samedi, février 02, 2008

Liquider les traitres : la face cachée du PCF 1941-1943

Voici encore une fois le PCF dans toute sa splendeur. Je ne comprends décidément pas qu'on n'ait pas honte de se dire communiste en 2008 de la même façon qu'on a honte de se dire fasciste.

On argue souvent d'une prétendue générosité qu'aurait le communisme que n'aurait pas le fascisme : c'est très contestable.

En réalité, ces deux mouvements ont en commun de se déclarer généreux pour une partie de l'humanité (la classe ouvrière pour les uns, les aryens pour les autres), générosité plus mythique que réelle d'ailleurs, et exterminateur pour tous les autres bonshommes.

Et puis, même en admettant, pour le plaisir de la discussion, cette prétendue générosité du communisme, reconnaissons que c'est une manière fort étrange de se montrer généreux que de semer les cadavres par millions.

Revenons à nos moutons : durant la guerre, le PCF avait une brigade, dite Valmy, chargée de liquider les traitres, ou, plus exactement, ceux désignés comme tels, ce qui n'est pas une mince nuance.

Non seulement, les scrupules n'étouffaient pas cette brigade (on s'en serait douté), mais ces exécutions étaient tout ce qu'il y a de sommaires, même pas de simulacre de procès ou d'interrogatoire (sauf exception), ce qui a entrainé quelques bavures, bien vite enterrées après guerre par le «parti des 100 000 fusillés» (il y a au minimum un zéro de trop).

Le fanatisme et le sectarisme de certains communismes ont quelque chose d'effrayant, comme Georges Déziré, victime d'un «procès de Moscou» dans une cave de Chatou, et qui est exécuté d'une balle dans la nuque tandis qu'il crie «Vive Staline !». Je ne sais ce qui me glace le plus, les bourreaux ou la victime.

L'intérêt de la brigade Valmy est qu'elle était dirigée d'en haut. Mais, partout où ils ont sévi, les communistes ont eu l'exécution sommaire facile.

On notera pour l'anecdote que le philosophe Julien Freund, jeune résistant dans un maquis FTP, a été édifié de voir les communistes à l'oeuvre et que cela a constitué le point de départ de sa philosophie de la violence en politique (1).

Cette pulsion épuratrice est bien évidemment consubstantielle au communisme : famine d'Ukraine, procès de Moscou, guerre d'Espagne, révolution culturelle, khmers rouges, la liste est longue des vagues d'épuration communistes.

Les anarchistes avaient bien raison de le surnommer le «parti des fusilleurs». D'ailleurs, l'épuration de la police parisienne, dirigée par un communiste, fut très violente.

Qu'en pense MG Buffet ?

Tolérance, ouverture d'esprit, en un mot, libéralisme, tel est l'idéal du communisme de 2008, n'est-ce pas ?

Bientôt, les communistes pousseront l'intelligence jusqu'à n'être plus communistes !

Trêve de plaisanterie, je n'ai aucun doute, surtout suite à la récente mésaventure qui m'a amené à fermer momentanément ce blog, que si des gauchistes, sous quelque forme, arrivaient au pouvoir en France, il ne faudrait pas longtemps pour que leurs tendances éradicatrices se manifestent.

Je connais quelques communistes qui n'ont pas l'air méchant, n'empêche que je ne leur confierais pas le pouvoir, trop inquiet de leur passion du Bien.

(1) : on notera que les gaullistes étaient initialement opposés au meurtres d'Allemands en France occupée, redoutant les prises d'otages en contrepartie d'opérations dont l'utilité militaire était nulle. Ce sont les communistes, fidèles à leur culture de la violence, qui ont délibérément provoqué l'escalade.

Il me plaît de penser que les réseaux de résistance les plus efficaces furent aussi les moins violents : les réseaux de renseignement et les réseaux d'évasion d'aviateurs.

4 commentaires:

Nathan a dit…

Salut Boizard,

En effet je pense comme vous que si l'angélisme semble être le "fond" du communisme, la violence est bien consubstantielle à sa forme ... A sa pratique.
Je met un bémol aujourd'hui sur la Chine qui selon moi n'est plus maoïste, mais a trouvé un système pseudo-capitalisto-communiste de croisière. Certes la violence se manifeste notamment par la peine de mort, mais je ne vois pas la Chine démocratique. On ne gère pas de la même façon 60 millions et 1 milliards d'habitants (et d'ailleurs on ne peut pas dire que chez nous la démocratie soit exemplaire ... et surtout pas libérale).

Que vous est-il arrivé exactement ? Attaqué par les rouges du web ??? :)

Pierre Robes-Roule a dit…

A lire la fabuleuse bio de Mao par Hallyday et Chang. Un boulot exceptionnelle. Térrifiant et permet de comprendre un peu mieux la Chine actuelle.

PS : on peut savoir ce qui est arrivé à propos de la fermeture de ce blog ?
(il m'a manqué)

PS2 : voir aussi l'article du Monde sur le retour d'un mouvement autonomiste en France....

DoM P a dit…

nathan : Il y a deux problèmes avec ce que vous dites :
Premièrement, la Chine est toujours communiste de la plus dure tendance. Ce n'est pas parce que 20% de la population connaît les joies et les déboires du capitalisme d'état que le maoïsme est mort. D'ailleurs, toutes les représentations de Mao sont scrupulseusement surveillées, sa photo en effigie partout, et le "blasphème" interdit.
Deuxièmement, le problème ne se situe pas au niveau du nombre de personnes, mais au fait que quelqu'un pense qu'il faut les gérer. Vous savez quoi ? Un adulte, le plus souvent, ça se gère tout seul si on ne lui impose pas un quelconque apparachik pour l'en empêcher.
Regardez donc un peu du côté des Etats Unis : On "gère" quelques 300 millions de personnes, un quart de la population chinoise actuelle, mais plus de la moitié de celle de 1948. Sinon, juste à côté, il y a l'Inde, hein...

Nathan a dit…

Je ne légitime pas le régime communiste chinois. Je m'interroge juste : cela pourrait-il être avec le Vietnam les seules exceptions rescapées du siècle dernier ? Cela ne laisse évidemment pas de porte de sortie au communisme. On peut noter que ces 2 pays sont à la base de religion / système politique confucianistes, et peut être la fusion de ces 2 systèmes communisme / confucianisme, alors manifesté (malgré ses dires) par le maoïsme en Chine, aurait donné naissance à quelque chose de plus ou moins équilibré, mais non démocratique.
A noter que les communistes asiatiques furent de grand guerriers du siècle dernier puisque Mao battit Chang Kai check quant à Ho chi minh ...
Que cela veut-il dire ? La Corée du nord reste le pire exemple d'un régime communiste complètement échoué.
Comme disait Churchill, la démocratie est le moins pire des systèmes politiques ... et bien peut être peut on ajouter que pour certains pays à la philosophie orientale et non judéo chrétienne, le moins pire des systèmes se trouvait dans un communisme adapté.
Oui je suis relativiste, je ne suis d'aucun bord politique sinon libéral soft ... Je m'interroge juste. J'appelle ça de la philosophie ... Et j'ai complètement rejeté toute idée communiste sinon socialiste pour nos chères contrées ... Je suis un Revelien accompli, ne l'oubliez pas :)

ps: quant à l'Inde, je ne connais pas du tout, cela me semble être encore un monde à part .. le système des castes y sévit toujours et une extrême pauvreté y règne, peut on appeler cela démocratie ..?