vendredi, décembre 25, 2009

«Pandémie» H1N1 : comme d'habitude, on se fout de notre gueule

Deux articles sur Rue 89 :

La pandémie H1N1, signe du crépuscule de notre civilisation


Grippe H1N1, mais où est passée la pandémie ?


J'ai décidé, grâce aux informations disponibles il y a quelques semaines, de ne pas me faire vacciner.

En faisant le tri dans le brouillard d'hystérie, il était assez facile de comprendre que la vaccination contre la grippe, n'importe laquelle, est peu efficace.

Le deuxième point, sur lequel il m'a été plus difficile de faire la lumière, est : cette grippe est-elle plus virulente que les autres ? J'ai fini par comprendre (merci internet) que non.

Je taxe souvent ce gouvernement d'incompétence, en voici une preuve éclatante.

Sarkozy peut bien nous sortir ces faux-fuyants habituels («J'vois pas pourquoi ...» et «Qui peut me dire que si je n'avais pas agi ..»), il se trouve tout de même que, sur la base de l'information disponible, j'ai été capable de décider sereinement que la vaccination était inutile et un gouvernement cerné d'experts s'en montre incapable ?

A moins, bien entendu, que les experts et la façon dont on les consulte soient justement le problème. A moins encore, que le gouvernement ne cherche pas tant à prendre la bonne décision que la décision qui plaira au prochain «vingt heures».

Les ministres roulent avec chauffeurs, vivent dans des palais de marbre, nous écrasent de leur morgue, mais quand il s'agit de les voir à l'œuvre, ils sont moins farauds.

Ministres, ça ne serait pas une variété d'escrocs ?

9 commentaires:

daredevil2007 a dit…

Joyeux Noël, Franck, ainsi qu'à tous les lecteurs de ce blog.
Avez-vous lu les commentaires à la suite du premier texte que vous avez mis en lien, en particulier les 3 et 4?
Pas mal, non?

Anonyme a dit…

La position de Bernard Debré (professeur de médecine et député) sur la question me paraît encore la plus raisonnable.

Il affirme que la menace n'est pas aussi forte qu'on l'avait craint, mais que personne n'était capable de le prévoir : le virus aurait pu, comme on l'a dit, muter, et par conséquent il était justifié de prendre des précautions.

Après (et là il s'agit de mon analyse), la machine médiatique et mondialiste amplifie et déforme les réactions dans les deux sens : celle des gouvernements qui exagèrent les menaces, et celles des peuples qui se croient plus malins que les virus et voient des complots partout.

En revanche, les médecins et les infirmières qui refusent de se faire vacciner, et, pire, qui s'en vantent dans la presse, me paraissent de dangereux irresponsables, bien représentatifs de l'esprit français de défiance et de rébellion imbécile.

Si on leur a demandé de se faire vacciner en priorité, ce n'est pas pour les protéger eux, mais pour protéger leurs patients. Leur refus montre à l'évidence qu'ils se foutent éperdument de leurs malades.

Si le vaccin n'est pas efficace, au moins ne peut-il pas favoriser l'épidémie. Et si le vaccin peut, dans certains cas exceptionnels, être risqué pour celui qui le reçoit, eh bien il en va du devoir du médecin et de l'infirmière d'accepter ce risque pour protéger ses patients. Dans l'incertitude, il est évident, au regard du bon sens et de la morale, qu'il doit se faire vacciner.

Le refus des soignants français est dans la droite ligne du comportement des étudiantes infirmières musulmanes en Angleterre, qui refusent de travailler les bras nus et de se les laver régulièrement, comme l'imposent les règles les plus élémentaires de l'hygiène et de la science depuis plus d'un siècle, sous prétexte que ce serait interdit par l'islam.

Et il s'est trouvé, bien entendu, une association de "médecins musulmans" pour les défendre, et affirmer que la science -- sous entendu la science musulmane -- montre qu'il est parfaitement hygiénique et sans danger pour les infirmières de prodiguer leurs soins les bras couverts.

Le moindre médecin généraliste et la moindre infirmière français s'improvisent spécialistes de la grippe porcine et font comprendre que leurs drouadlôm sont plus forts que les virus et que, eux, ils savent.

Le moindre médecin et la moindre étudiante-infirmière musulmans prétendent qu'ils sont plus forts que les microbes, qu'Allah les protège de l'infection et que la science musulmane en sait plus long que la science occidentale.

Cela au sein d'un National Health Service dont les hôpitaux sont affligés d'un taux record et scandaleux d'infections nosocomiales, régulièrement dénoncé par la presse britannique.

Oui, le préfet Girod de Langlade avait raison : la France -- et le monde occidental -- s'africanisent et s'islamisent à vue d'oeil.

Ce n'est pas seulement notre civilisation qui est en danger : c'est notre santé et notre vie mêmes.

La connerie tue.

fboizard a dit…

«le virus aurait pu, comme on l'a dit, muter, et par conséquent il était justifié de prendre des précautions.»

Et donc, toujours d'aprés ce que j'ai compris, le vaccin devient inefficace.

«
Oui, le préfet Girod de Langlade avait raison : la France -- et le monde occidental -- s'africanisent et s'islamisent à vue d'oeil.»

Il n'y a vraiùment pas de quoi s'en étonner : à force d'importer massivement (sans aucun intérêt pour notre pays)des populations du tiers-monde, on finit par avoir de vrais morceaux du tiers monde chez nous.

Rien de plus logique.

Ne nous restera-t-il comme refuge que la Suisse et les îles anglo-normandes ?

Anonyme a dit…

Et perso, j'ai l'intention de me faire vacciner, pas uniquement par esprit de contradiction (quoique...), mais aussi parce que j'ai dans mon entourage une personne de 96 ans qui m'est très chère, et dont je ne me pardonnerais jamais d'avoir pu involontairement abréger ses jours.

Comme je n'ai pas encore reçu de ticket, je compte me pointer la gueule enfarinée dans le centre de vaccination le plus proche de chez moi. S'ils me font des difficultés, je leur rappellerai que le ministre de la santé a dit qu'on pouvait y aller sans avoir été invité.

J'attends avec une curiosité certaine le fonctionnaire pète-sec qui est bien foutu de m'expliquer qu'il en a rien à foutre, du ministre, et que si on n'a pas de ticket, faut attendre son tour. Bien que ça ne se bouscule pas au portillon, apparemment...

Ah ! Chez moi, ils ont carrément mis des panneaux "en dur" pour indiquer les centres de vaccination, des trucs en métal exactement comme les panneaux de signalisation routière... Je suis bien content de voir où passent mes taxes locales.

Rebellocrate a dit…

@ Robert Marchenoir:

sur le peuple qui verrait des complots partout, vous oubliez de mentionner qu'il existe quelques antécédents bien salés.

On pourrait citer le nuage de Tchernobyl en 1986 pour lequel le gouvernement avait fait intervenir force scientifiques, médecins et autres symboles de l'autorité médicale pour nous assurer que le risque était nul et que l'on pouvait se baffrer de fruits et légumes fraichement arrosés de cesium 137.

Rappelons aussi que le dernier épisode de vaccination de masse concernait l'hépatite B, imposée à toute la jeunesse de France à coup de désinformation éhontée. J'étais au lycée en ce temps là, je me rappelle parfaitement du discours propagandiste relayé par les médias racontant que la transmission du virus pouvait s'effectuer en buvant dans le même verre qu'une personne malade, ce qui est bien évidemment complètement faux.

D'épidémie il n'y eut point, mais de profits gigantesquissimes pour le laboratoire retenu ainsi que pour l'entourage d'un certain personnage politique à l'époque en charge de ce dossier, il y eut.

Alors les vaccins chaudement recommandés par l'état pour une maladie que personne n'a encore vue (j'habite dans la région la plus contaminée officiellement et je ne connais personne qui ait eu cette grippe.. enfin ce n'est pas comme si l'était manipulait les chiffres, après tout il n'y a que 367 burqas en France, l'immigration n'a pas augmenté depuis 1930, et la délinquance est en baisse), permettez moi d'émettre quelques doutes.

Anonyme a dit…

Rebellocrate :

"Une maladie que personne n'a encore vue"... "Je ne connais personne qui ait eu cette grippe"...

Bah oui. Si vous ne connaissez personne qui a eu la grippe porcine, ça veut dire que la grippe porcine n'existe pas. Au-delà de votre entourage immédiat, le monde extérieur est une illusion, ou un complot.

Moi, je ne connais personne que Tchernobyl ait rendu malade. Et puis la radioactivité, je ne l'ai jamais vue. Ca veut bien dire que Tchernobyl n'a jamais présenté aucun danger, et que la radioactivité est inoffensive. D'ailleurs, je ne connais personne qui soit mort dans un accident de la route, non plus. Donc les accidents de la route, hein, c'est un vaste complot gouvernemental. Ca n'existe pas.

Individualisme radical + mépris affiché de la science et de la raison = destruction de la civilisation.

La régression des mentalités contemporaines est véritablement effrayante. On est revenus au Xème siècle après J.C., à la louche. Et encore : même à cette époque, personne ne prétendait que quelque chose n'existait pas sous prétexte que cette chose lui était invisible ou inconnue.

Contrairement aux bêtises anti-chrétiennes des Festivus occidentaux, la religion, non seulement n'était pas un facteur d'irrationalité, mais elle favorisait la démarche scientifique.

Au fait, le fils de Baron Bodissey, l'auteur américain du blog contre-djihadiste de référence Gates of Vienna, a failli mourir de la grippe porcine il y a quelques semaines. Il se remet lentement.

Mais je suppose que les Etats-Unis non plus n'existent pas, puisque d'ici, on ne peut ni les voir ni les toucher.

Rebellocrate a dit…

Vous faites exprès de d'appuyer sur une formulation maladroite (je ne nie pas l'existence de la grippe, j'affirme juste que son impact réel est faible) pour discréditer d'emblée tous le reste.

Vous évitez soigneusement de répondre sur le plus important, à savoir la dernière vaccination de masse en date dont on sait maintenant qu'elle était absolument inutile et que les arguments utilisés pour la justifier étaient mensongers.

Après, je suis d'accord avec vous sur l'attitude du personnel médical.

Je ne méprise pas la science, je me soigne comme tout le monde en me rendant chez mon pharmacien, cela ne m'empêcherait pas de demander des explications à mon médecin si celui-ci me prescrivait des traitements inadaptés à mes pathologies.

Là en l'occurence, quand "la science" s'exprime à travers le Ministre de la Santé, tout de suite, je prends du recul.

Pour votre information et sauf si c'est déjà fait, vous pouvez vous pointer dans n'importe quel centre et ils vous vaccineront sans le sacro-saint formulaire émis par la vénérable CPAM.

Je vous conseille d'y aller à l'heure où les gens mangent, c'est désert.

fboizard a dit…

Vous savez, il arrive à Bob de montrer une certaine mauvaise foi, mais il a bon fond.

Rebellocrate a dit…

Marchenoir est un commentateur talentueux dont j'apprécie les interventions donc aucun problème.

Je suis moi aussi pour le droit opposable à la mauvaise foi passagère.