samedi, février 28, 2009

Crise : boom or bust ?

Nous vivons dans un monde très incertain, chacun de vous, lecteurs, et moi aussi, pouvons être morts dans cinq minutes mais, en temps habituels, nous sommes assez forts pour nous le cacher.

Cependant, il arrive que nous soyons impuissants à nous dissimuler cette vérité fondamentale. On appelle généralement cet épisode de lucidité douloureuse une crise.

L'un des traits les plus cruellement comiques de celle que nous vivons tient à tous ces pontes qui viennent pérorer dans les medias avec la suffisance des imbéciles, pour nous expliquer de quoi demain sera fait.

Economiste n'est pas seulement une profession inutile, c'est une profession nuisible car les économistes créent de fausses certitudes.

Pour ma part, je suis convaincu que les mesures des gouvernements européens et américains vont transformer la récession en dépression. Mais je n'y attache pas plus d'importance que cela : je ne me fais guère d'illusions sur mes capacités prédictives.

Il se peut tout aussi bien que les sociétés se révèlent plus dynamiques, notamment aux USA, que l'on suppose et que les prochains mois voient s'installer une reprise qui permettra d'éponger, au moins partiellement, dettes publiques et dettes privées.

Décidément, le monde est une branloire pérenne !

Je tiens à ce rappel : certaines choses qui vont sans dire vont encore mieux en les disant.

9 commentaires:

Pierre Robes-Roule a dit…

Lors de mes études économiques, j'avais plusieurs types de profs : des marxistes, des keynésiens, des classiques, des libéraux, des néo régulateurs......du Prévert ! Il y en avait de bons et de mauvais dans toutes les catégories, les bons étaient les plus hétéroclites dans leurs références, les plus nuancés, les plus modérés. Mais la vraie différence était ailleurs : il y avait ceux qui parlaient de "science économique" et les autres qui disaient "économie politique" ou "analyse économique".

Sur ce, chacun décidera dans quelle catégorie se trouvaient les meilleurs profs (marxiste, keynésiens, classique,....) du coté de la "science éco" ou du coté de "l'économie politique" ?

Conseil (amical) de lecture à FB :
avez-vous lu "Histoire des néoconservateurs aux USA" de Justin Vaisse ? Sinon je vous le recommande..

Anonyme a dit…

Bonjour,
Bonjour,
Pour tous ceux qui sont intéressés à comprendre le fondements des choses, je viens de mettre en ligne un résumé approfondi de la Théorie de René Girard qui apporte des réponses inédites aux mécanismes universels de la violence humaine individuelle et collective depuis l’aube des Temps et qui, plus que jamais, est d’actualité dans le monde d’aujourd’hui où les « rivalités mimétiques » s’exacerbent de plus en plus.
Cette Théorie majeure, reconnue aujourd’hui comme étant aussi fondamentale pour la connaissance de l’Humanité que la « Théorie de l’origine des espèces » de Darwin, permettra à tous de comprendre les « ressorts secrets » des « mécanismes cachés » qui nous gouvernent « …depuis la fondation du monde… »
Cordialement

Paul a dit…

Pour ma part j'ai étudié avec de très bon profs, libéraux (qui parlaient d'économie politique). Ils n'étaient ni inutiles, ni nuisibles !

fboizard a dit…

J'avais surtout en tête les médiatiques qui lisent l'avenir dans les entrailles des statistiques.

Pierre Robes-Roule a dit…

@Paul,

gagné ! les meilleurs profs parlaient d'économie politique !
Il y en avait de toutes les couleurs

teddy bear a dit…

Je ne suis pas un économiste et je n'ai pas étudié l'économie.Mais une condition me semble nécessaire pour prétendre l'expliquer : être dans la réalité. Une condition nécessaire mais pas suffisante évidemment.Combien y sont ? Peu, je pense.

Là se situe essentiellement le problème : une coupure avec le monde réel et un indéniable manque de pragmatisme. Combien ont travaillé de manière significative et réussie dans une entreprise ?

Combien dans leur jeunesse ont fait la plonge,servi en brasserie, fait des vendanges, ramassé les poubelles, coulé du ciment, taillé des haies ? Des expériences qui remettent les idées en place par la dureté du travail et par le contact avec "le peuple". Mais, je m'arrête car je deviens un méchant "populiste".

fboizard a dit…

Teddy,

C'est assez marrant, vous rejoignez une critique de Taleb qui est que les économistes et les statisticiens universitaires sont absolument puceaux dans la connaissance du brutal hasard de la vie, contrairement à un trader, un commerçant, un navigateur solitaire, etc ...

Th a dit…

En général j'aurais tendance à plus écouter les économistes qui se sont fait une fortune personnelle (plutôt que des purs universitaires ou les purs médiatiques). Une question de réalisme et d'efficatité prouvée à mon sens (qui n'engage que moi).

Il y en a qui ont quand même du flair. Madelin avait par exemple dit en octobre qu'il allait y avoir un gros problème avec les pays emergents a qui on a prété de l'argent (on y est avec les pays de l'est qui vont plomber les banques européennes).

teddy bear a dit…

Pour résumé : dans la vie quotidienne de l'entrepreneur, on apprends que 1 et 1 font souvent 2,mais pas toujours. Et cela arrive plus souvent qu'on ne le croit...