mardi, novembre 18, 2008

Paulson renonce à acheter les dettes pourries des banques

C'est une excellente initiative. Les raisons qu'il en donne sont inquiétantes (les 700 md $ seront nécessaires pour sauver les cartes de crédit), mais il n'empêche que l'idée reste bonne.

Acheter les dettes pourries à un prix hors marché, c'était ralentir l'assainissement des bilans (1) et retarder encore la sortie de crise.

Puissent les autres gouvernements faire preuve d'autant de bon sens.

(1) : en effet, l'Etat n'aurait pu acheter qu'une partie des dettes pourries mais aurait de cette façon fixé le prix pour l'ensemble du marché. Ce prix étant plus élevé que les prix du marché libre, proche de zéro, les autres dettes, celles non achetées par l'Etat, n'auraient pas trouvé preneur et les bilans n'auraient pas été assainis.

Aucun commentaire: