mercredi, juillet 11, 2012

François Hollande va-t-il «faire ce qu'il faut» ?

Plusieurs collègues - je les supporte autant qu'ils me supportent ! - me tiennent le raisonnement suivant : François Hollande est aussi menteur, retors et carriériste que François Mitterrand. Comme François Mitterrand, il prendra le «tournant de la rigueur» pour sauver sa place et et au nom de l'«Europe». Les syndicats, ces vendus à la gauche, n'oseront pas moufter et Hollande pourra se permettre dix fois ce qui aurait jeté la France syndicale dans la rue sous Sarkozy. «Hollande fera ce qu'il faut».

Je suis d'accord, François Hollande fera ce qu'il faut. Mais pour quoi ?

Pour repousser le problème de la dette devant lui, comme tous ces prédécesseurs depuis Giscard ?

Oui, j'y crois . Plus précisément, pour le repousser jusqu'en juillet 2017, après sa ré-élection. Il aura même le culot de de se présenter pendant la campagne électorale comme le capitaine Courage, qui «a pris des décisions difficiles mais courageuses».

Mais résoudre la crise de la dette ?

Certainement pas : il faudrait que ses camarades et lui renoncent à tout ce qu'ils sont, à tout ce qui a fait leur vie et leur carrière depuis l'ENA, il faudrait qu'ils renoncent au système étatiste social-clientéliste qui est la seule chose qu'ils connaissent. Je pense qu'ils ne sont même pas capables de l'envisager, qu'ils n'ont pas les outils intellectuels pour.

Il leur faudrait une mentalité reaganienne. Vous imaginez Hollande, Aubry ou Moscovici dirent : «L'Etat n'est pas la solution c'est le problème», franchement ?

Bref, ils sont gentils, mes collègues, mais je maintiens ma prédiction : banqueroute l'Etat français (1) entre 2017 et 2020.

**********
(1) : bien sûr, une inflation annuelle supérieure à 15 % peut tenir lieu de banqueroute déguisée.

Aucun commentaire: