jeudi, janvier 24, 2013

«Mariage homosexuel» : pourquoi je suis opposé par principe à un référendum

Accepter un référendum sur le «mariage homosexuel», c'est verser dans le relativisme, c'est admettre que la vérité n'existe pas, que tout peut se discuter, que le réel est entièrement soumis à la loi de la majorité. On tombe à fois dans la dictature majoritaire et dans l'hubris juridique, croyant que le droit peut décider de tout. C'est donner raison à ce juge américain qui a décidé que π valait 3, tout comme le dictateur de 1984 décidait que 2+2=5.

Le mariage unit depuis la nuit des temps un homme et une femme, il ne peut en être autrement, sinon ce n'est plus un mariage, donc pas de référendum.

Réclamer un référendum peut être considéré comme de bonne tactique, mais c'est une mauvaise stratégie, car elle valide les valeurs relativistes de l'ennemi.

C'est pourquoi mon opinion sur cette proposition de loi nihiliste est simple : le retrait, rien de plus, rien de moins.


Aucun commentaire: