mardi, janvier 31, 2012

François H. nous vante les vertus de l'oisiveté fonctionnarisée

Aucun commentaire: