dimanche, décembre 19, 2010

Jacqueline de Romilly est morte

Jacqueline de Romilly est morte.

Sa défense acharnée de l'enseignement du grec portait en elle une vision de l'homme.

L'homme n'était pas un être déraciné livré aux pulsions utilitaristes de la société de consommation. L'homme avait des racines et devait pouvoir apprendre des choses qui ne servaient à rien (en apparence). C'est pourquoi il était important pour la dictature du Bien, toute au culte de l'immédiateté et de l'homme universel, déraciné, de «ringardiser» ce combat porteur de conceptions si opposées et si dangereuses.

Comprenez bien l'enjeu : apprendre le latin ou le grec, c'est apprendre des traditions européennes, toutes différentes des traditions orientales dont on nous répète à tue-tête qu'elles sont solubles dans l'Europe comme le miel dans le lait chaud. Apprendre la dignitas et la virtu, c'est être armé des moyens de dévoiler l'imposture de la bien-pensance.

L'honneur à la romaine n'a rien à voir avec le crime d'honneur à l'orientale. Les deux sont profondément incompatibles.

Mais voilà. Pour atteindre le bienfaisant oubli de nous-mêmes, il faut aussi bruler les livres. Tant qu'il restera un Bailly et un Gaffiot, le grec ancien et le latin pourront renaitre, comme l'hébreu, avec les valeurs qu'ils portent, cataclysme pour la bien-pensance.

40 commentaires:

Phoebastria a dit…

Un conformiste néolibéral qui fait l'éloge de Jacqueline de Romilly, on aura tout vu !

Votre société du fric n'est que la moderne version de la barbarie, celle qu'a combattu toute sa vie J. de Romilly.

Ne parlez pas de grec et de latin, ce n'est pas pour vous. Contentez-vous de l'anglais commercial, c'est plus de votre trempe.

Phoebastria a dit…

celle qu'a combattue

fboizard a dit…

«Un conformiste néolibéral qui fait l'éloge de Jacqueline de Romilly, on aura tout vu !»

Je suis patient avec vous, mais décidément, vous ne comprenez rien à rien.

Dites moi donc en quoi cet éloge de Jacqueline de Romilly est incohérent avec le reste du contenu de ce blog ?

Phoebastria a dit…

Jacqueline de Romilly a toujours combattu le libéralisme et la barbarie moderniste, dont on retrouve les effets tant chez les racailles d'en bas (banlieues) que chez les racailles d'en haut (traders, banquiers, eurocrates, mondialistes). C'était une enseignante normalienne, fonctionnaire depuis son intégration à l'ENS qui non seulement est gratuite mais rémunère ses étudiants. Un pur produit de l' "Etat-mama" sur lequel vous vomissez et éructez à longueur d'année.

fboizard a dit…

Comment faites vous pour être toujours à coté de la plaque ?

Croyez vous que la qualité des institutions que vous citez vient du fait qu'elles sont étatisées ?

Croyez vous que si J. de Romilly était née américaine, où les universités ne sont pas étatisées, elle eût été une piètre helléniste ?

Phoebastria a dit…

Avant, dans les années 1950 et les décennies antérieures, les universités américaines étaient gratuites. Donc oui elle aurait pu étudier le grec, mais sans le prestiqge de ses concours (consours général, ENS, agrégation... ). De plus, les pédagogistes ont sévi là-bas dès cette époque, ils lui auraient imposé de dégrader son esnseignement. Elle n'aurait pas pu faire de recherches en enseignant dans le secondaire, c'est incompatible (enseignants astreints 40h00 dans l'établissement, les enseignants américains ont le statut de vulgaires employés de bureau). Elle n'aurait pu transmettre sa flamme à des adolescents, ou au prix de l'abandon de sa thèse.

Après la lobotomie libérale reaganienne, elle n'aurait pas pu étudier, vu son milieu d'origine, à moins de gagner à la loterie ou de s'engager en Afghanistan.

Curmudgeon a dit…

Phoebastria : Objectivement FB ne peut pas être un "conformiste néolibéral", le libéralisme économique (baptisé néo-libéralisme, ou "capitalisme sauvage") étant présent dans la vie politique et économique française à dose homéopathique. Son conformisme consisterait donc à suivre un courant assez confidentiel.

Jacqueline de Romilly a combattu toute sa vie la société du fric. Bien. Comme vous le rappelez, en tant que normalienne, elle était payée pour faire des études. Bon. Payée par qui ? Par le ministère. D'où le ministère tirait ses moyens ? Du budget. Comment est-ce qu'on alimente un budget ? Par les impôts. Les impôts sont pris où ?

Aristote pensait qu'il y a une classe d'être humains qui étaient voués à être esclaves. La haute culture athénienne reposait (comme dans une majorité de sociétés anciennes) sur l'esclavage, et aussi sur la force militaire, sur le commerce, et sur les mines d'argent du Laurion. Qui exploitait les mines d'argent du Laurion ? Les esclaves. Selon un helléniste, l'espérance d'un esclave du Laurion était de cinq ans maximum.

Le grec et le latin, ça servait aussi à faire du commerce, exactement comme l'anglais commercial.

Polla khronia.

Curmudgeon a dit…

Phoebastria : Avant 1960, "les universités américaines" étaient gratuites ? Vraiment ?

JdR aurait pu étudier le grec, dites-vous mais "sans le prestige de ses concours" ? C'est une blague ? Comment ont fait tous les hellénistes allemands, anglais, et aussi américains, sans cette fameuse agrégation ? C'est le concours qui fait la valeur du spécialiste ? Les plus grosses grammaires de grec classique et de koinê néo-testamentaire dont nous disposons ont été rédigées en allemand et en

Curmudgeon a dit…

en allemand et en anglais.

Curmudgeon a dit…

Phoebastria : Même après Reagan, les étudiants américains brillants obtenaient des boursesn y compris dans les meilleures universités. Votre vision de l'Amérique vient d'où ?

Phoebastria a dit…

"Même après Reagan, les étudiants américains brillants obtenaient des boursesn y compris dans les meilleures universités. "

Bourses évidemment inférieures aux besoins réels, donc à compléter par des prêts.

Et pour les enseignants du secondaire, peu payés, pas de dispense de remboursement de prêt depuis Reagan. Le saviez-vous ?

On laisse l'enseignement aux subalterne dans les pays anglo-saxons, alors qu'elle a pu, en France, utiliser son savoir universitaire directement en collège.

Phoebastria a dit…

"Objectivement FB ne peut pas être un "conformiste néolibéral", le libéralisme économique (baptisé néo-libéralisme, ou "capitalisme sauvage") étant présent dans la vie politique et économique française à dose homéopathique. "

De même qu'un collabo romain, dans le village d'Astérix, serait minoritaire ! Il n'en serait pas moins collabo et ultra-conformiste, du côté de l'ordre établi !

Aujourd'hui, les collabos mondialistes sont heureusement minoritaires en France, mais cela n'en fait pas des originaux anti-conformistes pour autant ! Tout est question d'echelle !

Le plus grotesque, c'est de voir ces mêmes collabos se revendiquer "nationalistes" et fricoter avec le FN dont ils sont la négation même des valeurs.

Je préfère de loin un bon communiste qu'un bouffon qui hésite entre Sarkozy et Le Pen en s'imaginant que Le Pen est un Sarkozy en plus dur... Tout simplement parce que Sarkozy, c'est la négation même de Le Pen.

Qu'on se le dise : les petites frappes atlantistes, libérales, les néocons, les petits commerciaux ratés qui voudraient une politique antisociale, nous n'en voulons pas au FN ! Qu'ils dégagent. Un seul ancien communiste d'Hénin-Beaumont vaut bien plus que mille de ces dégénérés !!

daredevil2007 a dit…

Je vous admire, Franck, d'être encore capable de répondre à de telles inepties...

daredevil2007 a dit…

idem pour Curmudgeon (au fait, me permettez-vous de vous demander par simple curiosité d'où vient votre surnom?)

Phoebastria a dit…

"Je vous admire, Franck, d'être encore capable de répondre à de telles inepties..."

Et c'est quoi vos arguments pour dire que ce sont des inepties ?

Le vide, apparremment.

Phoebastria a dit…

En gros, Dardevil veut rester avec sa secte et ne supporte la moindre immixion de dissidence.

C'est le propre de l'imbécile de taxer d'absurdité ce qu'il ne comprend pas parec que cela sort de son schéma mental. Schéma mental formaté dans une école de gestion à la gomme, voilà qui veut tout dire.

Voir l'inculture tenter de récupérer la culture, voilà bien une imposture immonde.

daredevil2007 a dit…

Non, c'est vous qui représentez le vide, mon cher, par toutes les perles de verre que vous enfilez à chacune de vos interventions...
Commencez par lire des ouvrages sérieux sur le libéralisme que vous conspuez et ensuite vous pourrez réellement prétendre à en parler...

Archibald a dit…

Point de vue à étudier que celui de Phoebastria. Une bonne occasion de se limer la cervelle.

Même si c'est hors-sujet, comment peut-on croire au libéralisme économique (à grande échelle, je ne parle pas du petit commerce)et croire que la patrie charnelle a un avenir?

Pour faire fonctionner une société libérale économiquement sans des échanges commerciaux permanents. Ce qui est donc une société de consommation où il faut bien expliquer au crétin de peuple que sa vie serait infiniment meilleur si l'avait une audi, un i-phone, une tv à rétroéclairage par led, un n'importe quoi, tant que c'est à la mode et que c'est cher.

Parce que c'est bien ça la société libérale. C'est bel et bien une société où l'enrichissement personnel est sur-valorisé. Si l'on veut que cette société fonctionne il faudra exploiter de plus en plus les ressources naturelles, les ressources humaines. Il faudra ouvrir de nouveau marché, séduire ou conquérir. S'ouvrir à l'étranger avec des sourire en façade et un couteau dans le dos. Parce que ceux qui se seront enrichi en voudront toujours plus. C'est normal, c'est ce désir sans fin de possession qui fait la société de consommation. C'est son moteur.

La mondialisation est la conséquence logique de ce projet politique, puisqu'il doit s'étendre sans fin pour survivre.

Evidemment, on peut promulguer des millions "d'amendement". On ne commerce qu'entre Européens. On interdit l'immigration massive, on fait ressurgir les valeurs moral (comme des sales hypocrites, puisque pour faire vendre il faut flatter les pulsions (ex=il a l'audi,il aura la femme... souvenez vous de la pub pour cadre fraichement enrichi du début des années 90))... etc...

Mais s'il faut trafiquer une idée pour qu'elle tienne debout... c'est un peu comme les lois françaises qui sont tellement modifié qu'elles sont quasi non-applicable.

Bref, mr Boizard, je pensait tout haut sur votre blog. Au plaisir de lire votre éventuelle réponse à ma prose bancale ou d'être effacé :)

Curmudgeon a dit…

Je croyais être un vieux bougon (c'est ce que veut dire Curmudgeon en anglais), mais j'ai l'impression d'être d'une sérénité de bodhisattva par rapport à Phoebastria, lequel est constamment dans un état de rage folle, libérant à tout propos des jets de vapeur brûlante. C'est ça le style du FN ?

Archibald : Si je veux être moine dans une société d'économie de marché, je peux l'être. Si je veux donner de l'argent à telle institution qui a ma sympathie, je peux le faire. Si je refuse d'avoir un téléviseur, je peux le faire. Si je préfère acheter un CD de Debussy plutôt qu'un CD de rap, je peux le faire. Je préfère une "société de consommation" à une société de pénurie, comme le furent les sociétés anciennes, ou comme le deviennent rapidement les sociétés socialistes. Je préfère une société où mon voisin, qui a les moyens, aime s'acheter une Audi, qui, personnellement me laisserait froid même si je pouvais me la payer, à une société dans laquelle des apparatchiks, relayés par des ligues de vertu, décident à ma place ce que je dois aimer. Bref, il faut me présenter une alternative plus séduisante. Laquelle ?

Baudricourt a dit…

T'es qu'une merde t'as pas le droit d'avoir de l'admiration pour madame de Romilly ! LOL !

Moi qui suis encore plus simplet que l'ami Fboizard, devrais-je me contenter de Lady Gaga ?

Niveau concours de bites, entre celui qu'aura la plus grosse voiture ou le plus gros diplôme...
D'autan qu'on trouve toujours un jour plus membré que soi...

Enfin, quand Phoebastria sera professeur au Collège de France,
Nous en reparlerons.

fboizard a dit…

Archibald,

Le véritable libéral est modeste, ce n'est pas un idéologue. Il ne croit pas qu'un monde parfait peut sortir tout armé de son puissant cerveau.

Il est pragmatique et empirique, il respecte ce qui a reçu l'onction des siècles, comme les nations.

Vous avez l'entendement brouillé par l'idéologie libérale à l'américaine, qui est un messianisme prétendant résoudre tous les problèmes du monde.

C'est le pendant du communisme, comme il a la religion de l'Homme, cet être sans racines. Il rêve de cet homme nouveau et travaille à le faire advenir.

Flora Montcorbier a écrit un livre brillant sur le sujet Le communisme de marché. Je n'ai pu le lire tout entier tant il est indigeste, c'est dommage car il recèle beaucoup d'idées fort intéressantes.

Il fait partie de ces livres que je garde à portée de la main pour le jour où je serais dans de meilleures dispositions.

Curmudgeon a dit…

Attention, quand Boizard parle de l'idéologie libérale américaine, s'il a à l'esprit les "liberals", alors ça désigne la gauche, qui va d'un para-keynesianisme modéré jusque, parfois, au marxisme.

Curmudgeon a dit…

Pour bien saisir l'esprit du libéralisme, il faut quasiment l'aborder par son soubassement philosophique. Donc accorder une importance cruciale aux systèmes auto-organisés, dont les philosophes des Lumières écossaises du XVIIIe siècle ont eu une claire intuition. C'est cet ordre spontané, résultat d'une myriade d'interactions, dont Adam Ferguson disait qu'il était "the result of human action, but not the execution of any human design". La métaphore de la "main invisible" d'Adam Smith n'est malheureusement pas la meilleure pour en faciliter l'appréhension. La saisie intuitive de ces systèmes spontanée est vieille comme le monde, mais son émergence à la pleine lumière de la conceptualisation est assez récente. Une bonne partie des élites peine encore à les accepter, étant plus portée vers les systèmes obtenus par activisme constructiviste bien planifié, qui ont évidemment leur pleine légitimité par ailleurs.

Les résultats de ces interactions se se trouvent dans les systèmes, en changement perpétuel, des mœurs, du droit jurisprudentiel, des langues, des marchés. Il faut ensuite, concernant le système du marché, bien comprendre que dans les interactions, la recherche de mon "self-interest" n'est pas nécessairement de l'égoïsme, "selfishness", comme des moralistes hâtifs et superficiels s'en sont persuadés.

Phoebastria a dit…

Ce que vous décrivez - avec la théorie de la main invisible que nous connaissons tous - se retrouve aussi dans le structuralisme ; mais au moins cette doctrine assume-t-elle la négation de la liberté humaine qu'elle implique.

Autrement dit, si on vous suit, nous avons des actions libres à l'échelle individuelle et à l'échelle collective il en émerge des structures sur lesquelles l'individu ne peut avoir prise. Le principe des libéraux est de ne pas intervenir sur ces structures ; Hayek est même un extrémiste de cette position.

Le fondement de cette philosophie est le déterminisme : tout ce qui se passe à l'échelle individuelle a des conséquences que aux échelles supérieurs. Un peu comme l'ensemble des proprités et mouvements des atomes déterminerait ce qui se passe à l'échelle macroscopique.

Or, tant en physiques qu'en sciences sociales, cette position est obsolète et abandonnée ; vous avez minimum 50 ans de retard. La physique quantique et les émergences comme les structures biologiques montrent qu'il est impossible de déterminer les propriétés d'un tissu, d'un organe, d'un individu et encore moins d'un écosystème à partir de l'échelle atomique.

De même, les structures collectives émergentes ne sont pas la somme de nos actions individuelles. C'est tout l'enseignement de la nouvelle conception des sciences qui se fait jour au XXIème siècle et que vous éludez. Edgar Morin essaie de vulgariser, non sans mal, cette posture.

Or, précisément, pour agir sur les superstructures qui ne sont pas à l'échelle individuelle, il faut des outils qui soient aussi à la bonne échelle. Ce sont nos communes, nos régions, nos nations, nos Etats. Les rejeter, alors qu'ils constituent le mode d'action de la liberté humaine aux échelles dépassant l'individu est tout simplement nier la liberté humaine, ou du moins la réduire aux seules actions individuelles.

C'est bien là le coeur du NEOlibéralisme : faire en sorte que les gens s'ioccupent de leur petite vie mais surtout pas de la société, du monde, qui est censé s'auto-organiser. C'est une position radicalement anti-démocratique et intellectuellement fausse, foireuse.

C'est sur un principe proche, celui de la "généralité" que la Révolution Française, une fois dévoyée, a voulu démolir (à travers les lois Le Chapelier, qui, quoiqu'en dise FB, n'avait rien de socialiste mais était bien libéral) l'ensemble des structures dépassant l'individu : guildes, corps de métiers, syndicats, associations. Le pragmatisme et le bon sens ont mis un siècle à s'imposer (avec la loi de 1901).

C'est précisément parce que je connais les bases dont vous parlez que je combats le libéralisme, surtout dans sa forme contemporaine dégénérée, le néolibéralisme, qui n'est plus qu'une doctrine vulgairement économiste : elle a nié le libéralisme politique pour devenir répressocrate, d'où son alliance avec les conservateurs. Cela a donné le néoconservatisme. Ne me dites pas que ces deux côteries ne sont pas profondément liées !

Anonyme a dit…

"Nous n'en voulons pas au FN" (Phoebastria)

Syndrôme gauchiste typique : le "nous" de majesté de l'infinitésimal anonyme qui se prend pour le maître du monde.

Phoebastria, puisque vous êtes visiblement le fondé de pouvoir de Jean-Marie le Pen, pouvez-vous "nous" expliquer pourquoi, aux élections présidentielles, le programme du Front national comprenait l'une des réformes les plus outrageusement ultra-libérales qui soient, à savoir le chèque-éducation ?

Théo2toulouse a dit…

"C'est ça le style du FN ?"

Non, c'est celui d'Audiard.

"Le grec et le latin, ça servait aussi à faire du commerce"

Le grec, ça servait aussi à faire de la philosophie, comme en témoigne Cicéron, qui faisait honte aux Grecs de si bien parler leur langue. Bien sût, il l'avait étudiée à Athènes, ville internationale et ouverte, alors que Sparte à son époque, élitiste et très fermée, n'était plus qu'un souvenir.

"en allemand et en anglais."

Idem pour les dictionnaires. Le plus complet à ma connaissance est celui de Liddell, Scott et Jones, qui se nourrit des apports de l'épigraphie grecque et qui est régulièrement remis à jour.

Phoebastria a dit…

Le chèque éducation fait partie des vieilleries abandonnées ; désormais la politique éducative du FN - notamment via Oriane Borja - se tourne dans la lutte contre le processus de Lisbonne et la vision mondialiste de l'éducation. Le chèque-éducation fait partie des idées qui introduisent subrepticement l'entrée des écoles coraniques : c'est poubelle. Les enfants de Marine Le Pen vont tous à l'école publique.

fboizard a dit…

Super ! Vous confirmez mes pires craintes concernant le FN, à savoir qu'il est incapable de lier immigration et État-providence.

Si tous les militants du FN sont aussi doués que vous, Marine Le Pen sera présidente de la République en 2057 ( si tout va bien).

Phoebastria a dit…

Le FN n'est pas pour la casse sociale mais pour réserver les droits sociaux aux Français.

C'est ce qui nous distingue de l'extrême-droite ultralibérale qui est groupusculaire en France.

Présentez-vous contre Marine, qu'on rigole.

Anonyme a dit…

"Le chèque éducation fait partie des vieilleries abandonnées."

Des vieilleries ? En 2007 ? Donc, en 2007, le Front national était ultra-libéral selon vos propres critères, et en 2010, il est subitement devenu -- sous l'impulsion du Führer Phoebastria, sans nul doute -- furieusement anti-libéral ?

Il faudra trouver autre chose que ça pour vous en sortir...

Anonyme a dit…

"Un conformiste néolibéral qui fait l'éloge de Jacqueline de Romilly, on aura tout vu !"

"Votre société du fric n'est que la moderne version de la barbarie, celle qu'a combattu toute sa vie J. de Romilly."


Processus réthorique typique de l'arrogance gauchiste. Vu mille fois un peu partout.

Phoebastria se permet à la fois de dire que Franck Boizard ne pense pas ce qu'il pense, et de mettre dans la bouche de Jacqueline de Romilly des idées qu'elle n'a jamais exprimées. Comme elle vient de mourir, c'est très pratique ; elle ne pourra ni approuver ni démentir.

Nous devrons nous en tenir au grand connaisseur de l'oeuvre de Jacqueline de Romilly qu'est à l'évidence Phoebastria. Nous savions déjà que nous avions affaire au fondé de pouvoir de Jean-Marie le Pen. Voilà que se révèle, dans ces colonnes, l'exécuteur testamentaire de Jacqueline de Romilly. Un homme de tous les talents.

Les dictateurs au petit pied genre Phoebastria savent, mieux que leur voisin, ce que leur voisin pense ; y compris quand il dit le contraire ; y compris quand il ne dit rien.

C'est très pratique pour les dénonciations et les listes diverses.

Vous feriez un excellent chef de pâté d'immeubles en régime communiste, Phoebastria.

Anonyme a dit…

"Le FN n'est pas pour la casse sociale." (Phoebastria)

Hahaha, le vocabulaire communiste typique...

La France, c'est l'URSS qui a réussi (provisoirement). La preuve : en France, même l'extrême-droite est communiste !

On est vraiment très forts, nous les Français ! Personne dans le monde ne sait faire ça ! Ailleurs, il y a des pays qui sont plutôt à gauche, d'autres plutôt à droite, d'autres qui sont partagés entre la gauche et la droite... Chez nous, les fous furieux de l'extrême-gauche se réclament de l'extrême-droite !

Putain, on est les meilleurs ! Quel talent ! Champions du monde ! Vive l'exception culturelle française !

Phoebastria a dit…

"en France, même l'extrême-droite est communiste ! "

N'importe quoi. Vous inversez tout.

Vous êtes tellement extêmiste dans le libéralisme que, pour vous, être un tout petit peu social est "communiste".

Je vous renvoie toute votre paranoïa. J de Romilly est, je le répète, un pur produit de l'école publique, elle est un pur produit de l'URSS selon vos critères de malade. Je ne suis pas sûr que ça se soigne, à ce stade, d'ailleurs. Quant à l'étranger, même les étudiants de droite, en Angleterre, manifestent contre la saloperie qui leur est faite. C'est le propre des conformistes mondialocrates que de nous sortir "partout ailleurs dans le monde ; il n'y a qu'en France" et autres formules de publiciste mal dégrossi.

Par ailleurs, je ne me revendique pas d'extrême-droite, je suis populiste, poujadiste, francouillard, nationaliste, avec des idées partagées entre gauche et droite. Donc communiste pour vous, puisque pour vous est communiste quelqu'un qui a ne serait-ce 1% d'idées classées "à gauche".

Le chèque-éducation est un truc qui a traîné avec d'autres inepties (comme les universités payantes) dans le programme des années 1980. Les programmes ont été copiés-collés pendant des années avant d'être nettoyés peu à peu et ils le seront encore avec Marine.

Quant à vos délires sur ma "dictature" et mes procédés, je vous les renvoie. C'est vous qui vous appropriez J de Romilly en l'utilisant pour illustrer des idées qui ne sont pas les siennes. Ma femme est prof de grec, Romilly défend la civilisation, pas la société du fric et le veau d'or, incompatibles avec la cultiure. Vous inversez tout, le petit dictateur, ou plutôt le petit "manager", spécialiste de la manipulation mentale pour escroquer les gens, le petit commercial à 2 balles, bref, toutes ces formes de dictature "modernes", c'est vous.

Wardiplomat a dit…

Vraiment rigolo cette discussion. Chacun traite l'autre d'abruti ou de dégénéré. 
 Je pense qu'on est vraiment bien parti pour construire tous ensemble, main dans la main, un "projet de société", un "monde meilleur", un "monde plus juste" ! 
J'aime bien les discussions type café du commerce, mais là, il faut admettre que ça devient ridicule et inutile. Pendant que nous dissertons tels des "Rousseaus du ruisseau" sur le libéralisme et l'apprentissage des langues mortes à l'école, le monde continue de tourner et les chinois travaillent.

J'admire beaucoup Jacqueline de Romilly pour sa finesse littéraire et son érudition, mais il s'agit d'une figure du passé. Les gens n'ont plus envie de lire Platon et Aristote. Ils veulent gagner des sous et envoyer leurs enfants dans une école de commerce. 
Par ailleurs, tout le monde se fiche de ce que pense Marine Le Pen. La politique c'est bidon ! C'est l'économique qui prime de nos jours. La fin de l'histoire ! Fukuyama et cie ! 
Je lis ce blog régulièrement parce qu'il est très divertissant et que les commentaires sont marrants. Mais après, je retourne sur ma page Facebook pour mettre à jour mon profil.
Alors pardon Jacqueline ! Je suis un enfant dégénéré qui n'a jamais appris le grec ancien et qui a lâchement abandonné l'apprentissage du Latin quand il est entré en seconde. Aucune conviction politique sérieuse, aucune discipline intellectuelle, juste un cerveau formaté pour gober des informations sur internet et faire tourner la machine économique. Voilà ce qu'est le libéralisme ! Est-ce dégueulasse ? Non. L'espèce humaine prolifère et nous avons envoyé des gens sur la Lune. C'est un système qui fonctionne. 
Après, il y a toujours des frustrés qui se plaignent du manque de spiritualité de l'époque moderne, de la disparition des traditions, du relâchement des moeurs et de la dégénérescence civilisationnelle. 
A ceux là, je leur réponds: nous sommes modernes ! Notre regard est tourné vers l'avenir et pas sur le passé. Demain sera toujours meilleur qu'aujourd'hui et hier. 
Bienvenu dans la vraie vie.

Phoebastria a dit…

Au moins Wardiplomat assume-t-il pleinement sa vision du mode.

Et de mon côté, j'assume pleinement être de ces "frustrés qui se plaignent du manque de spiritualité de l'époque moderne".

Anonyme a dit…

Je rebondis sur le dernier paragraphe de Wardiplomat, si juste, pour rappeler comme l’ami Curmudgeon, que l’avantage d’une société libérale, c’est qu’elle permet à chacun de faire ce qu’il veut de sa vie…

Vous manquez d’estime de vous-même et pensez résoudre vos problèmes en achetant une grosse Audi turbo-mazout avec des leds partout ? Libre à vous !
Vous vous prenez de passion pour l’histoire et la civilisation japonaise et décider de vous mettre à l’étude de la langue pour lire vos romans préférés dans le texte avant un grand voyage là-bas ? Pas de petit commissaire de la pensée et des actes conformes qui vous en empêche.
Vous êtes fondu d’opéra et mettez tout votre budget en chaines hi-fi et en voyages à Milan ou à Vienne ? Qui vous l’interdit ?
Vous êtes un malade de vieilles italiennes un peu rongées par la rouille mais aux qualités dynamiques intactes et à la sonorité incomparable ? vous êtes fou !

D’autres ont moins d’ambitions intellectuelles, pas de passions à assumer, et trouvent leur plaisir dans les achats compulsifs de biens de qualité médiocre ou dans la triste glande d’un samedi en jogging devant les séries de TF1. On peut bien entendu regretter la facilité de leurs penchants et occupations, mais qui êtes vous pour les juger ? Faites comme bon vous semble, transmettez à vos enfants les valeurs et la culture leur permettant de s’affranchir des travers les plus communs (médiocrité, paresse intellectuelle, jalousie, aigreur) et pour leur permettre d’être « le maître de leur destin ; le capitaine de leur âme », et laissez les autres faire leurs choix, quoique vous en pensiez.
Soyez l’exemple, pas la contrainte.

On pourra bien entendu regretter avec J. de Romilly que cette transmission de valeurs et de culture ne se fasse plus, ou si peu. Elle qui luttait « Pour l’esprit tout simplement. Pour l’effort d’attention, d’analyse, les idées, le gout, les habitudes d’esprit » que recèle l’étude du latin et du grec car « La pensée gagne en précision tout ce que le vocabulaire gagne en variété».
«Comment penser avec des concepts mous et flottants ?»
Extraits d’un discours prononcé à l’Académie, qui font écho à des discussions animées sur ce blog – et dont certains n'en ont pas tirer, semble-t-il, la substantifique moelle).

Théo2toulouse a dit…

"en France, même l'extrême-droite est communiste ! "

N'importe quoi. Vous inversez tout.

Robert Marchenoir a raison. Il y avait parmi les fondateurs du FN des anciens communistes passés au PPF de Doriot. On ne s'étonnera donc pas de profondes similitudes de vocabulaire avec le PCF.

Sans oublier que nombreux sont les électeurs du FN qui votaient jadis pour le PCF. Electeurs que les bien pensants se permettent d'injurier.

Le FN n'est-il pas le premier parti ouvrier de France selon les dires de son chef ?

"même les étudiants de droite, en Angleterre, manifestent contre la saloperie qui leur est faite."

S'ils sont de droite comme les bouffons de l'UMP, dites plutôt socialistes honteux, ce sera plus proche de la réalité.

Vous êtes donc de ceux qui trouvent normal que les pauvres qui n'iront jamais à l'université paient les études des des riches.

Anonyme a dit…

"Ma femme est prof de grec". (Phoebastria)

Le degré zéro de l'argumentation, si souvent rencontré de la part des gauchistes sur le Web. Je suppose, aussi, que "votre grand-père était un résistant" ? "Argument" qui se porte très bien en sautoir sur les blogs, également, pour prouver qu'on appartient au camp du Bien... J'ai lu mille fois de tels enfantillages.

Donc, votre femme est professeur de grec ; cela entraîne qu'elle possède la science infuse ; et cette science infuse, par conséquent, déteint sur vous par la voie conjugale ; vous en êtes le légitime propriétaire de façon héréditaire, en quelque sorte.

Ce qui fait que, dans quelque débat que ce soit introduit par le nom "Jacqueline de Romilly", eh bien vous avez raison en tout sans avoir besoin de rien justifier. Puisque votre femme est professeur de grec.

Votre épouse devrait vous indiquer quelques bons traités antiques de logique et de philosophie, cela pourrait vous être utile.

Cela dit, puisque vous vous réfugiez derrière votre femme, vous pourriez peut-être lui laisser la parole ? On pourrait peut-être discuter avec elle au lieu de vous, non ?

Comme ça, on pourrait évaluer, non seulement ses connaissances en civilisation grecque, mais aussi ses connaissances de l'histoire du libéralisme, qui ne font pas partie à ma connaissance du cursus de grec ancien ?

Parce qu'elle est peut-être une grande spécialiste, à ses heures libres, de l'histoire du libéralisme (tout est possible), mais voilà une connaissance, en tous cas, qu'elle ne vous a pas transmise...

Je ne sais pas, moi, mais il y a quelques années, se réfugier derrière la compétence (supposée) de sa femme, absente et inconnue de tous, pour marquer des points dans un débat, sans apporter le moindre argument pertinent à l'appui, aurait signifié se couvrir de honte...

Il y a des trucs qui m'échappent.

Ah, et puis il est très imprudent d'exciper de votre vie privée, sur le Web, en guise d'argument d'autorité. Vous ne savez pas à qui vous parlez. Il y a beaucoup de gens, sur Internet, vous savez. Y compris des spécialistes de la civilisation grecque...

Obsédé Textuel a dit…

" se réfugier derrière...sa femme, absente...aurait signifié se couvrir de honte..."


Robert.... Impérial !!

Libertas a dit…

Jacqueline de Romilly avait fondé l'association Sauvegarde des enseignements littéraires. De droite ou de gauche, libéral, conservateur ou socialiste, c'est une cause qui pourrait unir.