jeudi, août 02, 2012

Presse : la pas si mystérieuse énigme islandaise


L'Islande est un pays qui devrait déborder de journalistes et d'enquêteurs.

En effet, elle a choisi la politique exactement contraire à celle pratiquée par les autres pays occidentaux en crise d'endettement : refus du sauvetage des banques (et des banquiers), dévaluation de la monnaie et répudiation de la dette, accompagnée d'une politique libérale de non-assistanat. Et ça marche.

On pourrait donc s'attendre à une pluie d'articles, frétillants de curiosité, sur ce petit pays singulier, si la mission réelle des journalistes était celle qu'ils affichent, l'information.

Hé bien, comme vous vous en doutez, pas du tout : quelques rares articles dans Le Figaro, Les Echos, l'Humanité et c'est tout.

C'est qu'en réalité, les journalistes réagissent, consciemment ou inconsciemment -je ne sais, comme si leur mission était le maintien du système actuel d'endettement et le sauvetage des banquiers (il n'est pas innocent que Libé et Le Monde soient détenus et dirigés par des banquiers).

Ce n'est guère surprenant : la désinformation et l'idéologie sont des maladies contagieuses. Dans un milieu aussi fermé que le journalisme, la contagion se propage vite et bien.

Des facteurs aident les journalistes français à accepter la maladie idéologique : 20 % d'abattement sur les revenus et 50 % de subventions aux journaux, cela oriente les curiosités dans le bon sens.

Aucun commentaire: