mercredi, juin 16, 2010

Apéro saucisson-pinard à la Goutte d'Or : une victoire à la Pyrrhus

L'interdiction par la préfecture de police de Paris de l'apéro saucisson-pinard (apéro à l'appel d'associations laïques aussi et pas seulement de groupes identitaires) est une victoire à court terme :

> on a enfin parlé du trouble à l'ordre public que constituent les prières collectives dans les rues de Paris. Sujet occulté par les journaux bien-pensants. Peu à peu, la réalité ne peut plus être cachée.

> même les plus aveugles constatent que les autorités prennent parti. En effet, une solution équitable aurait été d'interdire les deux provocations, c'est-à-dire d'interdire aussi les prières publiques.

Mais cette victoire est grosse de défaites ultérieures : les positions se cristallisent et il est clair que l'appareil d'Etat est contre les Français de France.

J'en profite pour répondre à une objection : on me dit que je fantasme parce que, à coté des centaines de milliers de non-intégrés qui me préoccupent, il y a des millions d'immigrés qui s'intègrent (ce dont je me réjouis).

A cela, je réponds en deux parties :

> d'une part, je pense que les fauteurs de troubles sont plus nocifs pour la France que les immigrés qui s'intègrent ne sont bénéfiques. Bref, je suis persuadé que le bilan de l'immigration africaine et nord africaine (puisque c'est celle-là qui pose problème) est négatif, la France se porterait mieux si il y avait moins d'immigrés.

JP Gourevitch l'a montré sur les questions économiques. Quant aux aspects non-économiques, c'est un jugement subjectif de ma part dont j'admets la fragilité, mais je suis persuadé que dans la plupart des domaines, il en est ainsi, je pense notamment à l'éducation.

> d'autre part, je doute que ces immigrés dont on me vante l'intégration ne soient pas susceptibles d'avoir une influence néfaste, en prenant parti pour la racaille sans en être eux-mêmes, ou en restant simplement neutres là où le parti de l'ordre aurait besoin de soutien.

J'ai une anecdote en tête : une femme, d'origine immigrée, était vraiment gênée par des «jeunes issus de l'immigration» qui faisaient du tapage tous les soirs, au point de l'empêcher de dormir, au point qu'elle commençait à avoir des problèmes au travail. Elle finit donc par appeler la police, qui, ô miracle, intervient. Quelle ne fut pas ma surprise de l'entendre aussitôt prendre la défense de ces «jeunes», avec la sempiternelle excuse du racisme de la France, alors qu'elle venait elle-même d'appeler la police !

Les êtres humains ne sont pas rationnels et je pense que les liens culturels et ethniques pèsent beaucoup plus lourd qu'il est convenable de l'écrire dans les journaux bien-pensants.

L'affirmation hitlérienne «La race explique tout» est stupide, mais l'affirmation à la mode «Les races n'existent pas» est son symétrique en stupidité. Il est bien difficile dans notre monde où «la pensée» se réduit à des échanges d'insultes et d'anathèmes de maintenir une position complexe sur ce sujet épineux.

Un article :

Saucisson et pinard interdits, prière musulmane autorisée

1 commentaire:

Anonyme a dit…

"On me dit que je fantasme parce que, à coté des centaines de milliers de non-intégrés qui me préoccupent, il y a des millions d'immigrés qui s'intègrent (ce dont je me réjouis)."

Oui, c'est l'une des plus beaux fleurons du catalogue des réponses automatiques.

Autrement dit, la politique, la vie en société, la vie tout court, ce serait une espèce de Monopoly démocratique et sondagier : en dessus de 50 % tu passes, en-dessous de 50 % ça compte pas.

Outre que cette analogie stupide ne reflète même pas la réalité de son modèle (il n'est pas nécessaire de faire 51 % pour peser en démocratie), elle témoigne du caractère totalement virtuel de ce qui passe pour la pensée politique contemporaine.

Des centaines de milliers de musulmans non intégrés, c'est déjà l'effectif d'une armée.

Les armées ne gagnent pas à la majorité absolue des inscrits sur les listes électorales. Les armées gagnent en faisant leur boulot d'armée : foutre le bordel, mettre le feu, déchaîner la violence, tuer l'ennemi, détruire ses biens et s'emparer de ses territoires.

Ca vous rappelle quelque chose ?