'est bien connu, le réel est reporté à une date ultérieure.

Je ne leur en veux pas de chercher une vie meilleure (quoique je leur reproche la lâcheté et l'inconséquence consistant à abandonner leur pays et à ne pas respecter le nôtre). Les coupables sont chez nous, et même en nous.

Vous remarquerez d'ailleurs que bien des comportements africanisés dans ce que l'Afrique a de pire viennent de blancs.


vendredi, août 23, 2019

Crédit social chinois (bientôt en France grâce à nos techno-politiciens)

J'ai failli mettre en titre « bientôt en France grâce à Macron », mais c'était malhonnête de ma part : en réalité, tous nos politiciens en rêvent.

Il suffit d'avoir entendu une fois Valérie Pécresse parler des Gilets Jaunes pour savoir à quoi s'en tenir sur nos politiciens, leur amour de la liberté, leur goût du débat, leur capacité à accepter les divergences.

Vous noterez la générosité du pouvoir chinois : il commence par considérer que tout le monde est honnête (crédit social de départ 1 000 points), puis décrémente en fonction des infractions.

La beauté très orwellienne de la chose est que vous pouvez être soumis à un système de crédit social sans même le savoir et, bien sûr, sans connaître votre score. Evidemment, pas de recours ni d'appel.

Copier-coller sur ce sujet :

*****************
Le système de crédit social est un projet du gouvernement chinois gérant un système national de réputation des citoyens. Chacun d'entre eux se voit attribuer une note, échelonnée entre 350 et 950 (ou 1050, ce n'est pas clair) points, dite « crédit social », fondée sur les données dont dispose le gouvernement à propos de leur statut économique et social. Le système repose sur un outil de surveillance de masse et utilise les technologies d'analyse du big data.

Les autorités utilisent la reconnaissance faciale à grande échelle. La vidéosurveillance est particulièrement présente et efficace en Chine, non seulement en ville, mais aussi dans les zones rurales où elle supplée efficacement les forces de police. Un projet intitulé « clarté de neige » doit être achevé en 2020 et vise à couvrir de caméras les moindres villages chinois pour parvenir à « une couverture géographique totale, une couverture temporelle totale, et un contrôle opérationnel total ». Le crédit social est également utilisé pour noter les entreprises opérant sur le marché chinois.

La prétention du pouvoir à définir ce qui est du ressort de la vérité et ce qui ne l’est pas (lois dites sur les « fake news » en France et dans bien d’autres pays occidentaux ou sous influence occidentale) manifeste également peut-être un début de sinisation des esprits gouvernementaux en Occident.

Un des principaux théoriciens du projet, Lin Junyue, déclarait en 2016 que la Chine était devenue « le leader mondial » dans la définition des normes d’évaluation nationale et sectorielle du crédit et qu’elle devait chercher à « exporter son modèle de crédit social dans le cadre du projet des nouvelles routes de la soie », ce qui contribuerait à « l’exportation de la culture institutionnelle chinoise à l’étranger » [pour Edouard Husson, la contestation de la légitimité de Trump trois ans après son élection tient beaucoup à la fréquentation de la Chine par les Démocrates].

Selon la sinologue Séverine Arsène, « ce projet est surtout une nouvelle étape vers un mode technocratique et paternaliste de gouvernement, basé sur un dispositif de surveillance et des incitations et contraintes destinées à orienter en temps réel le comportement des individus. Ce système rappelle le dang’an (en), le dossier individuel tenu par l’unité de travail pendant la période maoïste, mais il en diffère fondamentalement par sa vocation à être montré, tant à l’individu ou à l’entreprise, qu’à ses amis et contacts professionnels ».

Selon Rachel Botsman, le processus de ludification est au cœur du système : « le gouvernement tente de faire passer l'obéissance pour un jeu. C'est une méthode de contrôle social déguisée en système de récompense. C'est l'obéissance, mais ludique ».

Jérôme Colombain estime que « c’est aussi un incroyable système numérique totalitaire. C’est le « big data » au service de la surveillance sociale et politique ».

L'ONG Human Rights Watch critique le lien entre le système de crédit social et une politique de justice prédictive testée auprès de la région ouïgoure. Les données recueillies peuvent notamment conduire les personnes dans les camps de rééducation du Xinjiang.

Critères :

– Mauvaise conduite.
– Fumer dans les trains.
– Acheter trop de jeux vidéo.
– Acheter trop de malbouffe.
– Acheter trop d’alcool.
– Appeler un ami qui a un faible pointage de crédit.
– Avoir un ami en ligne qui a un faible pointage de crédit.
– Mise en ligne de « fausses nouvelles ».
– Critiquer le gouvernement.
– Visiter des sites Web non autorisés [voilà mes lecteurs prévenus].
– Promener votre chien sans laisse.
– Laisser votre chien aboyer trop souvent (et si on mange le chien ?).
AAA (plus de 1050 points) : citoyen exemplaire
AA (entre 1030 et 1049 points) : citoyen excellent
A (entre 960 et 1029 points) : citoyen honnête
B (entre 850 et 959) : relativement honnête
C (entre 600 et 849) : niveau d’avertissement
D (549 et moins) : malhonnêteté.

Le crédit social a des conséquences individuelles concrètes (obtention d'un logement, d'un travail, etc.).

En novembre 2018, 6,7 millions de Chinois n’avaient déjà plus le droit d’acheter des billets d’avion et de train. Ce nombre semble maintenant être en hausse.
*****************

jeudi, août 22, 2019

Le convoi n°20

Le convoi n°20

« Trump et le Groenland : derrière le coup médiatique, un objectif stratégique »

« Trump et le Groenland : derrière le coup médiatique, un objectif stratégique »

Surprise ! Gaspation ! Bouleverschtroumpf ! Horreur et abomination ! Quoi ? Trump ne serait pas aussi con que ce que prétend la presse française et poursuivrait des objectifs cachés ? Je tombe de la commode Louis XIII avec triple rebond par salto arrière !

Bon, ok, je veux bien reconnaître que la moquerie est facile et que l'ironie est du cancre, mais, avouez tout de même, la tentation de se foutre de la gueule des journalistes français est irrésistible, ils sont tellement bêtes.


mercredi, août 21, 2019

L'émeute du 6 février 1934 vue par William Shirer

Je continue ma lecture de The collapse of the third republic.

Comme correspondant du Herald Tribune, William Shirer a vécu l’émeute de 6 février 1934 en direct, d’abord au balcon du Crillon, où il a vu la victime d’une balle perdue tuée à côté de lui, puis dans les rues.

Rappelons que cette émeute oppose les ligues d'extrême-droite, massées place de la Concorde, échauffées par l'affaire Stavisky, à la police qui barre le pont de la Concorde pour les empêcher de prendre d'assaut le Palais Bourbon.

Les reproches faits par les ligueurs au régime sont loin d'être tous excessifs, puisque certains étaient très largement partagés dans tout le spectre politique. Ce qui n'empêchait pas le dit régime de repousser toute réforme.

Shirer fait plusieurs remarques intéressantes :

  • Les communistes ont manifesté aux cotés des fascistes pour renverser la république « bourgeoise ». Ils n’ont tiré aucune leçon du destin de la république de Weimar l’année d’avant en Allemagne. Ce n’est qu’au matin du 7 février qu’ils se sont dits qu’ils avaient peut-être fait une connerie et ont commencé la réflexion qui aboutit au Front Populaire.
  • Les politiciens ont été en-dessous de tout. Albert Lebrun sanglotait dans son bureau de l’Elysée, comme d’habitude (il avait la larme facile et recommencera en 1940). Certains parlementaires se sont déguisés pour ne pas se faire écharper. Ils ont été incapables, devant le péril, de surmonter leurs petites querelles. Même les conseillers de Daladier, chauds-bouillants, prêts à découdre, ont débandé dès qu’il a fallu passer à l’action. Tous les témoins de ces scènes, y compris d’éminents républicains, ont été écœurés.
  • Les policiers étaient fort mal commandés, sauf exception. Ils ont tiré dans le tas, 20 morts (dont des spectateurs) parmi les civils et 1 parmi les policiers. Shirer remarque l’orientation de la presse : elle en a fait des tonnes sur les morts de droite, beaucoup moins sur les morts d’une manifestation ouvrière quelques jours plus tard. L’orientation de la presse a bien changé, mais elle reste toujours très partisane.
  • L’échec de l’émeute ne vient pas de la force des défenseurs du régime mais de la faiblesse des chefs émeutiers. Les ligueurs ont manqué de coordination et d'impulsion venue d'en haut. Les Croix-de-Feu, les plus organisés et les plus habiles des manifestants (ils ont eu l’intelligence de ne pas passer par le pont de la Concorde où s’affrontaient la police et les émeutiers) sont arrivés à quelques centaines de mètres du Quai d’Orsay et du palais Bourbon, quasiment pas défendus, et ont alors reçu l’ordre de leur chef, le colonel La Rocque, de ne pas aller plus loin. Quant aux autres chefs, ils étaient aux abonnés absents. Maurras n’a appris les événements que le lendemain midi, il était occupé la nuit précédente à faire des vers (comme dirait Mangeclous). Bref, ces chefs nationalistes étaient braillards mais pas très sérieux dans leur volonté de renverser le régime : quand l’occasion s’est présentée, ils l’ont esquivée (comparez avec Hitler de l’autre côté du Rhin).




Mitterrand, qui est arrivé à Paris juste après cette émeute, a un jour engueulé Gaston Deferre, ministre de l’intérieur, parce que des manifestants étudiants avaient traversé le pont Alexandre III : : « Chacun sait depuis le 6 février 1934 que l'on ne doit jamais laisser les manifestants pénétrer dans le périmètre Palais Bourbon, Élysée, place Beauvau ».

J’ai mauvais esprit, mais je vois dans ces quelques constats de Shirer des rapprochements évidents avec notre crise des Gilets Jaunes.

Pour Shirer, les deux conséquences les plus néfastes à long terme de cette journée dramatique sont, d’une part, que Pétain, nommé dans le gouvernement Doumergue suite à l'émeute, s’est imaginé un destin politique (1) et, d’autre part, que Laval et lui, contre toute attente (le pacifiste exempté de guerre de 14 et le vainqueur de Verdun) se sont rapprochés.

*****************
(1) : non, le Pétain de 1940 n’est pas un sauveur sans ambition qui se sacrifie pour le pays. C’est un vieillard qui ressasse depuis des années sa frustration de pouvoir.

mardi, août 20, 2019

Politique : comment savoir qui a raison ? Comment faire passer la bonne politique ?

Je suis en train de lire The collapse of the third republic, de William Shirer, dont je vous ai déjà parlé.

C'est rageant : des hommes voient les dangers, les vrais, tels que la suite de l'histoire les révèlera et proposent des solutions pas idiotes mais ne sont pas écoutés, ou peu, dans le brouhaha des analyses et des propositions contradictoires.

Ils arrivent que certains soient à la fois dans l'erreur grave et dans la bonne analyse. C'est le cas de Winston Churchill : il a reconnu lui-même que son refus de dévaluer et son retour à l'étalon-or, en tant que Chancelier de l'Echiquier, étaient une faute gravissime et comptent parmi les causes majeures de la seconde guerre mondiale. En même temps, il a eu parfaitement raison, presque tout seul, à propos de l'Allemagne et de Hitler.

Or, le retour à l'étalon-or de Churchill est pour moi du même acabit qu'aujourd'hui le rafistolage permanent de l'Euro : une faute lourde à cause du refus de solder les comptes d'une politique qui a échoué. Les psycho-rigides veulent maintenir l'illusion. Ils refusent de renoncer à l'idée qui a fait leur carrière et leur fortune. Ils ne veulent pas se résoudre à prendre nos pertes : oui, si la Grande-Bretagne avait été forte, elle aurait pu retourner à l'étalon-or. Oui, si la fédération européenne était une bonne idée, il faudrait garder l'Euro. Mais la Grande-Bretagne n'était plus forte et la fédération européenne se révèle une mauvaise idée.

L'idée européiste de monnaie unique, on pouvait éventuellement y croire (après tout, j'ai voté pour, une erreur de jeunesse, avant que de m'en repentir). En tout cas, on essayé. Maintenant, il faut démonter l'édifice mal branlé et passer à autre chose.

Ma politique est simple : transformer l'Euro en monnaie commune en réintroduisant les monnaies nationales, faire banqueroute sur les dettes, arrêter l'immigration et remettre de l'autorité et de la transmission dans la vie (école, famille, justice). Les suites immédiates seraient terribles, mais ce n'est pas ma politique qui en serait la cause, ce serait les longues années de politique folle qu'il s'agit de solder.

Avant que d'en arriver là, se pose une question incontournable : comment faire passer cette politique de salut public qui fait peur (et je comprends bien pourquoi) ?

Arrivé à ce point, la lecture de Shirer pousse au désespoir. La bonne volonté et l'intelligence ne suffisent pas. Le caractère non plus. Il faut que tout cela soit réuni dans le même homme et qu'en plus il soit au bon endroit, au bon moment, avec les bons appuis.

Tardieu manque d'habileté, Daladier de caractère, Reynaud de conviction. Il y a bien un homme possédant toutes ces qualités. Mais Charles De Gaulle végète dans un poste subalterne.

Bref, pas riant, l'avenir.

Certes, tout n'est pas perdu :


lundi, août 19, 2019

La bourgeoisie française de l'entre-deux-guerres vue par un journaliste américain.

Il paraît que je suis trop sévère avec la bourgeoisie française. Je vous soumets donc (comme argument d'autorité !) le point de vue d'un Américain.

L'extrait est un peu plus étendu, il permet de se remémorer une partie de la lourde responsabilité des Américains et des Anglais dans la seconde guerre mondiale.

Pour vous permettre de rentrer dans l'extrait : le bas de la page 131 et le haut de la page 132 explique que, pour une nation, chercher la protection dans la subordination est une fausse bonne idée, que les nations sont naturellement égoïstes et ne peuvent compter que sur elles-mêmes quand l'essentiel est en jeu (d'où la note de bas de page 132 sur de Gaulle).

Extrait de The collpase of the third republic

Nota : Shirer n'aime vraiment pas Pétain, car, contrairement à nos pétainistes contemporains, qui ne sont que des anti-gaullistes obsessionnels déguisés (voir ici, par exemple), il n'ignore pas que Pétain, par les différents postes qu'il a occupés et par son magistère moral et intellectuel tout au long des années 20 et 30, est le principal responsable militaire de la défaite de 1940.

Alors, le voir prendre le pouvoir à l'issue d'une défaite dans laquelle il a joué un rôle majeur, ça gratte un peu.

Il faudrait une bonne psychanalyse de l'anti-gaullisme contemporain. Venant de pieds-noirs, c'est idiot mais compréhensible. Mais de catholiques traditionalistes fervents ? C'est au moins le signe d'une légère déficience de la comprenette politique (ils devraient relire Richelieu, catholique sans doute aucun).

Je rappelle que le catholique pratiquant, dans la paire Pétain-De Gaulle, c'était le général, pas le maréchal.

Les histoires pétainistes de « don de sa personne à la France » ne sont que du bourrage de mou pour gogos disposés à se laisser gruger (au moment où il fait cette déclaration, le 17 juin 1940, il parie sur la victoire de l'Allemagne, qui ne paraît pas à ce moment irréaliste. Son don ne lui coûte donc rien. C'est comme nos modernes politiciens qui répètent « j'assume » : concrètement, ça veut dire qu'ils restent en poste continuent à se goberger).

Je parle de psychanalyse car, en raison, il n'y a plus de débat depuis longtemps : Pétain a parié sur la victoire de l'Allemagne, De Gaulle sur sa défaite, on sait sans ambiguïté qui a eu tort, qui a eu raison. François Delpla a montré comment Pétain avait été mené par le bout du nez par Hitler.

En revanche, en psychologie, c'est une autre histoire. Et les réactions face à Trump me paraissent éclairantes : on condamne non pas celui-ci qui divise le groupe, mais celui qui constate une division existante que tous s'efforçaient, avec de plus en plus de difficultés, de nier.

La souffrance et la peur du conflit se transforment en haine pour celui qui le met en lumière : on déteste à mort le messager parce qu'on ne supporte pas le message. Sans De Gaulle, il y aurait eu des Résistants, mais on en veut à mort celui qui a posé un choix clair, qui a tué l'espoir de concilier l'inconciliable, qui a dit qu'on était soit couché soit debout mais qu'on ne pouvait être les deux en même temps.

J'ai tout de même du mal à comprendre qu'il reste aujourd'hui des pétainistes. Péguy disait qu'il faut avoir le courage de voir ce que l'on voit. A l'évidence, certains manquent de ce courage.

Yann Moix : le gaucho dans toute sa splendeur.

Ca se passe de commentaire :

Sortie du roman choc, Orléans : le père de Yann Moix livre sa version de l'histoire familiale.





jeudi, août 15, 2019

Edouard Husson fait le point sur Hong-Kong (et c’est important pour la France)

Vous allez me dire que je fais une fixette (mais c’est juste parce que l’essentiel est ... essentiel), le mercantilisme allemand se révèle une fois de plus un poison économique et politique pour l’Europe.

Nous risquons de nous retrouver dans les prochains jours dans une configuration très classique : les Etats-Unis du côté de la liberté et l’Allemagne du côté de l’oppression. Mais chut ! On va m’accuser d’américanophilie naïve et de germanophobie (1) compulsive.

Les événements de Hong Kong marqueront-ils un tournant dans la politique très pro-chinoise (et de moins en moins libérale) de l’Occident ?

**********
Or, faire alliance avec le régime post-maoïste - et aujourd’hui néo-maoïste - a non seulement permis au quantitative easing américain de se déployer sans freins mais cela a aussi conduit à affaiblir la démocratie en Occident. Que les démocrates américains puissent, encore aujourd’hui, passer leur temps à mettre en cause la légitimité de Donald Trump, a beaucoup à voir avec leur fréquentation assidue du régime chinois ; que l’Union Européenne, Allemagne en tête, puisse développer un mépris tel de la démocratie que le moindre « non » majoritaire à un référendum sur la politique européenne soit immédiatement disqualifié par la bureaucratie bruxelloise et les gouvernements nationaux, est indéniablement le résultat d’une fascination pour le « bolchevisme consultatif » qui caractérise le même régime chinois, que le leader s’appelle Mao, Deng ou Xi.

Tout se tient : en même temps que nous avons rétréci nos marchés intérieurs, la mondialisation poussant le pouvoir d’achat des classes moyennes à la baisse, nous avons aussi réduit nos libertés politiques. Nous voici donc à un tournant. Sommes-nous capables de voir dans les événements de Hong Kong l’incitation à un changement radical de la politique occidentale ? Il s’agit de mettre fin à la parenthèse oligarchique prochinoise (mais que pouvait-on attendre d’autres des soixante-huitards arrivant au pouvoir?) qui a rongé de l’intérieur nos démocraties durant trente ans. Il s’agit de redécouvrir le secret de l’Occident: liberté économique et liberté politique sont inséparables si nous voulons avoir une chance que nos démocraties reviennent à la stabilité et prospèrent. Il est temps de mettre fin à notre fascination pour un régime qui a encore une très longue marche à entreprendre vers la liberté.
**********

**********
(1) : le plus marrant est que j’aime beaucoup les Allemands avec qui je travaille, plus que les Anglais. Mais c’est toujours le problème du passage de la micro à la macro. Ce n’est pas parce je préfère 3 Allemands à 3 Anglais que je préfère 30 millions d’Allemands à 30 millions d’Anglais.

Lénine est encore plus un enculé que Staline.

La thèse qui prévaut aujourd’hui est que le bolchévisme et son fondateur étaient bons et que le stalinisme est une malheureuse dérive.

C’est entièrement faux. Cette thèse idiote est un pur produit de la propagande soviétique. C’est même le sujet du livre Le montage, de Volkoff : un éditeur agent soviétique exige d’une jeune universitaire qu’elle change toutes ses mises en cause de Lénine en attaques contre Staline. Celle-ci refuse car c’est contraire à la vérité. Impressionné par sa droiture, l’éditeur-agent se réfugie chez elle quand il a des ennuis avec son officier-traitant.

En commentaire du billet précédent, L’Allemagne, un cancer au centre de l’Europe, un gentil commentateur m’envoie cet article triplement instructif :

Lenin’s free ride

Instructif sur l’immonde raclure qu’était Lénine, instructif sur le rôle catastrophique de l’Allemagne dans sa prise de pouvoir, instructif sur la capacité d’aveuglement encore actuelle.



mardi, août 13, 2019

L’Allemagne, un cancer au centre de l’Europe

A review of Paul Lever's 'Berlin Rules' and Fritz Fischer's 'Germany's Aims in the First World War'

Je suis content de voir que Peter Hitchens ne tombe pas dans le panneau du mensonge historique martelé.

Pas plus que la France n’est responsable de la rafle du Vel d’Hiv, la première guerre mondiale n’est pas le fruit d’une mécanique infernale diffuse et fatale. Ces mensonges, causes de la première guerre mondiale et rafle du Vel d’Hiv, sont deux gestes de canine soumission des européistes vis-à-vis du maître allemand.

Non, les responsabilités des guerres mondiales ne sont pas vagues et embrumées. L’Allemagne est responsable.

La vérité est que l’Allemagne a voulu la guerre de 14 plus que les autres et a fait ce qu’elle pouvait pour la déclencher. Si vous avez encore un doute, souvenez vous des incidents de Tanger et d’Agadir, qui étaient sans ambiguïté des provocations à la guerre vis-à-vis de la France.

L’Allemagne a été au XXème siècle un cancer au centre de l’Europe. Elle l’est toujours. Deux raisons :

• la première, physique. Selon le mot de Kissinger, l’Allemagne est trop grande pour l’Europe et trop petite pour le monde. Ça reste vrai. La politique constante des rois de France a été d’empêcher l’unification des Allemagnes, grande sagesse. Nous avons renoncé en 1918 à exiger le démembrement de l’Allemagne, erreur funeste, avant-dernière occasion, ratée, de rééquilibrer la carte de l’Europe.

Après 1945, l’Allemagne a été divisée et le monde ne s’en est que mieux porté. Hélas, Mitterrand a favorisé une réunification hâtive.

• la seconde, plus importante, spirituelle. J’hésitais à écrire «  culturelle » ou « morale », mais c’est bien « spirituelle » qui convient. Il y a au fond de l’âme germanique quelque chose qui fait que le génocide et les philosophies psycho-rigides sont les spécialités allemandes comme d’autres ont pour spécialités la liberté et la cuisine immangeable. Le proverbe de nos amis anglais dit beaucoup « l’humour allemand, c’est comme l’humour juif ... l’humour en moins ». Il n’y a que des gens qui se prennent très au sérieux pour croire que leurs idées justifient de génocider des populations entières. Les idées des Allemands ont changé, pas la rigidité qui les rend politiquement inhumains.

D’autant plus que les Allemands ont une nette tendance à perdre les guerres mondiales qu’ils déclenchent. Leur sens stratégique est inversement proportionnel à leur sens tactique. Il y a des peuples qui se battent jusqu’à la victoire, les Allemands se battent jusqu’à la défaite.

Que doit faire la France ?

D’abord, cesser la politique folle, qui ressort, par bien des aspects, plus de la haute trahison que de l’erreur, poursuivie par tous nos présidents depuis Giscard, de soumission à l’Allemagne. Il n’y a pas de modèle allemand, on ne prend pas pour modèle un pays en voie de disparition. C’est un suicide français.

Ça ne nous empêche pas de garder de bonnes relations avec les Länder de l’ouest.

Ensuite, nous rapprocher de la Grande-Bretagne qui porte la culture de la liberté politique. A cause de l’extrême médiocrité de notre classe dirigeante, nous sommes en train de rater la chance offerte par le Brexit.

Enfin, la France n’a pas besoin de tuteur (idée absurde de beaucoup de nos dirigeants depuis le XVIIIème siècle) mais elle peut se faire le champion des petits pays. Non seulement la France n’a pas à choisir entre l’Allemagne, les Etats-Unis, la Russie et la Chine, mais elle doit venir au secours de ceux qui sont menacés par ces mastodontes.

Par exemple, la France n’aurait pas été mal aux côtés de la Grèce lors de la crise  (mais il fallait sauver les banques françaises. Cette considération particulière a prévalu sur l’intérêt national).

Vaste programme ! Mais qui est à la portée de la France pour peu qu’un homme d’Etat sache le lui expliquer. Mais d’hommes d’Etat, nous n’en avons pas plus que d’intelligence dans le gouvernement Macron.

lundi, août 12, 2019

Nous ne bougerons pas.

Côté Système, le discours est à l’impuissance. Côté anti-Système, la révolte hong-kongaise est vue comme pilotée façon Soros. D’accord pour ne rien faire.

Volkoff disait : quand tout le monde est d’accord, il y a probablement une désinformation.


Pauvres Hong-kongais !



Buisson con

Pour des raisons dont je comprends qu’elles tiennent beaucoup à des rancœurs personnelles, Patrick Buisson passe de la stratégie dite d’union des droites à la stratégie d’union populaire droite-gauche.

C’est tout simplement stupide. Même en Italie, cette stratégie est en train d’échouer.

Je ne comprends pas cette attraction suicidaire de certains droitiers pour la gauche (PY Rougeyron, par exemple). A mes yeux, cela prouve un manque de profondeur qui n’est pas seulement politique. Quels principes faut-il avoir pour ne pas être dégoûté par les héritiers de la Terreur et de Staline ? Et ce n’est pas seulement une question d’héritage. Leur doctrine est fausse.

On cite souvent De Gaulle. Mais où voit-on qu’il a passé une alliance électorale avec les communistes ?

Bien sûr, le but est de réunir politiquement ce qui reste du peuple français et la part (petite) la moins pourrie de la bourgeoisie (1). Mais cela n’implique nullement de mélenchoniser : la stratégie Philippot, même rebaptisée Buisson,  se terminera dans une cabine téléphonique.

Il faut parler de la nation, avec les implications sociales qui découlent de la solidarité entre compatriotes. Pas faire des concessions aux idioties marxistes. Autrement dit, il faut une droite de combat chrétienne (rien avec le dégueulasse centrisme démocrate-chrétien).

Je mesure à quel point la raideur de Péguy isole.

***********
(1) : je continue à lire Shirer à propos de la chute de la IIIème république. Ce qu’il dit de la bourgeoisie française des années 20-30 est encore plus péjoratif que ce que j’ai écrit sur ce blog.

samedi, août 10, 2019

Stavisky est re-mort

Jeffrey Epstein (que les journalopes présentent comme un ami de Trump alors qu’il l’était des Clinton -on n’est plus à ça près) s’est « suicidé » dans sa cellule. Nul doute que le combat pour le réanimer n’a du être bien farouche.

La mort de ce faux financier et vrai maître-chanteur pédophile (1) doit arranger beaucoup de monde. Le « ouf  » de soulagement de New-York et de Hollywood s’entend d’ici.

**********
(1) : encore une preuve que notre monde est fou. On fait de la pédophilie un crime atroce mais, en même temps, on promeut sans limite la pornographie et la pédérastie qui sont de vraies incitations à la pédophilie.

vendredi, août 09, 2019

Ingrid soutient ze Donald et flambe les journalopes

Et le lobby des jeux vidéo ?

Les jeunes sont cons (mais ce n'est pas totalement de leur faute : on ne choisit pas ses parents, ni la non-éducation qu'ils vous donnent).

Un article pour dire que les Millenials (les crétins nés dans les années 2000) hyper-maternés sont prêts à la dictature :

Mollycoddled, militaristic millennials are yearning for a new age of enlightened dictatorship

Analyse peu surprenante : des psys ont déjà analysés le nazisme comme la politique des enfants sans père (tués à la guerre, estropiés ou dégradés par le chômage).

Les enfants privés de père se cherche à la fois un père de substitution dans le dictateur et mère de rechange dans l’Etat-mamma parce qu’aucun père ne leur jamais appris à se passer de maman. Le plus marrant et le plus navrant, c’est que les gens qui ont systématiquement (regardez ces publicités où les enfants et la mère complices ridiculisent le père forcément ringard) détruit la figure du père depuis les années 50 voulaient (les plus conscients en tout cas) arriver exactement à ce résultat d’une population malléable.

Remarquez bien qu’il n’y a pas besoin d’être « millenial » : je connais plein de gens autour de moi qui qui ne sont plus dans la prime jeunesse et sont prêts à se soumettre à n’importe quel chef. Pouf, pouf (heil, heil, devrais-je dire). Passons.

Nous avons déjà un avant-goût de dictature jeuniste avec Sainte Greta. Qu'est-ce qu'on va s'emmerder !

Le monde qui rend fou




Julien Rochedy est un branleur parfois irritant mais, sur un point, je suis entièrement d’accord : nous vivons dans un monde qui rend fou.

Fou psychiatriquement, c’est la multiplication des maladies mentales et la consommation ahurissante de psychotropes, légaux ou non.

Fou anthropologiquement, avec des attitudes et des comportements qui sont à l’opposé de la nature humaine.

Vivre dans des villes de verre et de béton, toujours en train de courir, cernés par des millions d’étrangers, sans cesse stimulés par des bruits, des images, des écrans est trop différent de la vie en petites tribus dans des cavernes qui nous a fait.

Or, le plus souvent, l’homme pense comme il vit, c’est-à-dire qu’il adopte des pensées, des valeurs, qui justifient la façon dont il vit. C’est pourquoi vivre follement fait penser follement.

Des évidences aussi basiques qu’aimer sa famille, se méfier des étrangers, tenir à distance les inconnus, défendre les siens sont devenues des fautes, pire, des péchés. La traduction politique de cette folie, c’est le progressisme.

Gustave Le Bon avait bien compris, dès 1905 (Psychologie du socialisme), que le socialisme n’était une opinion politique comme une autre, mais la traduction politique d’une maladie psychologique. Avec le progressisme, nous passons au stade supérieur de folie (1).

Je pense, comme Rochedy, que le seul moyen de lutter contre cette folie, c’est de ne pas vivre follement. C’est cohérent avec mon pronostic des taches de léopard : survivront des ilots de culture occidentale bien à l’écart de la folie des villes.

Vous pouvez me répliquer que c’est un paradoxe : pour décider de ne plus vivre follement, il faudrait déjà ne plus être fou. Mais je pense que notre vie est tellement éloignée de l’humanité que beaucoup de gens sont disponibles pour un retour à une vie plus humaine, je pense que c’est aussi ce que signifie la mode de l’écologie (même si celle-ci est également folle dans son expression).

*************
(1) : il y a une expérience rigolote qui prouve que les progressistes sont malades.

Si vous demandez à un conservateur déclaré de se mettre à la place d'un progressiste et de répondre à une série de questions comme répondrait un progressiste, il réalise un assez bon score en comparaison des vraies réponses des progressistes déclarés.

Si vous tentez l'expérience inverse avec un progressiste, le score est nettement plus mauvais. Le progressiste éprouve beaucoup de difficultés à donner de réponses conservatrices réalistes.

Cette incapacité à se mettre à la place de l'autre signe la socio-pathologie.




Anti-trumpisme : une mise au point


jeudi, août 08, 2019

Grande-Bretagne : le principe monarchique à l'épreuve.

Une monarchie bien conçue doit pouvoir survivre à la stupidité du monarque.

La France a passé l'épreuve pendant des siècles (tous nos rois n'étaient pas des lumières) mais a échoué à partir du XVIIIème siècle.

La Grande-Bretagne approche de cette épreuve : les princes Charles, William et Harry sont de parfaits crétins (consanguinité ?), tous plus cons les uns que les autres, politiquement corrects en diable, ce qui sape le principe de leur légitimité (la monarchie n'est pas politiquement correcte). Ils n'ont même pas la prudence de ne pas avoir d'opinion (même si partager les idées stupides de leur petit milieu de jet-setters n'est pas la preuve d'opinions bien solides).

Dans les années qui viennent, nous allons donc assister à cette ordalie.

Peter Hitchens a pronostiqué que William serait le dernier roi britannique, ce qui laisse encore quelques décennies.


mercredi, août 07, 2019

Le prix de l'instabilité gouvernementale

Beaucoup d'imbéciles mettent nos maux politiques actuels sur le dos du caractère personnel de la Vème république et souhaitent un régime d'assemblée, sans vouloir reconnaître, d'une part, que la constitution gaullienne a été patiemment dénaturée alors qu'elle représentait justement cet équilibre aujourd'hui perdu et appelé de leurs voeux par les amnésiques, et, d'autre part, que le régime d'assemblée a déjà été tenté en France, avec le succès que l'on sait, ou que l'on devrait savoir.

Je suis en train de lire The collapse of the third republic, de William Shirer (qui écrit par ailleurs quelques solides conneries). La tristesse et la stupeur d'un Américain  francophile devant notre instabilité gouvernementale nous rappellent à quel point ce régime était dommageable.

On dit souvent que la stabilité ministérielle (les gouvernements tombaient mais se reformaient, dans un jeu de chaises musicales, avec presque les mêmes ministres. Aristide Briand a été ministre 25 fois !) compensait l'instabilité gouvernementale. C'est vrai, mais très insuffisant. Rien ne remplace des gouvernements durables.

Comme ce régime parlementaire est une lubie de gauche, elle permet au moins de détecter les faux droitiers.

Pourtant, n'enlevons pas tout à la troisième république : si elle a commencé la guerre en 1914 dans des conditions désastreuses, elle a fini par la gagner ... au prix d'un million quatre cent mille morts.





mardi, août 06, 2019

Question

Y a-t-il un rapport entre les événements de Hong-Kong et la guerre commerciale de Trump ? Si oui, lequel ?

Je suis dans le brouillard.

Le problème de l’extrême-centre

MACRON ROI DES GIROUETTES : QU'EST-CE QUE L'EXTRÊME-CENTRE ?


Commençons par une anecdote : après la Restauration, paraît un amusant dictionnaire des girouettes où sont répertoriées les carrières sinueuses des uns et de autres.

Je suis très gêné par Pierre Serna : un communiste en 2019, c’est un imbécile qui n’a rien compris à l’histoire du XXème siècle. Alors, un historien communiste, c’est une faute professionnelle ambulante. L’entretien commence par une belle connerie « l’Etat profond français d’extrême-droite », qui n’existe que dans les fantasmes de dinosaures gauchistes. Puis, on enchaine sur la scie anti-française de l’origine française du fascisme. Le fait de mettre De Gaulle dans les extrêmes centristes me paraît aussi une erreur (d’ailleurs, De Gaulle ne correspond pas aux critères que Serna donne lui-même). Il confirme qu’il est imbécile pur sucre en parlant de « faire barrage à Le Pen », ce qui est un argument pour neuneu lobotomisé à la naissance.

Pourtant, le problème de l’extrême-centre est très actuel :

1) les études d’opinion montrent que les centristes sont les plus anti-démocratiques, ceux qui adhèrent le plus à des propositions comme « le gouvernement doit être laissé aux experts » ou « l’ordre est préférable à la justice ».

2) le référendum sur le Brexit a provoqué un débat annexe intéressant. La démocratie est-elle possible quand la majorité et l’opposition sont d’accord (contre le Brexit) ? La réponse est négative. Pour que la démocratie fonctionne, il faut que le peuple ait toujours une alternative. Autrement dit, que l’opposition s’oppose. Nous avons la même réponse en France : la démocratie française est morte en 2007, quand la majorité et l’opposition sont tombées d’accord pour contredire le vote du peuple en 2005.

3) Macron est, à l’évidence, un archétype d’extrême-centriste.

Les extrêmes-centristes se caractérisent par :

1) une grande aptitude à retourner leur veste et à être toujours du côté du pouvoir.

2) un discours prétendu raisonnable et apaisé, technique et non partisan (d’où par exemple leur obsession de la dette publique, présentée comme un problème technique).

3) une action répressive très dure.

Il y a deux idées que je partage avec Serna :

1) la légitimité est première par rapport à la légalité (en quoi il est d’accord avec Carl Schmitt !). Le légalisme obtus (c’est-à-dire l’application de lois sans légitimité) est gros de violences extrêmes.

2) je suis très inquiet pour les prochaines années s’agissant de politique.


Les hommes, tout est de leur faute

Cet article du Telegraph explique que la cause des tueries de masse aux Etats-Unis, c'est la toxic masculinity, la masculinité toxique :

America has a serious problem with angry white men - but the warning signs being missed

Mais c'est entièrement de la faute des hommes. Aucune ligne, aucun mot, sur le fait que la politique des minorités et le féminisme toxique pourraient détruire la société américaine et rendre les gens, notamment les hommes, fous.

Heureusement, grâce à la science, nous pourrons bientôt nous passer des hommes pour procréer, pour tout le reste aussi, et, délivrés de la violence masculine, nous pourrons enfin vivre dans le Meilleur des Mondes définitivement pacifié. Et définitivement inhumain.

A moins que des hommes venus d'ailleurs remplacent nos hommes dévirilisés sans demander l'avis des féministes.







lundi, août 05, 2019

Dictature Macron : pourquoi cette tolérance ?

La dictature Macron s'établit : les violences policières sont de plus en plus gratuites contre les opposants (1), l'appareil judiciaire est de plus en plus injuste et la presse admirative du pouvoir.

Inutile que je m'étale sur ces questions, c'est évident à qui a des yeux pour voir et ce n'est pas l'objet de ce billet.

Ma question est : pourquoi les Français tolèrent-ils cette dictature (2) ? Au regard de l'histoire de France, cela n'a rien d'évident : il y a eu des dictatures tolérées, d'autres moins.

Cet article tente d'expliquer :

Accepter. Ne pas accepter.

1) la peur. Les Français ont peur de la police et de l'a-justice et ils ont raison.

2) le fatalisme. L'idée qu'on leur inculque depuis des décennies qu'il y aurait un sens de l'histoire, qu'on ne pourrait rien contre et que Macron serait ce sens.

3) Les Français ne meurent pas (encore) de faim.

4) La perte de culture classique.

Sur ce dernier point : les révolutionnaires de 1789 s'enivraient, jusqu'au ridicule, de références classiques.

Aujourd'hui, je suis frappé de la grande pauvreté des références que j'entends : avant 1933 et après 1945, il ne s'est rien passé, rien de rien. Les saboteurs de l'école, les Thénardier de la fabrique du crétin, ont bien oeuvré.

La phrase de Nicolas Gomez Davila « La liberté à laquelle aspire l'homme moderne n'est pas celle de l'homme libre, mais celle de l'esclave un jour de fête » est devenu incompréhensible, faute de culture : combien sont capables de brosser un tableau, même très simple, de la vie d'esclave à Rome, par exemple ?

Et j'ajoute :

5) la désocialisation, du fait de la vie moderne : télévision, vie urbaine, immigration (dans les communautés multi-ethniques, les liens de sociabilité s'affaiblissent), familles éclatées.

6) l'absence de relais dans la classe d'en haut, ce petit plus qui transforme une jacquerie en révolution, ou en vraie réforme morale et politique.

Je suis véritablement frappé, et horrifié, qu'à part Houellebecq et Zemmour, aucune figure publique de premier plan ne parle pour les Gilets Jaunes. La France d'en haut, quelles que soient ses fractures superficielles et le cinéma de ses oppositions factices, communie dans un mépris de classe (3) qui écœure l'honnête homme.

Je suis très inquiet : tout ça se termine soit par un abrutissement généralisé style Meilleur des Mondes, soit par une explosion de révolte d'autant plus violente que tout ce qui aurait pu la guider et la canaliser aura été méthodiquement détruit. Aucune de ses deux issues ne me convient.






*************
(1) : de charmantes videos circulent, les plus intéressantes sont en plans larges, car elles permettent de mieux saisir le contexte. Dans certaines, on peut excuser les policiers. Dans d'autres, s'expriment clairement le sadisme et la brutalité de gens qui jouissent de l'impunité. Maintenant, on nous raconte, comme une excuse, que les policiers sont fatigués. Les pôv' choux ! Piètre excuse : moi, quand je suis fatigué, je ne tape pas à tort et à travers. Mais qui a refusé toute issue politique au malaise français, si ce n'est le gouvernement ?

(2) : si beaucoup désapprouvent, les opposants agissants sont très peu nombreux.

(3) : il faut avoir entendu une fois Valérie Pécresse, présidente de la région la plus riche de France, ironiser sur les Gilets Juanes pour comprendre la méchanceté de la bêtise à front de taureau, quand elle a peur.

samedi, août 03, 2019

Les zombies

Une heure à la terrasse d'un café à regarder les passants, c'est à vous dégouter : les Français sont moches.

Deux tiers d'obèses, un tiers d'anorexiques, le reste de normal. Et habillés faut voir comme. C'est le règne du bermuda, de la tong et du t-shirt sac à patates flashy. Le triomphe de la double bedaine et du triple menton. Sans parler des vieilles avec les chevaux bleus, verts, violets. Tatouées, de surcroit. Rien de plus horrible , avec la peau fripée, qu'un tatouage sur une vieille (que le tatouage, cet attribut des marins, des bagnards et des marginaux, soit devenu à la mode dit assez à quel point notre époque est paumée).

Et tout ça tire la gueule et bavasse au téléphone. Concours de mauvais goût permanent.

En plus, ça sent le vieux, le rassis, le bougon. Quasiment aucune jeune frimousse souriante.

Argh ! Un vrai musée des horreurs.

Avant, même dans la vie quotidienne, on avait une autre allure :



Source Columba

Je continue à lire Pierre Péan.

Il parle de Source Columba, une opération de largage de pigeons voyageurs sur la France occupée, dans l'espoir d'un retour d'informations.

C'est pas con, ça a des inconvénients, mais ça ne coûte pas grand'chose.

Le pigeon peut être intercepté en tant que pigeon parmi des milliers de ses congénères, pas en tant qu'espion, les probabilités d'interception sont donc très faibles. Ce moyen est, de plus, relativement rapide : un pigeon parti de France rejoint l'Angleterre en deux jours maximum, la plupart du temps, quelques heures.

Et c'est très simple d'utilisation.

Certes, on ne peut pas communiquer beaucoup de volume (essayer donc d'accrocher un rapport de la cour des comptes aux pattes d'un pigeon, vous verrez, il vole beaucoup moins bien). Egalement, on n'est jamais sûr de l'identité de l'expéditeur.

Les Allemands ont essayé de contrer la chose en parachutant de faux pigeons anglais, accompagnés de vraies cigarettes anglaises. Dans ce cas, il fallait fumer les cigarettes et manger les pigeons (attention à ne pas faire l'inverse).

L'un dans l'autre, cette opération fut un succès.

J'aime bien cette idée anglaise de donner des médailles aux animaux, la médaille Dickin. On en a même fait un film :

David Engels : « Le déclin de l’Occident n’est pas un accident de parcours »

David Engels : « Le déclin de l’Occident n’est pas un accident de parcours »

**************
La situation est grave : ce n’est pas seulement un modèle politique, économique ou social qui est graduellement en train de disparaître, mais l’entièreté de ce qui fut, pendant mille ans, « l’Occident ».

Cette évolution est tout sauf un fait divers dont il suffirait de prendre bonne note avant de continuer comme si de rien n’était : le déclin massif de l’Europe en tant que civilisation est une véritable tragédie historique qui nous concerne tous, non seulement en tant que collectif, mais aussi en tant qu’individus.

Personnellement, je souffre énormément de la fin annoncée de la civilisation occidentale que j’aime de tout mon coeur, et je sais que je suis loin d’être le seul dans ce cas, bien que beaucoup de contemporains ne se rendent pas encore tout à fait compte de la nature gravissime de cette évolution ou n’osent pas en tirer les conséquences qui s’imposent.

[…]

J’ai tenté de montrer à quel point la crise actuelle de l’Europe rappelait celle de la République romaine du premier siècle, quand, atteinte par une crise politique, économique, démographique, ethnique et sociale sans précédent, elle fut déchirée par des émeutes endémiques se muant en véritables guerres civiles avant de basculer vers un État autoritaire stabilisant, certes, la crise, mais au prix d’une réduction drastique de la liberté politique et d’une certaine stagnation culturelle. Je suis convaincu que cette évolution nous attend également durant les deux prochaines décennies et ne peux qu’appeler mes lecteurs à se préparer à ces événements.

[…]

Taire volontairement la réalité des processus culturels qui se déroulent actuellement - que ce soit l’immigration de masse, le vieillissement de la population, l’islamisation, l’intelligence artificielle, la dissolution des États Nations, l’auto-destruction du système scolaire et universitaire, l’immense retard de l’Europe sur la Chine, la transformation de la démocratie en technocratie - revient, à mon avis, à un acte de haute trahison avec des conséquences durables.

Car quand la vérité - c’est-à-dire la nature de plus en plus irréversible du processus - éclatera au grand jour, même les derniers restes de confiance en notre système politique se trouveront fracassés, tout comme la solidarité sociale entre les différents groupes sociaux et culturels qui composent notre société.

[…]

Je m’étonne toujours du double langage de nombreux écologistes : alors que, sur le plan écologiste, ils préfèrent défendre un « conservatisme » de plus en plus radical, sur le plan culturel, ils défendent un constructivisme extrême : on dirait que, pour beaucoup d’entre eux, la disparition d’une espèce de grenouille est plus importante que celle de la civilisation européenne… C’est aussi pour sensibiliser l’opinion publique sur la richesse de notre culture et le risque de la voir diluée ou disparaître définitivement que j’ai écrit ce livre.

[…]

Ce délitement vient surtout de l’intérieur, non de l’extérieur. La destruction de la famille traditionnelle, le relativisme culturel, le masochisme historique, la pensée politiquement correcte, la tendance à censurer tout avis déplaisant, le remplacement de communautés homogènes et donc solidaires par une juxtaposition de groupements cherchant uniquement leur propre profit, la polarisation sociale, le cynisme avec lequel toute notion de vérité absolue est remplacée par des « compromis » négociés - voilà les véritables raisons du délitement de l’Europe. Les événements politiques que nous voyons aujourd’hui - la transformation de l’Union européenne en défenseur principal de ce que je viens d’énumérer ainsi que la volonté non seulement des Britanniques, mais aussi des « populistes » partout en Europe, de sacrifier l’unité européenne afin de protéger, au moins, leur propre identité - n’en sont que les conséquences déplorables. Car la véritable réponse vient d’ailleurs: l’Occident ne pourra stabiliser son déclin actuel que s’il renoue à la fois avec ses racines et reste solidaire et uni. Malheureusement, ce message ne sera entendu que quand il sera trop tard.

[…]

L’éclatement de la grande crise que nous attendons tous pourra peut-être, être encore repoussé, à grands frais, de quelques mois ou années [c'est le sens du vote imbécile pour Macron : « Encore un instant, M. le bourreau »].

Mais une fois que les caisses seront vides et que la sécurité sociale s’écroulera, nous verrons que les « gilets jaunes » n’auront été que le prélude à des conflits nettement plus violents. L’Europe qui en émergera n’aura plus grand-chose à faire avec celle dont nous connaissons actuellement les derniers soubresauts. Si nous voulons commencer à conserver du moins quelques restes de ce qui nous tient à coeur de cette civilisation déclinante, le moment, c’est maintenant …

[…]

Désormais, le temps où nous pouvions compter sur la stabilité à la fois de notre système politique et culturel est révolu ; si nous voulons protéger notre héritage, la lutte doit désormais être double : d’un côté, nous devons transformer chaque individu, chaque famille, chaque groupe d’amis en une petite forteresse aux valeurs et identités soudées ; d’un autre côté, nous devons développer une nouvelle idéologie politique alliant conservatisme culturel et lutte pour une Europe unie (non nécessairement identique à l’Union européenne).
**************

Le fond du problème est religieux : une civilisation qui perd sa religion, perd son âme, perd le principe supérieur qui l'unissait et elle se décompose.

Ce n'est pas un hasard, à mes yeux, si la république romaine est entrée en agonie à l'époque où Cicéron raconte que c'était une blague commune de se moquer des augures.

C'est pourquoi, aux gens qui se lamentent sur l'état de la France ou de l'occident, je dis : « Très bien, j'ai une solution simple, pas trop exigeante et très efficace : allez à la messe tous les dimanches ».

A ce moment là, on me prend pour un farfelu et on me répond  : « Je peux pas, j'ai piscine ». D'autre bottent en touche du genre « J'aimerais bien mais j'y crois pas » : hé, Ducon, le pari pascalien, ça te dit quelque chose ? T'es juste une grosse feignasse. Ca prouve que ces gens ne sont pas très sérieux dans leurs lamentations.

Pourtant, si les 70 % de Français qui se déclarent mécontents de l'état de la France allaient à la messe tous les dimanches, soyez bien sûrs que le paysage politique changerait du tout au tout (quelles que soient les défaillances de l'Eglise et les opinions débiles des évêques et du pape François Zéro).

Mais bon, pour des gens qui geignent mais ne meurent pas (pas encore) de faim, consacrer deux heures le dimanche à aller à la messe, c'est déjà trop demander. Ils préfèrent continuer à se lamenter bien au chaud plutôt que de faire une seule action concrète. Ils ne sont pas sérieux dans leur inquiétude. Quand ils le seront, il sera trop tard.

Trop tard, quand ça sera généralisé :

vendredi, août 02, 2019

Il n'y avait pas que des salauds

Pierre Péan raconte.

Début 1942, Mgr Grente, évêque du Mans, académicien, fervent maréchaliste, reçoit un de ses anciens élèves juifs. Celui-ci lui explique qu'il a besoin pour ses coreligionnaires de faux papiers, de planques, de passeurs ...

Mgr Grente convoque son vicaire : « Tout ce que ce monsieur vous demandera, vous le ferez ».

Les conséquences

L’historien Jacques Bainville avait coutume d’écrire dans les années 20-30, quand il voyait une décision particulièrement absurde : « Vous aurez les conséquences ».

Nous, les conséquences des décisions absurdes depuis les années 60, nous les avons.















































jeudi, août 01, 2019

Y a-t-il une affaire Steve Caniço ?

Le problème juridique semble assez simple :

QUI A TUÉ STEVE CANICO ? QUI EST RESPONSABLE ET POURQUOI EST-IL MORT ?

Sauf déni de justice toujours possible (l'appareil judiciaire français sous Jupiter-Narcisse 1er n'est pas éblouissant d'impartialité), nous voilà partis pour une inculpation d'homicide involontaire.

La question est de savoir jusqu'où la responsabilité va remonter. Autrement dit, est-ce une affaire politique ?

Dans une démocratie, la question ne se poserait pas, ça serait déjà une affaire politique, à cause du contexte de répression excessive et partiale depuis plusieurs années, voire plusieurs décennies (on laisse faire les racailles, on réprime les blancs, sauf les blocs noirs).

Dans une dictature, la question se poserait pas non plus : ça serait un simple fait divers.

Nous verrons bien. Je pense que nous allons tomber du coté dictature avec vernis démocratique.

Les lampistes vont payer, Castaner va peut-être démissionner mais le fond de la politique ne changera pas : répression des opposants politiques et laxisme avec les racailles gauchistes ou de banlieue.

Addendum :

Si la mort de Steve Caniço devient une affaire d'Etat (ce n'est pas gagné), ça ne sera pas à cause de ce seul accident, mais parce qu'il traduit une politique de maintien de l'ordre qui a fait le choix de la violence.

Je ne suis pas spécialiste, mais ce que je lis, c'est que la police française, qui était réputée dans ce domaine (pas de mort en mai 68), a changé de doctrine après les manifestations contre le CPE et est devenue volontairement plus violente (contre les blancs, évidemment. Pas contre les racailles de banlieues ni contre les blocs noirs).

Violence policière volontaire qui a pris un tour politique et anti-démocratique avec les Gilets Jaunes.

Ce qui recoupe, comme je vous le disais, le fait que nous sommes gouvernés par des des gros bourrins, autistes et abrutis, qui se prennent pour des intelligents (prototype : E. Philippe).

Ils ont la politique de maintien de l'ordre adaptée à leurs moyens intellectuels limités.

Addendum 2 :

On s'aperçoit, une fois de plus, qu'en France, la police et la justice sont au service, ni du pays ni de la population, ni de l'ordre ni de la loi, mais du pouvoir. Et quand ce pouvoir est illégitime et injuste ...

Si les policiers et les magistrats n'étaient pas d'accord avec cette instrumentalisation, ils ont des syndicats ... qui sont fort silencieux sur toutes les dérives, quand ils ne sont pas de francs soutiens du pouvoir macronien.

******************
Ordre, liberté, justice sont liés.

Je suis souvent tenté de faire mienne la déclaration de Goethe : « Mieux vaut un injustice qu’un désordre ».

J’attache une grande importance à l’ordre.

Mais lisant The collapse of the third republic, du journaliste William L. Shirer, je m’aperçois, une fois de plus, à la lueur de l’affaire Dreyfus dans les yeux d’un Américain, qu’une injustice est un désordre, qu’une injustice blesse l’ordre du monde.

Je suis plus choqué par les violences policières contre les Gilets jaunes que contre les racailles de banlieue (même en mettant de côté qu’elles sont plus grandes contre les GJ) parce que je vis l’immigration massive comme un désordre profond alors que la protestation politique de bons Français m’apparaît légitime.

Mais cela n'enlève rien au fait qu'une injustice est un désordre.