jeudi, août 03, 2006

Je suis victime de la censure

J'avais laissé sur le site du Monde un commentaire mettant en doute (et non pas niant) le "massacre de Cana". J'ai été aussitôt traité de négationniste (ben voyons).

On remarquera toujours cette obsession de la 2ème GM, Israel étant vu par les mêmes comme "fasciste, génocidaire, criminel contre l'humanité".

J'en viens de plus en plus à considérer que cet anti-israelisme l'écume aux lèvres viendrait d'un passé mal assumé : Puisqu'on n'a pas pu sauver les victimes de cette folie européenne, le génocide des juifs, essayons de ternir les descendants symboliques des victimes, les Israeliens, pour avoir moins mal.

Israel est très critiquable, mais avec des faits, des arguments, pas avec cette emphase hors de toute mesure. Je me dis donc que seuls le refoulé et le déni peuvent donner une motivation et une énergie assez fortes pour alimenter une telle colère.

Pour en revenir au "massacre de Cana" sur le site du Monde, j'ai ensuite donné , en réponse aux lecteurs, divers liens afin qu'ils puissent se faire une idée. Aucun de ces messages, qui ne contenaient pas un mot plus haut que l'autre, n'a été publié par Le Monde, marrant, non ?

Les journalistes français ne remontent pas dans mon estime, où ils n'étaient pas bien haut. Dans mon esprit, journaliste devient synonyme de : partisan, conformiste, moutonnier, paresseux, malhonnête, bas de plafond et fat. Ca vous surprend ?

Heureusement, il y en a sûrement quelques uns qui sauvent l'honneur, mais lesquels ?

Je suis particulièrement heureux d'être victime de quelque chose, ça me manquait, j'avais l'impression de ne pas être à la mode.

Bon, ce n'est pas tout : il faut que je monte un comité de défense, que j'alerte les medias, que je fasse part de mon indicible souffrance, que j'attaque en justice afin de "pouvoir faire mon deuil" (et non pas vulgairement de gagner des sous). Ca ne paraît pas, mais victime, c'est un boulot à plein temps.

5 commentaires:

DoM P a dit…

Tiens tiens... J'ai vécu la même expérience il y a quelques années sur le forum du Figaro.
Lassé de la censure systématique, j'ai quitté les lieux.
Même mon message d'au-revoir fut censuré, bien que reformulé par trois fois.
A l'époque, je me suis senti très frustré. Et puis, avec le temps, je me suis fait une raison.

Paddy a dit…

Moi aussi il y a deux semaines sur le site des 4vérités je disais en avoir marre de l'affaire Dreyfus qu'il y avait des combats plus présent.
Tous ces gens ne comprennent pas que se vautrer dans la commémoration comme fait Chirac lui permet d'etre anti israelien sans etre taxé d'antisemitisme!

fboizard a dit…

Je ne suis pas surpris : cela fait longtemps que je me suis fait une raison.

Sur certains sujets pointus où je sais être compétent (ce qui ne m'empêche pas de faire des erreurs), l'aéronautique par exemple, j'ai pu constater que les journalistes pouvaient accumuler les contre-vérités, les appoximations, les bêtises, sans sourciller.

Alors, quand il s'agit d'un sujet aussi passionnel que le PO, notamment pour la gauche (ne pas oublier le sondage de Marianne : la grande majorité des journalistes du Monde disent voter Besancenot ; au Figaro, réputé de droite, mais seulement plus centriste, je ne serais pas surpris que les journalistes votent majoritairement à gauche), tous les délires sont permis : vous pouvez essayer d'être honnête, cependant si vous croyez qu'Israel a toujours tort et qu'au sein de la rédaction il n'y a personne pour vous contredire, vous êtes vulnérable à toutes les manipulations anti-israeliennes.

Pour faire surgir la vérité, rien ne remplace la confrontation des opinions. Mais dans des rédactions où les nuances varient du rose foncé au rouge vif, il ne peut y avoir de confrontation que sur des détails insignifiants. Le corpus de bien-pensance, lui, reste intouchable.

Jouer au jeu droite-gauche, pro-Israel pro-Palestine, c'est encore jouer le jeu de la bien-pensance, qui divise le monde entre Bons et Méchants.

Ce qui explique que la censure s'exerce non pas sur les propos violents ou extrêmes, mais sur les propos vraiment dérangeants, qui font voir les choses autrement.

Une affirmation outrée n'est pas censurée parce qu'elle ne dérange pas, elle a sa case dans la division manichéene du monde. Un doute argumenté lui, qui pourrait changer la persperctive, les camps constitués aux slogans rodés, est censuré.

Anonyme a dit…

Chaque victime civile peut créer un terroriste ou un résistant suivant comment on se positionne; savez vous ce que vous feriez si on tuait des membres de votre famille? qu'est ce qui vous tiendrez encore en vie?
La question n'est pas de savoir combien exactement il y a eu de victimes ou de savoir si israel a eu raison ou pas d'agir ainsi. Est ce qu'on peut vouloir une paix durable en utilisant les armes. Ces armes qui amènent souffrance et haine durables.
Et toutes ses discussions interminables, a rebondissement pour trouver une solution pour faire cesser la guerre au liban : pathétique. Pendant ce temps, on faisait le macabre décompte des victimes de chaque coté pour savoir qui allait remporter le gros lot. Les êtres humains, les civils ne sont vraiment rien d'autres que des pions dans les mains des puissants.

fboizard a dit…

> les civils libanais sont utilisés comme des pions par le Hezbollah, il faut le savoir et ne pas être naïf.

> c'est déjà bien assez malheureux quand il y a des morts, alors autant essayer d'analyser la situation.