lundi, avril 15, 2013

Mariage des invertis : l'erreur des conservateurs (2)


Sous le billet précédent, les commentaires ont dérivé vers Mme Thatcher, autrement vers le leadership et vers la politique (compromis ou pas ?).

Mais les conservateurs français ont non seulement un problème de leadership, mais aussi de timing (j'anglicise beaucoup !).

Si Sarkozy avait ré-élu en 2012, nous ne serions pas en train de ramer comme des fous contre le mariage des invertis. Conclusion : il vaut mieux se battre avant les élections qu'après. Vous ne vouliez pas du mariage des invertis ? Il ne fallait pas laisser passer Hollande.

Bien sûr, entre ceux qui faisaient la fine bouche parce que Sarkozy était "clivant" et ceux qui nous juraient que Sarko et Hollo, c'était kif-kif bourricot, on n'était pas sorti de l'auberge. On voit ce que cela a donné.

Sauf à jouer une hypothétique (et illusoire) rupture, la stratégie du pire n'est jamais la meilleure. Ce n'est pas parce qu'Hitler et Lénine ont réussi dans des circonstances très particulières à conquérir le pouvoir en foutant un bordel maximal que c'est une bonne idée de les imiter.

En tous les cas, les conservateurs ont depuis un temps de retard sur le gouvernement.

La loi sur le "mariage pour tous" va passer et l'UMP ne la défera pas.

Je ne suis pas sûr que le gouvernement enchaine sur le vote des étrangers car nous commençons à être trop près des municipales de 2014, mais je ne serais pas totalement surpris qu'il y aille. En tout cas, la technique est rodée : présenter comme des ringards les opposants, profiter de la frousse que cette étiquette colle à l'opposition officelle et passer en force.

Aucun commentaire: