jeudi, mai 18, 2006

Les effectifs en classe, l'émulation et les résultats scolaires

Il est admis, et tout particulièrement par les professeurs et leurs syndicats, qu'une diminution des effectifs par classe est bénéfique pour les résultats scolaires et est, par conséquent, prioritaire.

Il y a là ce me semble deux pétitions de principe :

> la diminution des effectifs est bénéfique pour les élèves.

> parmi toutes les choses bénéfiques envisageables, la question des effectifs enseignants est prioritaire (on peut noter au passage que, si les effectifs enseignants tiennent tant à coeur aux syndicats, ils peuvent dès aujourd'hui faire de la lutte contre l'absentéisme professoral une priorité. Je dis une connerie ?)

Attaquons nous à la première pétition de principe, dont j'ai des raisons personnelles de croire qu'elle est fausse.

Voici ce que j'ai lu il y a bien longtemps, avant de tenir ce blog. Je n'ai à l'époque pas songé à garder la source, croyez moi sur parole.

> Quand la diminution des effectifs est radicale, par exemple en passant de 20 à 10 élèves par classe, elle peut être bénéfique car elle permet de changer de méthodes.

> Quand la diminution des effectifs n'est pas radicale, par exemple en passant de 25 à 20 élèves, elle a pour principal intérêt de diminuer le stress de l'enseignant (c'est bien, mais, franchement, je m'en fous), par contre, elle peut avoir des conséquences néfastes sur les résultats scolaires. En effet, dans une classe à effectifs ne permettant un enseignement individualisé, l'affreuse, l'horrible, l'épouvantable compétition en tête de classe a un effet d'entraînement sur le reste des élèves. Si les effectifs sont trop faibles, la tête de classe n'est plus assez importante pour qu'il y ait cette compétition dans chaque matière et le niveau global s'en ressent.

A revendiquer une diminution des effectifs par classe, on indique donc que les intérêts de l'enseignant (diminution de son stress) sont prioritaires sur les intérêts des élèves (émulation scolaire).

A vrai dire, on se doutait depuis un certain temps que, dans l'EN, au-delà des beaux discours, le "centre du système" est l'enseignant (ceux qui n'en sont pas convaincus peuvent prendre comme objet d'étude le lundi de Pentecote, c'est édifiant en matière d'égoïsme de bon aloi).

Maintenant, pourquoi ai-je des raisons de croire qu'il faut un effectif minimum pour entretenir l'émulation ?

> Tout bêtement parce que c'est ce que j'ai vécu durant ma scolarité.

> C'est ainsi que ça se pratiquait dans un temps où il n'y avait 30 % des élèves de 12 ans qui écrivaient "petit nègre".

> Le bon sens et la connaissance de la nature humaine (c'est subjectif, mais il n'est pas interdit de se servir de sa tête).

Question-concours : Vous avez 60 élèves et 3 professeurs, que faites vous ?

Réponse pédagogique : 2 classes de 30 élèves avec les deux premiers professeurs. Des heures d'études et de soutien avec le professeur restant.

Réponse EN : 3 classes de 20 élèves au nom de l'égalité des professeurs.

Aucun commentaire: