samedi, février 19, 2011

Le racisme est-il une opinion comme une autre ?

Admettons pour les besoins du raisonnement qu'Eric Zemmour (1) soit raciste. Ses opposants justifient sa condamnation et leurs demandes de censure par «le racisme n'est pas une opinion comme les autres».

Mais si, justement, le racisme est une opinion comme les autres.

Bien sûr, des massacres et des génocides ont été perpétrés au nom du racisme. Mais si cela constituait une raison suffisante d'interdiction, il faudrait aussi interdire le catholicisme, le protestantisme, l'islam et le communisme puisque de nombreuses atrocités ont été commises en leur nom.

Que, pour un anti-raciste, le racisme soit une opinion condamnable, je le comprends.

Mais de quel droit les anti-racistes imposent-ils leurs jugements de valeur à l'ensemble de la société ? Non pas, comme on essaie de nous le faire croire, au nom du droit, mais au nom de leur prépondérance politique.

Or, une prépondérance politique, ça se renverse, ça peut passer de mode. Si l'on admet que des opinions (je parle bien d'opinions, pas d'appels à la violence) puissent être condamnées en fonction du rapport de forces politique, demain, l'antiracisme deviendra peut-être illégal (2).

Les anti-racistes devraient y réfléchir à deux fois avant tenter l'escalade répressive. Cela pourrait se retourner contre eux.

*************
(1) : Eric Zemmour n'est «raciste» qu'en donnant une interprétation quasi-indéfinie du terme racisme. Si l'on montre ne serait-ce qu'un peu de rigueur dans l'emploi des mots, c'est une évidence qu'E. Zemmour n'est pas raciste.

(2) : le glissement vers la droite sur les questions de société est bien entamé, je ne sais pas quand il s'arrêtera.

Aucun commentaire: