mercredi, février 29, 2012

A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle

François Hollande justifie sa tranche d'impôts à 75 % au-dessus de 1 M€ de revenus par cet argument : à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle.

Je trouve cet argument excellent, c'est pourquoi je me propose de le ré-utiliser :

> à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle : diminution du nombre d'élus, à commencer par les parlementaire, d'un tiers.

> à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle : diminution du nombre de fonctionnaires d'un tiers.

> à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle : flat tax sur tous les revenus, capital et travail, de 20 %.

etc.


Pour justifier une mesure exceptionnelle, il ne suffit pas d'une situation exceptionnelle, il faut aussi que cette mesure soit bonne. Visiblement, ce détail a échappé à M. Hollande.

Non seulement les riches peuvent partir en quelques jours, mais les centres de décision peuvent partir en quelques semaines.

Je continue à rêver d'une France paradis fiscal. François Hollande rêve d'une France Corée du Nord. Evidemment, quand les rêves divergent à ce point, il y a peu de chances qu'on arrive à s'entendre.

D'autre part, j'ai "halluciné" en écoutant ce "débat" :

Le face-à-face du mardi Joffrin / Zemmour

Pas un pour dire, sur la radio la plus écoutée de France, cette chose élémentaire : taxer quelque revenu que ce soit à 75 %, c'est du vol et que tout Etat qui le fait ne peut plus être appelé démocratique.

Décidément, même Zemmour est aussi socialiste que les autres dès qu'il s'agit d'économie.

Aucun commentaire: