jeudi, novembre 04, 2010

OGM : funeste victoire des obscurantistes

L'INRA a décidé de cesser ses recherches sur les OGMs. C'est une catastrophe pour l'agriculture française.

Or, il n'y aucune justification scientifique, économique ou politique à cet arrêt des recherches.

La seule justification est médiatique, émotionnelle et politicienne ; c'est-à-dire ce qui se fait de plus bas, de plus bête, dans l'espace public. Comme remarque la directrice de l'INRA, «ce sont les mêmes personnes qui nous expliquent que les OGMs sont diaboliques et qui, se rendant dans des conférences aux Etats-Unis, mangent des OGMs sans hésitation.»

Les OGMs progressent et tiennent certaines promesses. Rappelons qu'il y a déjà des millions d'hectares d'OGMs cultivés dans le monde depuis quelques années déjà, nous commençons à avoir du recul. Les OGMs sont l'avenir de l'agriculture et déjà une partie du présent.

Bien sûr, l'agriculture française n'en mourra pas. Elle continuera juste à décliner, en restreignant ses choix.

Cette «victoire» des bovésistes est une défaite de la pensée analytique dans ce qu'elle a de plus élevé : l'objectivité, le jugement, la décision dans l'incertitude.

Dans notre monde, tout est écrit (sur La Lime !). Même, en 2005, qu'il faut désobéir à Bové, mais qui lit les bons livres dans le foutoir d'informations qui nous cerne ?

Cette décision désastreuse a été couverte par le tintamarre des broutilles habituelles. Pauvres de nous.


(photographie : lumière de l'intelligence française)

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Entre les barbus, les moustachus et les crânes rasés, on est mal barrés.

Anonyme a dit…

Quel est le comble du fonctionnaire ? Le fonctionnaire-chercheur qui non seulement ne trouve pas, mais décide de pas chercher, et qui en est fier, et qui l'annonce bien fort.

Après, on va nous dire que les fonctionnaires paresseux, c'est un cliché, de la stigmatisation, toussa.

Curmudgeon a dit…

Je ne sais pas si, dans leur globalité, les fonctionnaires-chercheurs sont des veaux marins. J'ai des doutes. Ce qui serait intéressant, c'est de voir comment des décisions de ce genre sont prises. [Voir la pression idéologique dans le témoignage que je cite à propos de la pétition anti-Courtillod/Allègre, témoignage que j'ai trouvé reproduit sur un blog]. Dès l'instant que vous avez des "grands organismes de recherche" trop dépendants de l'Etat (ou d'autres entités), vous avez mécaniquement des effets pervers. Déjà, au départ, vous avez des "grands axes de recherche", définis en partie sous l'effet de rapports de force entre ceux des chercheurs qui visent le pouvoir et jouissent d'une forte personnalité et de bons réseaux (ils peuvent penser aussi de bonne foi que leur domaine de recherche est le plus important du monde, mais c'est une autre affaire), et en partie sous l'effet d'idées à la mode, relayées par les politiques. A l'époque où les idées racistes étaient présentées comme scientifiques (épisode de l'histoire des sciences sur lequel une certaine discrétion règne), si on avait eu la lourde organisation actuelle de la recherche, les laboratoires de mesures crâniologiques et de raciologie statistique et autres aurait pullulé dans tout le monde universitaire (au lieu de demeurer à la portion congrue) sous l'impulsion des idées d'auteurs par ailleurs de réelle valeur sous d'autres aspects, comme Francis Galton ou Karl Pearson.

Libertas a dit…

Le site internet de l'INRA n'en dit rien. Cette info a-t-elle été publiée dans une dépêche d'agence de presse ?

Michel a dit…

Êtes-vous sûr de cette information ?

fboizard a dit…

http://www.futurespros.com/news/futures-news/interview-french-researcher-halts-development-of-gmo-crops-1000003807

J'ai trouvé des écolos jouent sur les mots (les maux ?) en disant que l'INRA interrompt juste la recherche de nouvelles variétés.

Mais à quoi bon continuer la recherche sur les OGMs si ce n'est pas trouver de nouvelles variétés ?

Pour en dire du mal ? Pour devenir experts dans les OGMs créer par d'autres ?

Anonyme a dit…

"Je ne sais pas si, dans leur globalité, les fonctionnaires-chercheurs sont des veaux marins."

Bin, non, Curmudgeon, vous connaissez bien l'adage contemporain : iadéconpartou.

M'enfin, force est de constater qu'il y en a un peu plus dans certains endroits qu'ailleurs. Un système génère des comportements, et favorise ceux qui y sont prédisposés.

Cela dit, c'est très mignon, un veau marin. A condition de pas l'avoir chez soi, et de pas avoir à le nourrir.

Anonyme a dit…

Il est intéressant de voir que la présidente de l'INRA semble regretter cette décision :

"Guillou said she feared the EU may lag behind in GMO technology, which aims to boost crop yields to feed the world's growing population, and that the beneficiaries of this aversion to GMOs will be the big international biotech companies."

En gros, elle dit : il n'y a plus de marché en Europe pour les OGM, parce que les consommateurs européens, les types qui regardent les étiquettes des paquets de chips dans les hypermarchés, n'en veulent pas.

Cela dit, s'ils n'en veulent pas, c'est qu'on leur a bourré le mou avec la propagande anti-OGM, et que l'UE a repassé une couche par-dessus avec ses règles cohn-bendistes.

Mais alors, pourquoi l'INRA ne fait-elle pas de la recherche sur les OGM à destination du reste du monde ? Ca pourrait permettre de rentabiliser un peu la recherche publique, non ? Et de soutenir des emplois de chercheurs, même payés par les impôts ?

Alors évidemment ce serait un peu con d'en faire profiter le Brésil ou l'Afrique et pas la France, mais on ne peut pas faire boire un âne qui n'a pas soif...

Théo2toulouse a dit…

Mais alors, pourquoi l'INRA ne fait-elle pas de la recherche sur les OGM à destination du reste du monde ?

La réponse est simple : si les gauchistes n'ont plus de pauvres à défendre, que vont-ils devenir ? Les pays pauvres sont un vaste marché pour ceux qui veulent prouver qu'ils sont exploités par les pays riches. Ils n'ont donc aucun intérêt à ce que la prospérité voit le jour dans ces contrées. Si la pauvreté dans ces pays recule, alors adieu aides internationales, repentance occidentale, mythes tiers-mondistes, toutes ces merdes sur lesquelles les gauchistes ont assuré, eux, leur prospérité.

Obsédé Textuel a dit…

"Mais alors, pourquoi l'INRA ne fait-elle pas de la recherche sur les OGM à destination du reste du monde ?"

Bonne explication de Théo.
J'en propose une autre, complémentaire.
Ils arrêtent de chercher tout simplement parce qu'ils sont largués, scientifiquement et technologiquement.