dimanche, avril 24, 2011

«Je ne sais quelle France»

Ecoutez l'émission du 16/04 :

Répliques


A 41:30, Manuel Valls parle de «je ne sais quelle France», expression navrante qui montre bien qu'il est de gauche.

Renaud Camus répond très justement «moi, je sais quelle France». La France n'est pas un objet indéterminé : elle a un territoire, une histoire, une langue, une culture, une population. On peut discuter à la marge, mais elle est bien plus définie que la Belgique ou même l'Allemagne.

On remarquera que, comme beaucoup de médiatiques dénationalisés, N. Sarkozy, R. Yade, E. Besson (voir ce billet et ses commentaires), Manuel Valls est descendant direct d'immigré. Ce qui va dans le sens que je pense : l'intégration, qui est l'attachement charnel à la France, prend plusieurs générations. Tout le monde n'est pas Poniatowski ou de Broglie.

Bien sûr c'est tabou de le dire, mais il y a, à n'en pas douter, des Français qui sont moins français que d'autres. L'urbanisation aggrave peut-être ce phénomène : il est plus aisé, me semble-t-il, de s'attacher à une terre qu'à une ville.

Aucun commentaire: