dimanche, juillet 16, 2006

Politique internationale : comme c'est bon et reposant de caricaturer

Il semble que dans les medias français se soient installées les équations suivantes Israel = amis des amricains + juif = captalisme mondialisé libéral = Mal et Arabes = pauvres prolétaires=Bien.

Suivant cette logique, comme les USA, Israel a toujours tort sauf quand elle se laisse taper dessus sans réagir. Quand elle réagit, c'est toujours ou trop, ou au mauvais moment, ou de la mauvaise façon, ou tout cela à la fois.

Mais que croyez vous que devrait faire la France si Roubaix était régulièrement bombardé à partir de la Belgique par des terroristes flamands ?

Dans cette région où la raison est souvent obscurcie par les sentiments et les symboles, il faut tenter de garder la tête froide.

On sait bien que les protagonistes du conflit actuel sont Israel et l'Iran, que le Liban n'y est, une fois de plus, qu'un pion plus ou moins connivent avec l'un des joueurs.

Que veulent-ils ?

Israel, c'est tout à fait clair, veut la paix, mais ne sait que faire la guerre. L'objectif consiste à faire comprendre aux Libanais que cela coûte très cher d'héberger le pion iranien et qu'il est préférable de s'en débarasser. Cependant, l'histoire prouve que ce n'est pas ce que vont comprendre les Libanais.

L'Iran veut la bombinette et utilise son pion pour foutre la merde en détournant l'attention.

La situation est presque insoluble.

Les efforts faits pour reconstituer une armée libanaise capable de s'opposer au Hezbollah allaient dans le bon sens ; malheureusement, ils ont buté sur le manque de constance des promoteurs (les USA), la corruption des politiciens et les divisions communanutaires.

A mon sens, il faut donc qu'Israel continue à se battre jusqu'à ce que ces opposants s'aperçoivent qu'ils ont autre chose de plus intéressant à faire dans la vie que d'essayer de l'anéantir.

C'est ce qui s'est passé en Egypte et en Jordanie, même si les relations d'Israel avec ces pays sont très fragiles.

Le Liban est un pays superbe, qui dispose de beaucoup d'atouts. Il serait tant que les Libanais estiment qu'il est plus important de mettre en valeur leur pays que d'aller emmerder le voisin du sud.

Ca demandera des efforts couteux : chasser les milices palestiniennes et désarmer le Hezbollah ne se fera pas en un jour ; mais si il y a la volonté et un personnel politique adéquat (c'est comme en France ce qui manque le plus au Liban : un personnel politique à hauteur de sa tâche), ça finira par se faire.

Maintenant, que peut faire la France, qui n'est pas sans influence au Liban ? Ne pas céder aux pleureuses de la victimisation libanaise, tenir un discours relativement dur de responsabilisation ("Vous avez toléré les tirs du Hezbollah, vous l'avez bien cherché") et proposer des aides orientées pour après.

Honnêtement, les politiciens français, et notamment le premier d'entre eux, nageant en pleine irresponsabilité, je ne les crois pas en mesure d'agir dans le sens que je pense préférable. C'est bien dommage.

Aucun commentaire: