lundi, décembre 18, 2006

Les impots, thème de campagne

Les propos de François Hollande dans Le Monde, qui parle de remonter les impots au niveau de 2002 et qui évoque le rôle de cohésion sociale de l'ISF seraient tout simplement ahurissants si l'on s'en tenait au premier degré.

Mais voilà : le PS est un parti qui a depuis longtemps arrêté de penser l'économie pour mieux préparer la manoeuvre politicienne et la distribution des places.

Replacés dans ce contexte, les propos de M. Royal se comprennent : on peut classer les Français en deux catégories :

> les profiteurs de l'impot (fonctionnaires et apparentés, subventionnés de toute sorte)

> les victimes de l'impot (les classes moyennes non fonctionnarisées surtout et un peu les classes supérieures)

Sachant que :

> les victimes de l'impot ne votent guère socialiste.

> certaines victimes de l'impot vivent dans l'espoir vain de devenir des profiteurs de l'impot, ou même se croient déjà profiteurs de l'impot.

il est facile de déduire qu'un propos économiquement idiot peut être électoralement intelligent

Quant à la proposition de Thierry Breton de supprimer l'impot sur revenu de 2008, n'étant appuyée sur aucune réforme de l'Etat, elle est tout aussi démagogique que celle de M. Royal, simplement au lieu de s'adresser aux profiteurs de l'impot, elle s'adresse à ses victimes, mais la logique est identique.

Je préfère N. Sarkozy à S. Royal, et de plus en plus, puisque le PS s'enfonce, par une sorte de système de vases communicants, dans l'archaïsme idéologique à mesure qu'il progresse dans l'avant-garde de la communication.

Cependant, je trouve le début de campagne présidentielle des deux cotés caractérisé par un vide intellectuel sidéral et effrayant. Il y a bien une phrase de Blaise Pascal sur le sujet : "Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie."

(1) : il serait trop long de détailler tous les arguments qui ridiculisent la proposition de François Hollande (la plupart se trouvent sur ce blog), c'est pourquoi je vous rappelle les deux arguments fondamentaux : l'impot est un vol légal qu'il convient de réduire au minimum et l'Etat est moins légitime et moins informé pour dépenser l'argent des Français que les Français eux-mêmes.

******************

Au fait je vous précise ma position sur la réduction de la dette publique :

> il y a quelques années, je pensais qu'il fallait réduire la dette en maintenant les impots et en baissant les dépenses. C'est idiot, c'est un raisonnement de matheux malthusien, pas d'économiste.

> en économie, rien n'est fixé, le vrai moyen de réduire la dette est la croissance par la technique reaganienne : dimininuer les impots, privatiser, libéraliser, déréglementer. Là intervient le facteur humain : les énergies libérés créent tellement de richesses que la baisse des taux d'imposition est plus que compensée vis-à-vis des rentrées de l'Etat et que la dette réduit.

2 commentaires:

Poulpy a dit…

Tres bon blog.
Par contre tu ferais mieux d'utiliser ton cerveau a quitter la france tant qu'il en est encore temps, ca va etre la bagarre bientot.

Poulpy

DoM P a dit…

Mais des fois, on se sent indécrotable français...
Cela étant, je pense moi-même à quitter le pays, tout ce que j'y vois m'effrayant de plus en plus.
Ma pauvre France...