vendredi, février 01, 2013

Panique, début de la fin et fond de la piscine


Il y a à l'évidence de la panique au gouvernement : on insiste sur de douteux sujets dits «sociétaux» pour faire parler, de manière à masquer dans l'actualité la catastrophe économique.

Je pourrais m'en réjouir. En effet, je pourrais déduire de cette panique que ce gouvernement que je déteste est au bord du naufrage. Hélas, c'est faux : c'est une variante de la théorie erronée du fond de la piscine, comme quoi la connerie politique aurait une limite et qu'il suffirait de l'atteindre une bonne fois pour repartir ensuite dans le bon sens.

Nos institutions politiques étant ce qu'elles sont, les socialistes sont au pouvoir pour encore quatre ans.

Et, pendant ce temps, ils vont détruire méthodiquement notre tissu social. Je l'écrivais avant les élections, je persiste : le plus grand danger que représentent les socialistes n'est pas économique, il est culturel et social.

Détruire une institution sociale est quasiment irréversible alors qu'un impot idiot peut toujours s'annuler (sauf en France ?).

Aucun commentaire: