dimanche, octobre 19, 2014

Le mariage de Figaro

A la sortie du film de Molinaro Beaumarchais l'insolent, un couillon de journaliste a osé dire à un Luchini interloqué que Beaumarchais était en quelque sorte le Bernard Tapie de son temps.

Luchini a répondu avec simplicité qu'il ne savait pas que Bernard Tapie avait écrit deux pièces immortelles.

Autant je n'aime pas les pièces de Marivaux,  autant il m'est difficile de comprendre comment on peut ne pas aimer Beaumarchais.

Figaro est attachant en diable. Et il a dans ces pièces une gaieté à laquelle il est difficile de résister. Mais ce n'est plus la gaieté lourde de la comédie italienne, c'est plus fin.

Le monologue de Figaro n'est pas le passage le plus gai, mais le plus connu :




vendredi, octobre 17, 2014

Pourquoi j'achèterai le bouquin de Zemmour d'occasion

Je pense que le bouquin de Zemmour ne vaut pas qu'on l'achète neuf. J'attends une bonne occasion.

Je pense qu'il s'agit de la merde étatiste qu'il nous sort habituellement, la loi de 73, l'ardente obligation du Plan, Bonaparte au pont d'Arcole et De Gaulle à Baden-Baden ...

Dès qu'il aborde les sujets économiques, Zemmour est tout ridicule, grotesque, il raconte des énormités qui passent comme des lettres à la poste parce que ses prétendus opposants sont, sur ce sujet, aussi ignares et socialistes que lui.

Nous ne sommes pas près d'avoir dans les medias un vrai libéral-conservateur.

Sur Zemmour, je ne peux que recopier ce que j'écrivais déjà en 2010 :

Zemmour fait partie du système (sinon, il ne passerait pas chez Ruquier), il en est la borne, le «nec plus ultra» : ce que le système tolère à peine mais tolère tout de même.

Et en 2012 :

Nota : des fans d'Eric Zemmour le voient comme le nec plus ultra de l'opposition au socialisme. Pourtant, il approuve le soviétisme montebourgeois. Comme je l'ai écrit plusieurs fois, Zemmour est le gardien du système social-clientéliste. Il le rend tolérable en le critiquant juste ce qu'il faut pour faire croire aux gogos à un semblant de démocratie mais ne le remet pas véritablement en cause.

Les chantres du mythe de l'«économie dirigée» des Trente Glorieuses oublient juste le contexte de rattrapage d'après-guerre, qui fait que n'importe quelle politique ou presque aurait fonctionné (plus ou moins). Ils oublient aussi que cette économie, toute «dirigée» qu'elle fut, était moins étatisée qu'aujourd'hui (ratio dépenses publiques / PIB).



Juppé, le Pétain de 2017

Je regrette de ne pas avoir fait moi-même cette analogie, de Serge Federbusch :

***************
J’y ajouterai une observation qui va peut-être choquer. L’étrange et inopinée réapparition d’Alain Juppé sur le devant de la scène, dans une France menacée des foudres germaniques, a quelque chose du recours paniqué à un vieux bouclier. Son succès doit le surprendre lui même. Il n’a désormais qu’à se laisser porter : les journalistes ont choisi leur champion pour 2017, leur rejet de Sarkozy aidant. Il ne faut pas douter que les sondages vont désormais installer le maire de Bordeaux comme futur et incontournable président de la République.

Le glaive et le bouclier

Juppé nous fera passer sous les Fourches Caudines allemandes (un non-sens géographique et historique qu’excuseront les puristes) avec un minimum de douleur : tel est le fol espoir qui s’empare en ce moment même des consciences françaises, notamment celles de ses prétendues élites. C’est la synarchie de 1940 dans l’énarchie de 2017, le triomphe paradoxal des inspecteurs des finances pro-européens, ceux là même qui nous ont mis dans la mouise actuelle. Ironie du sort, c’est à Bordeaux, comme en 1940, que va se jouer une scène de cette tragi-comédie. Naturellement, ignorer en 2014 que la liberté nécessite certes des sacrifices et du courage mais aussi de tenir tête à ceux qui veulent nous dicter leur loi est aussi illusoire qu’en 1939. Les intérêts de l’Allemagne ne sont pas les nôtres, ce qu’une monnaie commune ne masque plus guère. La France s’en tirera en faisant le ménage chez elle mais pas en le faisant pour les autres.
***************

Cette analogie est d'autant plus frappante qu'en 1940 les socialistes, la bourgeoisie et le système avaient couru se réfugier dans les bras de Pétain exactement comme ils le font aujourd'hui avec Juppé.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'«art» contemporain


Laurence Rossignol remise à sa place (de minable pique-assiette)

Allocations familiales : plus on cotise, moins on a de droits !

mardi, octobre 14, 2014

Charles Gave : puissiez vous vivre des temps intéressants

Charles Gave est toujours aussi intéressant. Le jésuite raconte n'importe quoi (c'est un gauchiste genre Olivier Berruyer).





Pourquoi y a-t-il du chômage en France ?

Il n'y a pas besoin d'être prix Nobel pour comprendre les causes du chômage en France.

Comme disait Jean-François Revel, il faut être très intelligent et très diplômé pour NE PAS comprendre les causes du chômage en France. Comme je ne suis ni l'un ni l'autre, je vais vous expliquer pourquoi le chômage est très élevé en France et, entre parenthèses, pourquoi on ne fera rien contre :

1) la formation initiale est nulle. Le système est perdu dans ses lubies idéologiques et les profs, ces demi-intellectuels, méprisent le travail manuel et l'apprentissage (on ne fera rien, à gauche, par clientélisme, à droite, par lâcheté).

2) la formation continue est nulle car son principal objet est de financer les syndicats et autres officines louches (qui osera s'attaquer à la manne des syndicats ?).

3) les barrières au licenciement (CDI, code du travail, prud'hommes) créent des barrières à l'embauche, phénomène bien connu (se mettre à dos les salariés abrités n'enthousiasme aucun politicien).

4) le coût du travail, salaire super-brut, est trop élevé car l'appareil social français est très inefficace (vous imaginez un programme proposant une privatisation des assurances sociales ?).

5) les entreprises ne font pas assez de marges pour investir et embaucher (allons, quel politicien fonctionnaire-énarque s'attaquera à la gabegie publique qui plombe l'économie française et l'écrase sous les impôts ?).

6) il y a de nombreuses situations où il est plus avantageux de rester au chômage que de chercher un travail (s'opposer à la vulgate médiatico-gauchiste qui prétend que contrôler les chômeurs est anti-sociale ? Vous n'y pensez pas. On achète la paix sociale au prix d'un chômage de masse et de la dégradation par l'assistanat).

lundi, octobre 13, 2014

Romeo and Juliet



Même si c'est une des pièces les plus célèbres de Shakespeare, ce n'est pas la meilleure, de très loin.

L'intrigue est tirée par les cheveux et le caractère de Juliette a quelques incohérences. Ses cris hystériques à la mort de son cousin Tybalt, brute sanguinaire, contrastent avec la force d'âme qu'elle montre par ailleurs.

Mais, il y a quelques passages extraordinaires : le jour où je serai capable de quémander un baiser comme Romeo, il ne me restera plus qu'à mourir.

La version de Zeffirelli est une merveille de grâce (il suffit de comparer avec le Romeo+Juliet avec Dicaprio).

A noter que cette adaptation est un des rares cas où Romeo et Juliette est joué avec des acteurs proches du rôle en âge (Juliette est censée avoir 14 ans à peine, Olivia Hussey en avait 16).

"What is a youth ?" entrelacé avec le "dit du pélerin" n'est pas dans Shakespeare :

What is a youth? Impetuous fire.
What is a maid? Ice and desire.
The world wags on.

A rose will bloom
It then will fade
So does a youth.
So do-o-o-oes the fairest maid.

Comes a time when one sweet smile
Has its season for a while...Then love's in love with me.
Some they think only to marry, Others will tease and tarry,
Mine is the very best parry. Cupid he rules us all.
Caper the cape, but sing me the song,
Death will come soon to hush us along.
Sweeter than honey and bitter as gall.
Love is a task and it never will pall.
Sweeter than honey...and bitter as gall
Cupid he rules us all

Le dit du pélerin :

ROMEO
[To JULIET] If I profane with my unworthiest hand
This holy shrine, the gentle sin is this:
My lips, two blushing pilgrims, ready stand
To smooth that rough touch with a tender kiss.

JULIET
Good pilgrim, you do wrong your hand too much,
Which mannerly devotion shows in this;
For saints have hands that pilgrims' hands do touch,
And palm to palm is holy palmers' kiss.

ROMEO
Have not saints lips, and holy palmers too?

JULIET
Ay, pilgrim, lips that they must use in prayer.

ROMEO
O, then, dear saint, let lips do what hands do;
They pray, grant thou, lest faith turn to despair.

JULIET
Saints do not move, though grant for prayers' sake.

ROMEO
Then move not, while my prayer's effect I take.
Thus from my lips, by yours, my sin is purged.

JULIET
Then have my lips the sin that they have took.

ROMEO
Sin from thy lips? O trespass sweetly urged!
Give me my sin again.

JULIET
You kiss by the book.

Much ado about nothing

J'aime bien cette comédie, malgré ses imperfections.

Elle est joyeuse et légère. Le méchant destin se venge bien légèrement, pas de drame. Benedick et Beatrice ne sont pas mièvres, Claudio est un imbécile, mais Hero vaut mieux.

Dans sa version, Kenneth Branagh a tenu à ce que le prince soit noir (alors qu'un Othello noir ne l'est pas), ce qui est ridicule, mais Denzel Washington a de la prestance.


samedi, octobre 11, 2014

Zemmour contre Attali




Ca a une autre classe que Léa Salamé, mais c'est encore pire de mauvaise foi.

vendredi, octobre 10, 2014

Zemmour contre Duhamel


Éric Zemmour et Alain Duhamel ont confronté... par rtl-fr

Il ne vous aura pas échappé que Duhamel raconte d'énormes conneries sur l'immigration.

Je suis évidemment tout à fait d'accord avec Zemmour sur le fait que le regroupement familial (chiraquien) est une catastrophe absolue.

La France, future dominatrice de l'Europe ?

L'article en lien (en anglais) soutient la thèse suivante : le mercantilisme allemand est une réussite à court terme et une catastrophe à long terme, entretenant le sous-investissement et le suicide démographique, tandis que la France, qui ne fait pas ces erreurs, se prépare à dominer l'Europe.

Sur la première partie de la proposition, aucun doute. On sait depuis Colbert que le mercantilisme est une mauvaise idée. Les Allemands sont fidèles à eux-mêmes : excellents en tactique, nuls en stratégie ; excellents en industrie, nuls en économie.

Par contre, la deuxième partie de la proposition est idiote. Du fait que l'Allemagne a tort et que la France fait le contraire de l'Allemagne, il ne découle pas la France a raison. La situation n'est pas binaire.

Les déficits publics français ne financent pas des investissements judicieux mais des gabegies clientélistes. Et la natalité n'est pas le fait de populations indigènes très bien formées mais d'immigrés sous-développés, peu intégrés et abrutis par notre système éducatif déficient.

S'il suffisait de bonnes statistiques de natalité pour assurer la prospérité, l'Afrique serait le continent le plus prospère.

La double inconstance

J'apprécie peu Marivaux.

Après avoir écrit du mal de Dom Juan, voilà que je renâcle au marivaudage. Vous allez me reprocher des pruderies de vieille bigote. Vous n'aurez pas tout à fait tort.

Je ne supporte pas le féminisme militant tel qu'il se pratique en 2014 : c'est une occupation de pauvres connes bourgeoises, oisives et narcissiques. Certaines pourraient même me traiter de «macho» (insulte qui, au demeurant, comme «raciste», ne signifie plus rien, c'est juste une étiquette infamante parmi d'autres).

Cependant, je suis féministe à la Montaigne : bien  que considérant les femmes comme différentes et la notion d'égalité entre hommes et femmes comme idiote, elles sont des compagnes dont il n'y a aucune raison de penser qu'elles déméritent.

Quelqu'un, croyant me taquiner, m'a traité de «fleur bleue». Je l'admets assez volontiers.

J'aime la lecture de Mme de Lafayette : la précision et la légèreté de la langue (pas d'adverbes, peu d'adjectifs) vont de pair avec la finesse des sentiments.

Il me semble remarquer chez les jeunes du désarroi devant la finesse des sentiments : la culture populaire, celle des veillées, et la culture livresque, à laquelle ont renoncé depuis déjà notre système éducatif et notre bourgeoisie, sont remplacées par la culture télévisuelle, fort éloignée d'en avoir la qualité.

Natacha Polony le déplorait naguère, il est plus difficile pour les jeunes de se mouvoir à leur aise dans un monde des sentiments qui se résume pour eux à «je kiffe», «je kiffe pas». Nous sommes très loin de la carte de Tendre, pourtant bien utile. Les jeunes n'ayant rien appris, ils ne connaissent pas Hélène, Desdémone, Célimène, Chimène, Juliette, Isolde, Blanchefleur, pourquoi pas Lady Macbeth, Bérénice ... Autant de références, de points d'appui, qui leur manquent cruellement.

Mme de Lafayette est une ennemie déclarée de l'amour : cette passion menace l'idéal de calme et de sérénité qui est le sien. Pourtant, elle en écrit avec talent. Je ne partage pas son opinion. Il me semble d'ailleurs que c'est pour elle plus qu'une opinion : marié à un homme pour qui elle avait plus d'estime que d'amour, elle a aimé platoniquement La Rochefoucauld. Elle s'est tenu à distance respectable du sentiment amoureux. Je reviens à Marivaux après ce détour.

Le cynisme amoureux qui fait le fond de La double inconstance me déplaît souverainement. Je ne prétends pas qu'il est infondé. Juste que cela me fait tourner la tête ailleurs.

dimanche, octobre 05, 2014

Dom Juan ou le festin de pierre

J'éprouve une profonde antipathie pour le personnage de Dom Juan.

Est-ce le sentiment que cherchait à provoquer Molière ?

Certains critiques ont prétendu que l'antipathie de Molière était superficielle et pour sauver les apparences face aux convenances. Mais, qu'en réalité, il approuvait son personnage.

Je n'accroche guère à cet argument.

Molière construit des types plutôt que des personnages de chair et d'os. Taine voyait dans ce goût de l'abstraction de l'âge classique une des causes de la révolution française.

Néanmoins, Molière sait attacher le spectateur à ses personnages quand il le veut par quelques touches d'humanité.

Or, Dom Juan est froid comme un colin mazouté,  c'est un affreux raisonneur. Il est barbant au possible.

Le principal reproche que je fais aux athées est de manquer de sens poétique (ce qui ne signifie pas que tous les croyants sont poètes). Il me semble que nous sommes en plein dans le Dom Juan de Molière. C'est pourquoi je pense qu'il n'est pas justifié de chercher une affection cachée de l'auteur.


De plus, motif supplémentaire d'antipathie, je trouve que le comportement de Dom Juan avec les femmes est très pauvre.


Léa Salamé en-dessous de tout ...

Si j'ai bien compris, Léa Salamé a sombré dans le psychologisme à deux balles. Il faut l'excuser, c'est une journaliste : si ces gens étaient intelligents, nous nous en serions aperçus, comme aurait pu dire De Gaulle, s'ils étaient intelligents, ils ne seraient pas journalistes.

Paraît-il qu'Eric Zemmour a affirmé quelque chose comme «Pétain a sauvé des juifs». Je ne suis pas vraiment d'accord, mais ce sujet est complexe et mérite un discussion posée. La voir traiter dans une émission qui ressemble à une bagarre d'ivrognes dans un bordel mexicain témoigne assez de la «saltimbanquisation» de toute chose.

Addendum :

La video :



"ONPC" : vive passe d'armes entre Léa Salamé et... par puremedias

Ce ton comminatoire de Léa Salamé est insupportable. La modestie, l'amabilité, la politesse, l'écoute, le respect, jamais entendu parler ? C'est vraiment une pétasse (c'est quoi le masculin de pétasse ? Un Aymeric Caron ?).

Le propos de Zemmour est plus complexe que je ne croyais en lisant les premiers compte-rendus.

Pétain n'a pas «sauvé des juifs», le propos est trop caricatural, mais il y avait bien une volonté de certaines autorités de Vichy de protéger de préférence les juifs français.

Quant à la phrase de Zemmour «sans préférence nationale, il n'y a pas de nation», c'est un pur truisme. Régis Debray ne dit pas autre chose en écrivant que, sans frontière, il n'y a plus de dedans et de dehors et donc plus d'être. Il faut être complètement azimuthé comme peuvent l'être certains saltimbanques pour trouver à y redire.

Addendum 2 :

Un article un peu argumenté :

On n'est pas couché : le clash Salamé‐Zemmour sur Vichy vu de Belgique

Je persiste à penser qu'Eric Zemmour a tort de se rendre dans ce genre d'émissions.

Les Ruquier, Salamé, Caron ne recherchent pas de bonne foi la vérité mais le «clash»,  le «buzz», le «dérapage», tout ce pauvre vocabulaire des minables de la télé parlant de leurs minables effets.

Européisme, la catastrophe finale avant Noël ?

Article très intéressant d'Eric Verhaeghe à propos des très lourds et très noirs nuages qui s'accumulent ce mois-ci au dessus du fragile chateau de cartes de la construction européiste :

L’Europe de Juncker et Draghi à la veille d’un cataclysme ?

Remarquons que le scénario décrit correspond au schéma général anticipé par tous les anti-européistes conséquents : la construction européiste repose sur un mensonge majeur, la négation de l'existence des peuples européens divers et l'affirmation de l'existence d'un peuple européen unique.

Ce mensonge majeur est décliné en un chateau de cartes de mensonges subsidiaires. Par exemple, l'Etat français peut décider n'importe quoi, il ne fera jamais banqueroute, l'Allemagne viendra toujours à son secours. Ou encore, Mario Draghi sauvera toujours les Etats faillis whatever it takes, etc.

C'est une perspective très soviétique (les parallèles entre l'UE et l'URSS ne sont plus à faire) : l'URSS aussi reposait sur un édifice de mensonges qui paraissait indestructible. Mais il suffit de retirer une carte au bon moment pour que le chateau s'écroule.

Pour ma part, je ne crois pas en un effondrement pour l'instant, mais juste à un sérieux coup de semonce. En effet, les européistes ont prouvé leur capacité à tordre les règles et la perception de la réalité. Mais, de coup de semonce en coup de semonce, l'effondrement viendra.

A propos de l'accident de Jules Bianchi

Le Français Jules Bianchi vient d'avoir un accident visiblement très grave en F1, au Japon. J'espère qu'il s'en sortira.

Cependant, je ne peux m'empêcher de penser à un commentaire de Jackie Stewart, grand champion de la sécurité en F1, à propos de la commémoration du décès d'Ayrton Senna il y a quelques mois :

«Cela fait vingt ans qu'il n'y a pas eu de mort en F1. Quand on participait à trois enterrements d'amis par saison, on ne pouvait pas oublier le risque mortel. Aujourd'hui, les plus jeunes pilotes de F1 n'étaient pas nés quand Senna est mort. La conscience du risque recule. La vigilance se relâche. Les acteurs deviennent plus insouciants, moins rigoureux. Ma crainte augmente».

Je souhaite à Jules Bianchi que ces propos ne passent pas bientôt pour prémonitoires.

Dans les années 60, les pilotes de F1 avaient un taux mortalité proche de celui des pilotes des premiers avions à réaction. L'amélioration a été spectaculaire (je pense que la raison fondamentale, c'est la télé et le sponsoring à grande échelle : quand on paye des millions pour avoir son nom sur une bagnole, ça fait tache de voir le pilote griller comme une saucisse dans la dite bagnole en direct à la télé).

C'est le cercle vicieux de toutes les organisations à forte contrainte sécuritaire : plus elles sont efficaces, moins il y a d'accidents. Moins il y a d'accidents, plus la vigilance se relâche. Et plus les risques d'accidents augmentent.

L'aviation a trouvé des techniques : la toute-puissance (théorique) des organismes de sécurité et l'institutionnalisation de l'analyse des presque-accidents. Ca n'évite pas tout, mais ça aide.

Je doute qu'en F1, on en soit là. On remarquera que la chirurgie s'inspire de plus en plus des techniques aéronautiques (check-lists, contrôles croisés, débriefings, etc.).

L'article de Jackie Stewart sur Senna

Impayés, racket, CDD abusifs : la France, État voyou

Impayés, racket, CDD abusifs : la France, État voyou

Je dédis ce billet à tous les imbéciles, les Zemmour, Polony, Le Pen et compagnie qui pensent que le «retour de l'Etat» (comme s'il était jamais parti) est LA solution.

samedi, octobre 04, 2014

Coupure entre la classe dirigeante et le peuple : l'Eglise aussi

Les évêques face à la Manif pour tous du 5 octobre

La coupure entre la classe dirigeante et le peuple est si répandue dans toutes les institutions, par delà leur diversité, que c'en est une énigme.

Il faut dire aussi que l'épiscopat français, à part deux ou trois exceptions, n'éblouit pas par ses qualités intellectuelles, c'est le moins qu'on puisse dire. La plupart des déclarations d'évêques hésitent entre la bouillie pour chat et le filet d'eau tiède. Bossuet réveille toi !

Il est bien loin le temps des Thomas Beckett, lui qui préférait choquer le roi au prix de sa vie plutôt que de rien concéder sur l'essentiel.

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.

Et c'est bien ce qui se passe : qui se préoccupe aujourd'hui des avis insipides des mornes évêques français ?

Le mythe de l'islam tolérant


Article de 2009.

Jean-François Revel : le mythe de l'islam tolérant

Glané sur drzz.info : Un extrait de "L'obsession antiaméricaine", Plon, 2002, par Jean-François Revel, de l'Académie française.
Trinity_evil


Ce qui dicte la vision du monde des musulmans
, c’est que l’humanité entière doit respecter les impératifs de leur religion, alors qu’ils ne doivent eux-mêmes aucun respect aux religions des autres, puisqu’ils deviendraient alors des renégats méritant l’exécution immédiate. La “tolérance” musulmane est à sens unique. Elle est celle que les musulmans exigent pour eux seuls et qu’ils ne déploient jamais envers les autres. Soucieux de se montrer tolérant, le pape a autorisé, encouragé même, l’édification d’une mosquée à Rome, ville où est enterré Saint Pierre. Mais il ne saurait être question de contruire une église à La Mecque, ni nulle part en Arabie Saoudite, sous peine de profaner la terre de Mahomet. En octobre 2001, des voix islamiques, mais aussi occidentales, ne cessèrent d’inviter l’Administration américaine à suspendre les opérations militaires en Afghanistan durant le mois du ramadan, qui allait commencer à la mi-novembre. Guerre ou pas guerre, la décence - disaient les bien-intentionnés - impose certains égards pour les fêtes religieuses de tous. Belle maxime, sauf que les musulmans s’en tiennent pour les seuls exemptés. En 1973, l’Egypte n’a pas hésité à attaquer Israël le jour même du Kippour, la plus importante fête religieuse juive, guerre qui est restée dans l’histoire précisément sous l’appellation la “guerre du Kippour”.
Le deuxième volet du mythe de l’islam tolérant consiste à soutenir hautement que le gros des populations musulmanes désapprouve le terrorisme, et au premier rang l’immense majorité des musulmans résidents ou citoyens des pays démocratiques d’Europe ou d’Amérique. Les muphtis ou recteurs des principales mosquées en Occident se sont fait une spécialité de ces assurances suaves. Après chaque déferlement d’attentats meurtriers, par exemple en France en 1986 et en 1995, ou après la fatwa ordonnant de tuer Salman Rushdie en 1989 ou Taslima Nasreen en 1993 pour “blasphème”, ils n’ont pas leurs pareils pour garantir que les communautés religieuses dont ils ont la charge spirituelle sont foncièrement modérées. Dans les milieux politiques et médiatiques, on leur emboîte avec empressement le pas, tant la crainte nous étrangle de passer pour racistes en constatant simplement les faits. Comme le dit encore Ibn Warraq, “la lâcheté des Occidentaux m’effraie autant que les islamistes.”
Europe_take_lessons_from 911 
Ainsi, le quotidien Le Parisien-Aujourd’hui, dans son numéro du 12 septembre 2001, publie un reportage sur l’atmosphère de liesse qui a régné durant toute la soirée du 11 dans le XVIIIe arrondissement de Paris, où vit une importante communauté musulmane. “Ben Laden, il va tous vous niquer ! On a commencé par l’Amérique, après ce sera la France.” Tel était le type de propos “modérés” adressés aux passants dont le faciès semblait indiquer qu’ils n’étaient pas maghrébins. Ou encore : “Je vais faire la fête ce soir car je ne vois pas ces actes [les attentats de New York et de Washington] comme une entreprise criminelle. C’est un acte héroïque. Ca va donner une leçon aux Etats-Unis. Vous, les Français, on va tous vous faire sauter.”
Ce reportage du Parisien n’a eu d’équivalent dans aucun autre organe de la presse écrite et fut passé sous silence par la quasi-totalité des médias. En tout cas, auditeur assidu, chaque matin, des diverses revues de presse radiophoniques, je ne l’ai entendu mentionner dans aucune d’entre elles, sauf erreur, ce 12 septembre.
Jesus_slave_of_Allah 
Malgré l’imprécision des statistiques, on considère que la population vivant en France compte entre quatre et cinq millions de musulmans. C’est la communauté musulmane la plus nombreuse d’Europe, suivie, loin derrière, par celles d’Allemagne et de Grande-Bretagne. Si “l’immense majorité” de ces musulmans était modérée, comme le prétendent les muphtis et leurs suiveurs médiatico-politiques, il me semble que cela se verrait un peu plus. Par exemple, après les bombes de 1986 puis de 1995, à Paris, qui tuèrent plusieurs dizaines de Français et en blessèrent bien davantage, il aurait bien pu se trouver, sur quatre millions et demi de musulmans, dont une bonne part avait la nationalité française, quelques milliers de “modérés” pour organiser une manifestation et défiler de la République à la Bastille ou sur la Canebière. Nul n’en a jamais vu l’ombre.
En Espagne, des manifestations rassemblant jusqu’à cent mille personnes ont souvent eu lieu en 2001 pour honnir les assassins de l’ETA militaire. Elles se sont déroulées non seulement dans l’ensemble du pays, mais au Pays basque même, où les manifestants pouvaient craindre des représailles, quoique les partisans des terroristes y fussent effectivement très minoritaires, comme l’ont encore prouvé les élections régionales de novembre 2000.
Si, au rebours, les musulmans modérés en France osent si peu se manifester, la raison n’en serait-elle pas qu’ils savent que ce sont eux les minoritaires au sein de leur communauté et non les extrémistes ? Voilà pourquoi ils sont modérés… avec modération. Il en va de même en Grande-Bretagne, où l’on vit, en 1989, les musulmans, pour la plupart d’origine pakistanaise, se déchaîner pour hurler à la mort contre Salman Rushdie, mais où l’on ne vit aucun d’entre eux protester contre ces cris barbares. Après le 11 septembre, tel porte-parole qualifié des musulmans britanniques, El Misri, définit les attentats contre les World Trade Center comme des actes de “légitime défense”. Tel autre, Omar Bakri Mohammed, lança une fatwa ordonnant de tuer le président du Pakistan, coupable d’avoir pris position en faveur de George Bush contre Ben Laden. Chacun a eu beau tendre l’oreille, personne n’a entendu la moindre foule “modérée” islamo-britannique protester dans les rues contre ces appels au meurtre, parce qu’il n’en existe aucune, pas plus qu’il n’y a de foule “modérée” islamo-française. La notion que “l’immense majorité” des musulmans fixés en Europe serait modérée se révèle n’être qu’un rêve, ce qui fut mis spectaculairement en lumière durant les deux mois qui suivirent les attentats contre les Etats-Unis.







Zemmour : «Juppé, le candidat de toutes les gauches, droite comprise»

Zemmour : «Juppé, le candidat de toutes les gauches, droite comprise»

Ah, il a vraiment le sens de la formule Zemmour.

Je pense aussi que Juppé commence à avoir un espace au centre-gauche contre Le Pen.

Pour moi, Sarkozy «débuissonné», Hollande, Juppé, tout cela, ça se vaut : européistes, étatistes, multiculturalistes, islamophiles, «sociétaux». C'est la même crèmerie, c'est la même catastrophe.

La religion de paix et d'amour dans un stade de foot marocain

Un stade foot au Maroc, à Casablanca. A un moment, les cris des supporters changent : «Djihad ! Djihad !», «Daech ! Daech !».



Les lous-ravis de l'islamisation de la France vont-ils encore nous expliquer que ces jeunes conçoivent le djihad comme un combat intérieur ? Que c'est pure provocation, qu'ils ne pensent pas vraiment ce qu'ils disent ? Qu'ils trahissent le «vrai» islam ?

Tous ces gens commettent une erreur stratégique : ils lancent leur combat trop tôt, trop ouvertement.

Le fruit occidental est bien pourri mais pas encore tout à fait assez. Les musulmans ne sont que 60 millions en Europe, c'est énorme mais pas insurmontable. Les pétromonarchies n'ont que le pétrole, un avantage qui pourrait se  retourner contre elles si nous décidions sérieusement de nous en passer.

Il suffirait de deux ou trois gouvernements très fermes en Occident, ce qui peut toujours arriver malgré le verrouillage du système, pour que tous ces hurleurs soient renvoyés à leur faiblesse.

vendredi, octobre 03, 2014

La raison politique d'abroger la loi Taubira sur la dénaturation du mariage

Ne pas abroger la loi Taubira, c'est accepter le fait accompli, admettre qu'il y a un sens de l'histoire et que c'est la gauche qui en décide. Et que la "droite" n'a qu'à s'y soumettre.

Visiblement, ce raisonnement élémentaire est trop compliqué pour Alain Juppé, le "meilleur d'entre nous".

jeudi, octobre 02, 2014

La France argentine

Je vois à la France un destin à l'espagnole, même si j'ai évoqué d'autres pays. Jean-Pierre Petit pense plutôt à l'Argentine :

La France argentine

On remarque que l'invité patronal ne comprend pas le point de vue de JP Petit. Quand il argue de la prétendue excellence du système éducatif français, il est dans le prêt-à-penser le plus grotesque.

Mais, Argentine ou Espagne, peu importe. Je suis d'accord avec Jean-Pierre Petit sur l'essentiel : la France ne vit pas une crise passagère mais une décadence de long terme.

Cette décadence se traduit dans l'ordre intellectuel par le règne du mensonge collectif, par l'incapacité à débattre des réalités et non de constructions fantasmatiques.

Il y avait récemment dans le Figaro un pilote d'Air France défendant sa grève. C'était très logique, cohérent. Sauf que ce beau raisonnement s'appliquait à un monde qui n'existe pas et à des postulats faux.

********

Pêle-mêle, presque hors-sujet :

Incendie d'un centre de perception des impôts : jusqu'où ira la révolte fiscale ?

Je rappelle qu'en France, les révoltes fiscales n'ont jamais abouti à des baisses d'impôts durables, les profiteurs des impôts pesant plus lourd sur le pouvoir que les contribuables inorganisées.