vendredi, novembre 02, 2012

«Exercer le pouvoir, c'est dur»

«Exercer le pouvoir, c'est dur» : voici la phrase que vient de prononcer François Hollande dans un entretien.

Elle est indécente par son apitoiement sur soi-même. Que je sache, il y a des «duretés» plus éprouvantes que de vivre comme un nabab sous les ors de la République payés par le moutontribuable (J'ai pensé ...).

D'autant plus indécent que c'est l'arroseur arrosé : M. Hollande ne reçoit pas le quart des attaques qu'il a fait subir à M. Sarkozy.

Mais c'est en quelque sorte la routine : je ne peux pas passer ma vie à expliquer que les politiciens sont la lie de notre société et m'étonner chaque fois qu'un politicard se montre scandaleusement indécent.

D'accord, j'admets qu'en matière d'indécence et de foutage de gueule, François Hollande est un champion du monde (il triche : les socialistes ont un camp spécial d'entraînement au foutage de gueule, ça s'appelle Solférino et François y a passé beaucoup de temps).

Non, ce qui m'inquiète vraiment, c'est l'incapacité à encaisser les coups en se tenant droit, sans venir brailler comme un veau. On n'imagine pas Clemenceau ou De Gaulle aller pleurnicher qu'«exercer le pouvoir, c'est dur». Le problème, c'est qu'Hollande, c'est une femmelette déguisée (mal) en homme (Hollande, président à pâte molle).

Les Français qui ont voté Hollande (des cons, tout de même) ont cru (pas trop fort) voter pour un homme d'Etat.

«Exercer le pouvoir, c'est dur» : bon, maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?

Réaction saine et de bon sens : «Coco, on a bien compris que c'était trop dur pour toi. Tu es venu, on a vu, tu as merdu. Alors, tu dégages et tu arrêtes de nous faire chier». Malheureusement, cette solution simple et de bon sens n'a aucune chance.

Deuxième solution : «On peut pas te virer, c'est bien dommage. Mais tu arrêtes : tu te mets dans ton coin et tu ne fais plus rien, façon Belgique sans gouvernement. Chaque fois que quelqu'un veut te voir, tu disparais sous ton bureau. Chaque fois qu'on te demande ton avis, tu fais le muet du sérail».

Hélas, toutes ces excellentes idées ont peu de chances. Il ne reste donc qu'à subir stoïquement Pleurnichard 1er, qui est aussi Revanchard 1er et Taxator 1er.

Ou à nous barrer ...

Aucun commentaire: