samedi, octobre 09, 2010

L'éventail de Lady Windermere (1925, Lubitsch)

Il est rare que je conseille un film muet. D'abord, parce que j'en vois peu ; ensuite parce que je me méfie : je rencontre des gens qui n'arrive pas à regarder un film en noir et blanc sous-titré, alors un film muet ...

Mais quand tout est dit, les films en noir et blanc sont meilleurs que les films couleur (1) et les films muets meilleurs que les sonores. Parce que les contraintes de ces films obligent les réalisateurs à des prouesses.



*********
(1) : y a-t-il un film couleur qui surpasse Casablanca ou Assurance sur la mort ?

1 commentaire:

Didier Goux a dit…

Il y a surtout que, privé de la parole, le cinéma était contraint d'inventer son propres langage et, donc, de se donner les chances de devenir un art à part entière. L'arrivée du parlant a mis fin à cette obligation et c'est sans doute dommage.