vendredi, septembre 22, 2006

Tempête dans un verre d'eau trouble

Il y a une chose qu'on ne pourra pas reprocher à Nicolas Sarkozy : faire sauter les tabous de la bien-pensance. Evidemment, il s'attaque à ceux qu'il veut bien mettre en cause ; par exemple, il n'évoque pas la montée des violences ou le fait que la police travaille autant d'heures au total qu'en 1950 avec un effectif double.

Néanmoins, les réactions initiales à sa critique contre les juges pour enfants de Bobigny ont été affligeantes : on lui a dénié le droit de critiquer au nom de "la séparation des pouvoirs". Bien étonnante conception de la séparation des pouvoirs qui garantirait aux juges impunité, irresponsabilité et louanges obligatoires ; réponse d'autant plus ridicule que si il y a bien une démocratie au monde qui n'a jamais rien compris à la séparation des pouvoirs, c'est la patrie de Montesquieu.

Comme sur la "carte scolaire", c'est seulement dans un deuxième temps que sont venus les arguments un peu intelligents.

Nous tombons vraiment bien bas de ne pouvoir supporter une parole qui dérange qu'en excommuniant, qu'en criaillant.

Peut-être mon "nous" est-il excessif : après tout, ne sont vraiment choqués par les propos sarkoziens que des magistrats dont le corporatisme tient lieu de culture, de passé, de présent et d'avenir, d'air qu'ils respirent, de substrat aux relations mondaines, de pierre de touche de l'avancement.

Quant aux autres, humbles citoyens, il ne semble pas considérer comme inconvenant d'exprimer un avis sur tel ou tel tribunal dont on sait bien qu'il ne sont pas tous également sévères ou indulgents.

La même remarque peut d'ailleurs s'appliquer à la "carte scolaire" ou aux régimes "spéciaux" (comprendre : outrageusement avantageux, ce qui est "spécial", c'est la dérogation au droit commun) de retraite : la France étant une société à statuts, mosaïque de corporatismes, briser un tabou, c'est presque immanquablement mettre en cause une corporation, et vice-versa.

Peu importe le fond du propos (je donnerais en l'occurence tort à NS), le simple fait de vouloir mettre en cause, bousculer, changer est, indépendamment de la direction du mouvement, vécu comme une aggression.

Encore plus symptomatique de cette hypersensibilité au mouvement, les profs : à peine avez-vous articulé "ré" que certains sont déjà en train de hurler à l'assassinat de l'éducation et de la république avant que vous n'ayez pu dire "forme" ! Ridicule. Alors même que certains profs font à leur niveau de gros efforts pour faire évoluer la situation, toute idée venue "d'en haut" est frappée d'anathème.

On trouve là encore un symptôme de la relation des citoyens à la mère abusive étatique : on a avec elle non pas des comportements d'adultes mais d'adolescents rebelles.

Enfin, qui va profiter de tout ce ramdam ? NS et SR, ceux qui "parlent vrai" ceux qui ont compris que "populiste" est une insulte pour 20 % des Français et un compliment pour les 80 % qui restent.

**************************
Addendum du 25/09/2006 : un sondage du Figaro dit que 77 % des Français approuvent les déclarations de NS. Mon 80 % n'était pas si mal estimé !

Nicolas Baverez, "déclinologue" célèbre, considère que la réunification de la France avec ses quartiers pourris est un défi du même ordre que la réunification allemande, à la fois économique et morale (comment réapprendre à des assistés, vivant de petits et de gros trafics, à travailler ?)

Quant à Jacques Chirac posant au défenseur de l'indépendance de la justice, c'est à mourir de rire.

Aucun commentaire: